Tragédies maritimes en temps de guerre !

Aller en bas

Tragédies maritimes en temps de guerre !  Empty Tragédies maritimes en temps de guerre !

Message par Invité le Dim 15 Sep - 17:38

La tragédie du Cap Acorna

Le bateau de croisière "Cap Acorna devenu bateau prison

Le vapeur rapide « Cap Arcona » de la compagnie maritime de navigation à vapeur Hambourg-Amérique du Sud.Construit dans les chantiers navals « Blohm & Voss » de Hambourg et lancé le 14 mai 1927, le « Cap Arcona » navigua entre Hambourg et Rio de Janeiro pendant douze ans, jusqu’au 25 août 1939, date à laquelle il fut réquisitionné pour service de guerre. Après l’invasion de la Pologne, le transatlantique fut accouplé au quai dans le port de Gdañsk, à partir du 29 novembre 1939 jusqu’au 31 janvier 1945, en tant que logement flottant de la Kriegsmarine, peint en gris et battant pavillon hitlérien. Un film nazi intitulé « Titanic » y fut tourné en 1942. Comme les troupes soviétiques avançaient, le « Cap Arcona » fut utilisé pour transporter des civils, des nazis et des soldats entre Gdañsk et Copenhague. Ses turbines se cassèrent pendant sa dernière traversée. Le navire fut dirigé alors vers un chantier naval où ses moteurs furent réparés pour qu’il soit capable de retourner en Allemagne. Quand il jeta l’ancre dans la baie de Lübeck, le 14 avril 1945, le « Cap Arcona » n’était plus beaucoup manœuvrable. N’étant plus d’aucune utilité pour la Kriegsmarine, il s’en retourna à la compagnie maritime « Hamburg-Süd ».
Le « Thielbek » était un cargo de 2 815 tonneaux. Au cours du raid aérien sur le fleuve Elbe de l’été 1944, il fut touché par plusieurs bombes. Les dommages furent réparés dans le chantier naval « Maschinenbau-Gesellschaft » de Lübeck quand le Gauleiter de Hambourg, Karl Kaufmann, à présent, en plus, Commissaire à la Défense de l’Allemagne du Nord et Commissaire du Reich à la Marine Marchande, ordonna qu’il parte pour Lübeck avant que les réparations soient terminées. Il fut amené au port industriel de Lübeck.
L’« Athen », un autre cargo de 1 936 tonneaux, fut, lui aussi, amené au port industriel de Lübeck, étant endommagé mais capable de naviguer.
Le « Deutschland », un transatlantique de 21 046 tonneaux ayant transporté en 1945, de l’est vers l’ouest de l’Allemagne, 70 000 réfugiés en sept passages, était aménagé en navire-hôpital.
Dans la Mer Baltique, face à l’avancée de l’Armée Rouge, les Allemands avaient concentré des bateaux pour transporter leurs armées vaincues qui s’enfuyaient. Le « Cap Arcona » et le « Thielbek » étaient ancrés à l’ouest et au large de Neustadt, dans la baie de Lübeck. L’« Athen » était heureusement resté dans le port de Neustadt. On leur avait ordonné d’embarquer des déportés de camps de concentration avec l’intention de les massacrer puis de couler les bateaux. Les déportés venaient des camps de concentration de Neuengamme, de Stutthof et de Dora-Mittelbau. Il y avait 4 500 prisonniers à bord du « Cap Arcona », 2 800 prisonniers sur le « Thielbek » et 1 998 sur l’« Athen ». 350 personnes furent rescapées du « Cap Arcona », 50 le furent du « Thielbek » et la totalité des 1 998 déportés de l’« Athen » survécut. Au total, 7 500 prisonniers de guerre, de 24 nationalités différentes, furent tués au cours de ce raid aérien. Les Anglais qui étaient considérés comme des sauveurs potentiels par les prisonniers des camps de concentration se sont avérés être leurs meurtriers.

 



La fin de vie des déportés des camps de concentration de Neuengamme, de Dora-Mittelbau et de Stutthof.
Le 3 mai au matin, des avions anglais effectuèrent une reconnaissance en survolant la baie de Lübeck et observèrent le « Cap Arcona ». Les déportés faisaient des signes de la main, croyant qu’ils étaient sauvés. Pour éviter les tirs des canons des batteries anti-aériennes des bateaux, les avions volèrent alors à 10 000 pieds. De plus, le plafond nuageux était si bas qu’on ne distinguait pas les prisonniers. A 12 h. 30, on ordonna à l’« Athen » de retourner à Neustadt pour embarquer les déportés du camp de Stutthof survivants du massacre des barges. Le capitaine Nobmann refusa. Ce qui sauva 1 998 déportés de la mort, l’« Athen » restant dans le port quand l’attaque débutait. A 14 h. 30, le capitaine Rumbold revint avec son escadrille. La visibilité s’était améliorée. Ils attaquèrent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Tragédies maritimes en temps de guerre !  Empty Re: Tragédies maritimes en temps de guerre !

Message par Invité le Dim 15 Sep - 17:40


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum