La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Aller en bas

La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Empty La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Message par cessybo le Mer 11 Sep - 10:29

Bonjour !



Hélie de Saint-Marc



Hélie Denoix de Saint Marc, résistant de la première heure et rescapé des camps de concentration, est devenu officier et a pris part aux guerres coloniales, Indochine et Algérie. Il a assumé ses choix avec courage et honnêteté et s'en est expliqué dans plusieurs livres.

Hélie Denoix de saint Marc a toujours pensé à une carrière militaire mais la seconde guerre mondiale a éclaté avant son entrée à Saint Cyr. Il assiste bouleversé à l'arrivée à Bordeaux du gouvernement en fuite et s'engage aussitôt dans la Résistance. Dénoncé en 1943, déporté à Buchenwald puis dans un camp plus dur, il fait miraculeusement partie des 30 survivants d'un convoi de 1000 grâce à l'aide d'un codétenu letton. A peine remis, il entre à Saint Cyr pour suivre sa formation d'officier et se retrouve en Indochine à la tête d'un contingent de la légion étrangère en 1948. Il y apprend le vietnamien. A l'évacuation de son poste près de la frontière chinoise, l'ordre d'abandonner les civils le révolte. Ils seront massacrés par les communistes et constitueront sa blessure jaune. Après l'Indochine, il est envoyé en Algérie à la tête d'un régiment de parachutistes et par crainte de voir les harkis abandonnés  comme les vietnamiens, se joint au putsch avorté de 1961. Il paie cette erreur d'une condamnation à dix ans de prison. Gracié en 1966, il quitte l'armée et commence une carrière dans l'industrie, jusqu'à sa retraite en 1988. Ses droits civils et militaires lui ont entretemps été rendus. En 1989, son neveu Laurent Beccaria écrit sa biographie, Hélie de Saint Marc. Cela l'incite à prendre la plume à son tour, avec l'aide de son neveu : Les champs de braises sont un immense succès et reçoivent le Femina essai. C'est le début d'une nouvelle carrière. Les livres se succèdent, Les sentinelles du soir, Indochine, notre guerre orpheline, un livre d'entretiens avec un officier allemand de la seconde guerre mondiale, menés par Etienne de Montéty, Notre histoire, 1922-1945, aussitôt traduit en allemand, Toute une vie avec son neveu. Il meurt en Août 2013.


La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Maxres10


Déclaration d'Hélie Denoix de Saint-Marc
devant le haut tribunal militaire
le 5 juin 1961






« Ce que j’ai à dire sera simple et sera court. Depuis mon âge d’homme, Monsieur le président, j’ai vécu pas mal d’épreuves :


La Résistance, la Gestapo, Buchenwald, trois séjours en Indochine, la guerre d’Algérie, Suez, et puis encore la guerre d’Algérie…

 

« En Algérie, après bien des équivoques, après bien des tâtonnements, nous avions reçu une mission claire :

vaincre l’adversaire, maintenir l’intégrité du patrimoine national, y promouvoir la justice raciale, l’égalité politique.

« On nous a fait faire tous les métiers, oui, tous les métiers, parce que personne ne pouvait ou ne voulait les faire. Nous avons mis dans l’accomplissement de notre mission, souvent ingrate, parfois amère, toute notre foi, toute notre jeunesse, tout notre enthousiasme. Nous y avons laissé le meilleur de nous-mêmes. Nous y avons gagné l’indifférence, l’incompréhension de beaucoup, les injures de certains. Des milliers de nos camarades sont morts en accomplissant cette mission. Des dizaines de milliers de musulmans se sont joints à nous comme camarades de combat, partageant nos peines, nos souffrances, nos espoirs, nos craintes. Nombreux sont ceux qui sont tombés à nos côtés. Le lien sacré du sang versé nous lie à eux pour toujours.

« Et puis un jour, on nous a expliqué que cette mission était changée. Je ne parlerai pas de cette évolution incompréhensible pour nous. Tout le monde la connaît. Et un soir, pas tellement lointain, on nous a dit qu’il fallait apprendre à envisager l’abandon possible de l’Algérie, de cette terre si passionnément aimée, et cela d’un cœur léger. Alors nous avons pleuré.

L’angoisse a fait place en nos cœurs au désespoir.  Nous nous souvenions de quinze années de sacrifices inutiles, de quinze années d’abus de confiance et de reniement. Nous nous souvenions de l’évacuation de la Haute-Région, des villageois accrochés à nos camions, qui, à bout de forces, tombaient en pleurant dans la poussière de la route. Nous nous souvenions de Diên Biên Phû, de l’entrée du Vietminh à

Hanoï. Nous nous souvenions de la stupeur et du mépris de nos camarades de combat vietnamiens en apprenant notre départ du Tonkin. Nous nous souvenions des villages abandonnés par nous et dont les habitants avaient été massacrés. Nous nous souvenions des milliers de Tonkinois se jetant à la mer pour rejoindre les bateaux français. Nous pensions à toutes ces promesses solennelles faites sur cette terre d’Afrique. Nous pensions à tous ces hommes, à toutes ces femmes, à tous ces jeunes qui avaient choisi la France à cause de nous et qui, à cause de nous, risquaient chaque jour, à chaque instant, une mort affreuse. Nous pensions à ces inscriptions qui recouvrent les murs de tous ces villages et mechtas d’Algérie :

« “ L’Armée nous protégera, l’armée restera “. Nous pensions à notre honneur perdu.

« Alors le général Challe est arrivé, ce grand chef que nous aimions et que nous admirions et qui, comme le maréchal de Lattre en Indochine, avait su nous donner l’espoir et la victoire.

« Le général Challe m’a vu. Il m’a rappelé la situation militaire. Il m’a dit qu’il fallait terminer une victoire presque entièrement acquise et qu’il était venu pour cela. Il m’a dit que nous devions rester fidèles aux combattants, aux populations européennes et musulmanes qui s’étaient engagées à nos côtés. Que nous devions sauver notre honneur.

« Alors j’ai suivi le général Challe. Et aujourd’hui, je suis devant vous pour répondre de mes actes et de ceux des officiers du 1er REP, car ils ont agi sur mes ordres. Monsieur le président, on peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier. On ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de mentir, de se renier, de se parjurer. Oh ! je sais, Monsieur le président, il y a l’obéissance, il y a la discipline. Ce drame de la discipline militaire a été douloureusement vécu par la génération d’officiers qui nous a précédés, par nos aînés.

Nous-mêmes l’avons connu, à notre petit échelon, jadis, comme élèves officiers ou comme jeunes garçons préparant Saint-Cyr. Croyez bien que ce drame de la discipline a pesé de nouveau lourdement et douloureusement sur nos épaules, devant le destin de l’Algérie, terre ardente et courageuse, à laquelle nous sommes attachés aussi passionnément que nos provinces natales.

« Monsieur le président, j’ai sacrifié vingt années de ma vie à la France. Depuis quinze ans, je suis officier de Légion.

Depuis quinze ans, je me bats. Depuis quinze ans j’ai vu mourir pour la France des légionnaires, étrangers peut-être par le sang reçu, mais français par le sang versé.

« C’est en pensant à mes camarades, à mes sous-officiers, à mes légionnaires tombés au champ d’honneur, que le 21 avril, à treize heure trente, devant le général Challe, j’ai fait mon libre choix.

 

« Terminé, Monsieur le président. »







Et, pour terminer, je vous invite à écouter le commandant Hélie de Saint-Marc

écrivant à un jeune homme de 20 ans.

Lettre lue par Jean Piat.








cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Empty Re: La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Message par Antichrist le Mer 11 Sep - 20:03

je suis...partagé sur de saint marc

dans un 1er temps...je suis plutot solidaire par amitié legionnaire

dans un 2eme temps...il s'est trompé.
ca ce n'est pas trop grave.

non je suis dubitatif sur sa naiveté...ou son romantisme chevalier.
au bout de toutes ses campagnes...il n'a pas compris que soldat c'est juste un outil...un simple outil

un outil au debut on l'affute (entrainement)
ensuite on l'utilise (on lenvoie à la guerre)
il en ressort cassé ou ebreché  (on le jette)
des fois...on se trompe...c'est pas cet outil qu'il fallait employer (changement de politique)
alors à cet outil... on lui demande d'abandonner.

"soldat...c'est juste un outils"
Antichrist

de saint marc...trop impliqué emotionnelement dans son metier des armes...ou honneur mal placé
surtout pour un soldat professionnel
Antichrist
Antichrist

Messages : 1863
Date d'inscription : 03/03/2019
Localisation : on the earth

Revenir en haut Aller en bas

La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Empty Re: La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Message par cessybo le Mer 11 Sep - 21:10

Antichrist a écrit:je suis...partagé sur de saint marc

dans un 1er temps...je suis plutot solidaire par amitié legionnaire

dans un 2eme temps...il s'est trompé.
ca ce n'est pas trop grave.

non je suis dubitatif sur sa naiveté...ou son romantisme chevalier.
au bout de toutes ses campagnes...il n'a pas compris que soldat c'est juste un outil...un simple outil

un outil au debut on l'affute (entrainement)
ensuite on l'utilise (on lenvoie à la guerre)
il en ressort cassé ou ebreché  (on le jette)
des fois...on se trompe...c'est pas cet outil qu'il fallait employer (changement de politique)
alors à cet outil... on lui demande d'abandonner.

"soldat...c'est juste un outils"
Antichrist

de saint marc...trop impliqué emotionnelement dans son metier des armes...ou honneur mal placé
surtout pour un soldat professionnel


La guerre est toujours inhumaine et Hélie de Saint-Marc a tenté de la rendre, plus propre, et plus secourable, en prenant le parti des indigènes qui avaient combattu avec le corps expéditionnaire français contre le Vietminh. Il a estimé, à juste titre que nous avions une dette  envers ces gens-là et qu'il ne fallait pas les abandonner aux massacres des communistes. Il avait donc espéré que l'évacuation vers la France des supplétifs vietnamiens qui avaient combattu avec nous était nécessaire pour ceux qui le souhaitaient.

Il y eut un exode massif de centaines de milliers de Tonkinois qu'il a fallu accueillir et installer au Sud-Vietnam.



Mais ce qui a choqué Hélie de Saint-Marc c'est que ceux qui nageaient vers les bateaux français étaient violemment repoussés et rejetés à l'eau. Aucune main secourable !



Et il pensait qu'en Algérie le même sort serait réservé aux harkis.
Il était chrétien, profondément croyant et il estimait que notre attitude envers les indigènes qui avaient combattu avec nous était déloyale. C'est vrai !

Je peux le comprendre.


Soldat, c'est tout juste un outil ?         

C'est d'abord un métier.

Et si l'artisan soldat connait bien son métier, il prend soin de ses outils.


Si j'ai bien compris ton texte ci-dessus, tu as été légionnaire
J'ai beaucoup de respect pour les légionnaires. 

Et tout particulièrement pour le commandant Hélie de Saint-Marc.
Ils  ont été très efficaces en Algérie.

Ils nous ont protégé.

Je leur suis redevable.
cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Empty Re: La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Message par Champollion le Ven 13 Sep - 9:16

tiens l’emblème de Hélie de Saint Marc ,celui qui nettoyait le bled des fellouzes  ..... 


La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Shoppi11Mission Nettoyages difficiles
Champollion
Champollion

Messages : 5422
Date d'inscription : 19/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Empty Re: La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Message par cessybo le Ven 13 Sep - 11:07

Champollion a écrit:tiens l’emblème de Hélie de Saint Marc ,celui qui nettoyait le bled des fellouzes  ..... 


La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Shoppi11Mission Nettoyages difficiles

Pas de dérision.
Ce mec-là c'était un type bien.
S'il y en avait beaucoup comme lui, la France aurait une autre allure !
cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc Empty Re: La guerre d'Algérie - Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc

Message par Champollion le Dim 15 Sep - 11:27

S'il y en avait beaucoup comme lui, la France aurait une autre allure !
ça je te le fais pas dire 
Champollion
Champollion

Messages : 5422
Date d'inscription : 19/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum