Fleurs de bagne !

Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 16:48

Louise Michel

De l'emprisonnement et de la déportation des communeux

 Louise Michel a connu, à la chute de la Commune, l'enfermement provisoire dans des conditions matérielles dures et humiliantes, avant de subir l'emprisonnement puis la déportation. (  Michelle Perrot, Les ombres de l'histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris).
 
La détention n'a jamais été partie de plaisir pour les détenus, droits communs ou politiques. Toutes les études sur les prisons du XIX siècle le montrent : en regard même des conditions de vie de l'époque, le sort des prisonniers a toujours été rude, voire sordide. La nourriture, mauvaise dans les meilleurs cas, était chiche. La privation de nourriture constituait du reste un châtiment, tant dans les prisons que dans les bagnes: la maîtrise, puis la cassure des êtres, nécessaires aux yeux des penseurs de l'époque pour permettre un retour sur lui-même du coupable puis son amendement, passaient par la maîtrise des corps et des estomacs. La privation de lumière, de parole, de couvertures, de mouvement parfois, de la barbe et des cheveux pour les hommes, relevait du même processus. Tout l'appareil répressif fonctionnait sur ces principes et les gardiens, dont le bas niveau de recrutement a été une des plaies de notre système pénitentiaire, bagnes coloniaux compris, ne trouvaient pas plus à redire à ces méthodes que le légiste en son assemblée.
 
Louise Michel a cherché à être fusillée afin, affirme-telle,  que le gouvernement de Thiers se déshonore par  l'exécution d'une femme. Une approche psychanalytique de la démarche  y trouverait peut-être d'autres causes que la volonté politique : union dans la mort avec Ferré, à qui elle vouait une passion admirative, goût du sacrifice exemplaire, attrait déjà ancien pour la mort, volonté de faire aux femmes un sort égal à celui des hommes. Nous nous contentons de constater, nous référant aux travaux des historiens de la Commune et à la presse de l'époque, la violence de la prévenue Louise Michel lors de son procès, et son attitude exemplaire et courageuse alors que nombre de ses compagnons de captivité préventive ont cherché à minimiser leur rôle dans l'organisation de la Commune et dans la guerre contre Versailles.   Avec le pénitencier de l'île de Ré, d'où Dreyfus, plus tard, a quitté le sol français pour être déporté à l'île du Diable, ce secteur géographique restera l'antichambre de nos bagnes coloniaux, dont ceux de Guyane qui ont eu le privilège d'ouvrir puis de clore ce mode de punir. 

La déportation comme la transportation puis, plus tard, la relégation, toutes peines visant à purger le sol français de ses indésirables, commençait par refouler aux marges du territoire national, jusqu'à ces rivages océaniques marquant la limite ultime de notre propre monde et de notre civilisation, ceux dont la société ne voulait plus, avant de les exporter jusqu'aux confins de mondes mal connus et encore plongés, aux yeux des Français du XIXe siècle, dans la nuit sinon de la barbarie du moins dans celle de l'inculture.Ceci constituait une des dimensions, sans doute non négligeable, de ces peines; le comprendre implique que nous nous replacions dans le contexte du XIXe siècle qui a vu en particulier les îles Seychelles puis les Marquises utilisées comme lieu de déportation.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 16:56


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:01

Arrivés à destination, la découverte de la beauté des paysages venait souvent, pour les condamnés, atténuer les clichés préétablis sans pour autant faire disparaître les préjugés concernant les autochtones. Le regard d'une large partie des déportés de la Commune à l'égard des Canaques, leur comportement lors de la révolte de 1878, en restent l'illustration. De plus, la nouveauté et l'étrangeté des nourritures exotiques, fruits et légumes du pays, rebutaient et désolaient le plus grand nombre, ne faisant que confirmer, à leurs yeux, la « sauvagerie » des autochtones et renforçant toute une chaîne de frustrations dont celles relevant de l'alimentaire.
La déportation subie par les communeux découlait de la loi du 23 mars 1872 et du décret du 31 mai de la même année. Ces textes faisaient suite à une série de lois dont la première, fondatrice du principe légal de l'exil pour les déviants idéologiques, avait été signée par la première de nos républiques. Après près d'un demi-siècle d'hésitation des pouvoirs publics, la seconde République a puisé dans cette démarche et ces textes la légitimité nécessaire pour instaurer la déportation des opposants de juin 1848, pour remplacer la peine de mort en matière politique par la déportation en enceinte fortifiée et, dans un élan encouragé par le Prince-Président en marche vers le trône, pour créer la transportation. La IIIe République fera encore référence aux textes de la Révolution pour justifier la création de la relégation, en 1885.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:05

En 1850, les îles Marquises avaient été désignées comme lieu de déportation. La loi de mars 1872 et le décret du 31 mai leur ont substitué la Nouvelle-Calédonie, la presqu'île Ducos étant affectée aux condamnés en enceinte fortifiée et l'île des Pins, ainsi que l'île Maré, à la déportation simple (cette dernière île n'a pas été utilisée).
La Nouvelle-Calédonie, possession française depuis 1853, avait reçu ses premiers condamnés aux travaux forcés en 1864 La volonté de peuplement du territoire par des métropolitains était constitutive de la décision d'ouverture de ces nouveaux bagnes coloniaux. L'encouragement fait aux condamnés de la Commune de se faire accompagner de leur famille n'a été que le prolongement de cette volonté première.
Le transport des déportés, comme celui des droits communs, s'est toujours effectué dans des conditions matérielles similaires à celles décrites par Louise Michel. Tous les condamnés qui ont témoigné sur ce voyage, tant vers la Nouvelle-Calédonie que vers la Guyane, quel que soit le type de bâtiment utilisé, ont insisté sur la nourriture pauvre, sur la promiscuité et les conditions matérielles pénibles, sur les rigueurs de la discipline avec, notamment, l'interdiction de parler aux gardiens. Le pouvoir de la parole des déportés, à l'égard du personnel de surveillance en particulier, est resté un souci majeur des pouvoirs publics essentiellement par crainte d'un effet de contagion des idées ainsi que par suspicion de tentatives de corruption.
 
Ces duretés doivent cependant être relativisées. Le faible nombre des morts, au cours de traversées alors fort longues, témoigne de contraintes qui, pour être réelles, restaient relativement banales pour l'époque. Les navires fonctionnaient encore en partie à la voile; ils étaient de taille réduite et la longueur des voyages imposait un chargement d'eau et de vivres, dont des animaux sur pied, en grande quantité et occupant un volume non négligeable à bord, ce qui restreignait l'espace pour les hommes. En route vers la Nouvelle Calédonie, trois jours étaient généralement nécessaires pour effectuer ces embarquements lors de la halte à Dakar. Par crainte d'évasions ou de suicides, certains capitaines avaient fait grillager les sabords des batteries réservées aux condamnés ce qui limitait la circulation de l'air; sous le poids des vivres embarqués en Afrique, ces mêmes sabords devaient être fermés dans les batteries basses, la ligne de flottaison des bâtiments étant alors considérablement surbaissée.

L'emploi des machines dans les calmes provoquait une élévation importante de la température dans les batteries, sous des latitudes où la chaleur est toujours forte. Le scorbut était redouté. Le passage dans les eaux glaciales de l'hémisphère sud s'assortissait de toux et d'engelures auxquelles de l'huile de foies de poisson apportait un apaisement. Exception faite des contraintes spécifiques à la condamnation, avec, en particulier une limitation des temps de sortie à l'air libre, le sort matériel des marins était pénible et peu enviable, la discipline très stricte et la nourriture identique à celle des condamnés, prise, pour les uns comme pour les autres, par plats, c'est à dire par groupes de dix hommes utilisant simultanément un récipient commun.
Les rigueurs de la traversée étaient ressenties d'autant plus profondément par les déportés qu'ils étaient en contact avec des marins dont certains avaient participé à la prise de Paris; ils étaient humiliés, vaincus, affaiblis physiquement et moralement par une longue période de détention préalable, séparés de leur famille, condamnés à ne pas revenir en France. Le voyage était arrachement au sol natal et à eux-mêmes. Si certains ont vu dans le départ un pas vers une vie nouvelle et s'ils ont demandé à leur famille de les suivre dans la colonie, la majorité n'a pas eu cette attitude. La consultation des dossiers individuels des condamnés, et des journaux de bord des bâtiments montre, au cours de la traversée,  une attitude générale qualifiée de "soumise", ce qui n'a pas empêché quelques éléments de se faire remarquer soit pour des infractions aux règlements du bord, telles que l'interdiction de fumer dans les batteries, bagarres ou attitude jugée "hautaine" à l'égard de la surveillance, soit pour avoir manifesté une volonté de poursuivre une démarche politique par des écrits ou des propos.
L'arrivée délivrait du mal de mer et de la promiscuité devenue plus pénible au fil des semaines. A cela s'ajoutait la découverte d'une terre agréable à voir et d'un climat jugé plaisant a priori, contrastant avec la chaleur torride des eaux africaines et le froid des mers constellées de "banquises", noyées dans les brouillards australs obligeant à l'emploi de la corne de brume parfois plusieurs jours de suite , et la neige.
La joie se manifestait d'autant que les retrouvailles avec d'anciens compagnons survenaient alors. La satisfaction était de courte durée, anéantie par le constat des conditions de vie précaires, par les tracasseries, voire la brutalité de la surveillance, par le temps considérable nécessaire aux échanges épistolaires avec la métropole, par la pensée toujours présente de ceux laissés au loin et, pour les plus politisés, par le souvenir de l'échec de la Révolution et de sa répression féroce.
Sur place, les premiers déportés, tant à la presqu'île Ducos qu'à l'île des Pins, ont eu à construire eux-mêmes leurs logements et abris, rien n'étant prêt pour les recevoir. Il n'existait pas, en effet, de "forteresse" à la presqu'île Ducos et les proscrits y ont généralement été laissés dans un état de semi-liberté que les récits de Louise Michel nous permettent parfaitement de découvrir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:07


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:11


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:19


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par LARA BAÏKAL le Dim 13 Jan - 17:41

Merci pour ce sujet Marinette comme il est volumineux je viendrai ce soir le lire Smile

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 34397
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:50

Avec plaisir !

Fleurs de bagne !  La_roc14
Oeuvre de bagnard !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 17:54

http://musee-ernest-cognacq.fr/images/actualite/DP_antichambre_du_bagne.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Dim 13 Jan - 18:01

http://www.une-saison-en-guyane.com/category/article/dossier-bagne/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par LARA BAÏKAL le Lun 14 Jan - 10:15

Merci Marinette pour cet exposé sur les bagnes, je ne savais pas que les Marquises et les Seychelles avaient été des terres de déportation.
C'est assez ignoble de considérer que les colonies étaient considérées comme des prisons à ciel ouvert...

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 34397
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par cessybo le Lun 14 Jan - 12:05

Marinette a écrit:http://www.une-saison-en-guyane.com/category/article/dossier-bagne/


Dans la continuité de ce lien :





cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Lun 14 Jan - 18:32


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Un bagnard célèbre qui fit sa pub lui-même

Message par cessybo le Ven 18 Jan - 16:14

cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Les bagnes militaires

Message par cessybo le Lun 21 Jan - 11:20

Les bagnes militaires :

 

Les Bataillons d'Afrique, les fameux "Bat d'AF" furent crée par ordonnance en juin 1832 et stationné en Algérie.

Les Bataillons d'Afrique.étaient des Corps régulièrement constitués où étaient appelés tous les hommes qui, au moment de leur incorporation, avaient subi une condamnation de droit commun supérieure à 6 mois.

Les militaires qui pendant leur service dans un régiment quelconque commettaient un délit, après avoir purgé leur peine, terminaient leur temps au Bat d'AF.

L'ensemble des Pénitenciers Militaires situés en Afrique du Nord étaient désignés par le nom de BIRIBI.

"les Bat d'AF étaient des "Corps d’Épreuves" qui recevaient, au sortir des sections de discipline ou des Pénitenciers Militaires, les soldats libérés de BIRIBI. C'était une sorte de sas, à la discipline plus stricte, dans lequel ces hommes devaient faire la preuve qu'ils méritaient désormais de rejoindre une unité régulière. " extrait de BIRIBI par Dominique KALIFA (ouvrage conseillé ).

La « spécificité » de son recrutement, qui y réunit un bon nombre de voyous, fait des bataillons d'Afrique un endroit privilégié pour forger les réseaux du milieu parisien de l'entre-deux-guerres.

Les grands Caïds de l'Epoque ont tous faits leurs Classes dans ces fameux Bat d'AF.

Pierre LOUTREL dit "Pierrot le FOU" et Jo ATTIA dit "Jo le Boxeur" se lient d'amitiés au Bat d'AF à Tataouine avant de former quelques années plus tard le Gang des Tractions Avant avec quelques autres Truands du Milieu de l'Epoque:

Emile Buisson dit "Mimile", Abel DANOS dit "le Mammouth", René GIRIER dit "René la CANNE", Henri FEUFEU dit "Riton le Tatoué", Georges Boucheseiche, Raymond Naudy dit "le Toulousain", François MARCANTONI et Louis Querard dit "P'tit Louis le Nantais".

La plupart d'entres eux si ce n'est tous sont passés par les Bat d'AF et arborent sur leur derme une bien belle collection de Fleurs de Bagne "made in Tataouine".

Les tatouages

A l′heure de la sieste, dans la pénombre des chambrées, douloureusement, discipli­naires et bataillonnaires ont reporté sur leur peau l’expression et les signes de leur expérience.

Les tatouages furent en effet la grande affaire de Biribi, où tous les hommes ou presque étaient « bleus ». Certains arrivent déjà tatoués au bataillon (un quart selon les comptages de Lacassagne, près de la moitié selon ceux du docteur Combe), souvenirs de la prison ou de la maison de correction, mais c’est pour la plupart dans les bagnes d’Afrique qu’ils livrent, en dépit de l’interdiction officielle, leur corps à l’aiguille du tatoueur.

Alexandre LACASSAGNE, qui exerce en Algérie de 1878 à 1880 comme médecin auprès du 2e bataillon d’infanterie légère d’Afrique, alors stationné à Médéa près d’ Alger, entreprend un relevé systématique des tatouages des hommes du bataillon et publie en 1881 le premier ouvrage sur la question : Les Tatouages. Etude anthropologique et médico-légale.

En appliquant une toile transparente sur le corps tatoué de 360 bataillonnaires et de 18 détenus du pénitencier militaire d’Alger, il décalque scrupu­leusement 1333 tatouages qu’il colle sur des cartons de la même dimension, obtenant ainsi une reproduction «mathématique» du dessin, et complète l’enquête d’une batterie de vingt questions très précises portant sur le tatoué, le tatoueur, les procédés employés, les réactions du corps, les tatouages, etc.
L’étude de Lacassagne est suivie de nombreuses autres, souvent publiées dans la revue qu’il a créée, les Archives d’anthropologie criminelle, emplie d’études sur les tatouages. extrait de BIRIBI par DK

Dans la continuité de cet article sur les bagnes militaires, suit une vidéo sur les tatouages.. Les tatouages sont très à la mode maintenant, mais à cette époque ils étaient la marque indélébile des mauvais garçons.
Aurais-je dû la placer dans le fil "artistique"  ou " historique "  ?
A vous de juger :


cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par LARA BAÏKAL le Lun 21 Jan - 11:32

Non, c'est bien ici pour continuer le sujet Smile
Je vais lire votre article ensuite.

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 34397
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Lun 21 Jan - 12:30

Et ma vidéo sur les tatouages elle vous plait pas ? Ben tiens je la remet na !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par cessybo le Lun 21 Jan - 14:16

Marinette a écrit:Et ma vidéo sur les tatouages elle vous plait pas ? Ben tiens je la remet na !!!


Mais si, Marinette, elle est excellente ta vidéo.

Si je n'ai pas réagi c'est que, depuis votre arrivée, à vous, les nouvelles, le forum est plus abondant, plus prolifique, plus riche, en produits de qualité et que je n'arrive pas toujours à suivre.

Fleurs de bagne !  Smile_10


C'est très agréable. continuez !

Fleurs de bagne !  2_dent10
cessybo
cessybo

Messages : 13020
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Champollion le Sam 2 Fév - 11:18

Moi j'aime bien Fleur de Nave.....en Japonnais ça veut dire Bérurier ..Bien sur il faut lire San Antonio pour saisir......
Champollion
Champollion

Messages : 5422
Date d'inscription : 19/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs de bagne !  Empty Re: Fleurs de bagne !

Message par Invité le Sam 2 Fév - 11:42


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum