Le baccalauréat, en 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le baccalauréat, en 2017

Message par cessybo le Mer 12 Juil - 19:17

J’ai trouvé, dans un cahier d’écolier que m’a adressé un des membres de notre association, ce petit problème de mathématiques qui lui avait été proposé par son instituteur, en préparation de son examen d’entrée en classe de sixième :

« Le réservoir à essence d’une auto a la forme d’un cylindre de 30 centimètres de diamètre et de 70 centimètres de longueur : quelle est sa capacité en litres ? (pi = 3,14) »

C’était il y a un peu plus de cinquante ans… il fallait savoir diviser et multiplier à la main !

Alors je me suis demandé : aujourd’hui, combien d’élèves de CM2 pourraient résoudre ce problème ? Combien d’élèves de troisième ? Et même… combien de bacheliers ?

J’ai soumis ce problème à plusieurs professeurs de mathématiques, et tous m’ont assuré que leurs élèves, collégiens ou lycéens, sans calculatrice, seraient dans leur immense majorité incapables de trouver la solution…

Pourtant, comme chaque année, on vient de voir toute une classe d’âge, ou presque, se faire décerner le diplôme lui ouvrant les portes de l’enseignement supérieur.

Le taux de réussite au baccalauréat culmine cette année à 91,8% dans les filières scientifiques...

Mais les filières littéraires ou technologiques affichent elles aussi des taux de réussite supérieurs à 90%.

Les lauréats iront en septembre prochain remplir les amphithéâtres surchargés des facultés de sociologie, de psychologie ou de droit, avant de se faire étriller aux examens…

Savez-vous que plus de 70% des bacheliers qui rentrent chaque année à l’université n’obtiennent pas leur licence 3 ans plus tard ?

La plupart découvrent alors que l’école ne leur a rien appris pour exercer un métier, avant de prendre le chemin de Pôle emploi…

Tous les employeurs vous le confirmeront : même parmi les diplômés du supérieur, il est de plus en plus difficile de trouver des candidats à l’embauche maîtrisant convenablement la langue écrite… ce qui devrait être la base est devenu une compétence rare.

Pendant ce temps, les syndicats enseignants accaparent le débat public en hurlant dès qu’il s’agit d’évaluation ou de notes à l’école. Il faut que nous arrêtions de marcher sur la tête.

En 1980 le baccalauréat était obtenu par 26% d’une classe d’âge. Avoir son « bachot », à l’époque, cela représentait quelque chose ! Le précieux diplôme en poche, on était à peu près sûr de trouver un bon travail.

En 1995, le taux de bacheliers dans une génération était monté à 63%.

Et il y a 5 ans, il culminait à… plus de 76%.

L’année dernière, il avait franchi les 88,5% !

En quarante ans, les élèves français sont-ils devenus des génies ? On pourrait le penser, en observant ce taux de réussite qui n’a pas cessé de progresser.

Mais malheureusement, les enquêtes internationales indiquent une toute autre réalité : selon ces dernières, plus de 30% des élèves français de 6e ne maîtrisent plus les bases en mathématiques. Et environ 20% d’une classe d’âge, à 18 ans, est en situation d’illettrisme !

Comment en est-on arrivé là ?

La réalité, la voici : on n’a cessé, d’année en année, d’abaisser le niveau d’exigence, du CP à la Terminale et d’introduire des pédagogies funestes, comme les mathématiques « modernes » ou la méthode globale dans l’apprentissage de la lecture.

Pour faire « gonfler » artificiellement le nombre de bacheliers, et masquer l’effondrement de la transmission du savoir, on a multiplié les options, le contrôle continu, les dispenses, les repêchages… Les professeurs nous ont raconté cette année la grande farce des « réunions d’harmonisation », où des copies lamentables, à peine écrites en français, se trouvent propulsées à la moyenne sous pression du Ministère.

Cela permet aux politiques de se féliciter de la « démocratisation » du système éducatif et de draguer les voix des fédérations de parents d’élèves.

Seulement voilà : comme on le donne presque à tout le monde, le Bac ne vaut plus rien… et ceux qui sortent du système scolaire sans l’avoir obtenu sont quasi condamnés à stagner quand ils ne restent pas simplement dans la case « chômage ».

Ainsi, comme le remarquait le grand historien Jacques Marseille, on a réussi le tour de force de faire du baccalauréat à la fois un « monument d’hypocrisie nationale » et un « instrument d’inégalité sociale ». Le cru 2017 établit un nouveau record sur cette lancée.

[...]


Coimmentaire personnel : Aujourd'hui, la meilleure école n'est-elle pas l'école buissonnière ?   Crying or Very sad
avatar
cessybo

Messages : 2773
Date d'inscription : 02/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baccalauréat, en 2017

Message par LARA BAÏKAL le Mer 12 Juil - 19:33

à force de niveler par le bas cela donne des bacheliers abrutis.


exemple de mon temps lol


1 faute d'orthographe = - 4 points
1 faute d'accent ou de
ponctuation                = - 2 points


Tout cela noté sur 20 !

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty

Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 18288
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baccalauréat, en 2017

Message par mareaction le Mer 12 Juil - 20:19

Cessybo, je viens de faire voir votre problème, à notre péquélet de 10 ans qui rentre en 6ème, et bien, il ne l'a pas fait du tout, et depuis Noel a une remplaçante son enseignante ayant accouché!

_________________
La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.
Lawrence W. Reed  

avatar
mareaction

Messages : 13570
Date d'inscription : 12/03/2015
Age : 79
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baccalauréat, en 2017

Message par mareaction le Mer 12 Juil - 20:24

La voisine de notre grand, Prof d'Anglais à Harvard à la retraite, qui corrige les examens des Enseignants, nous dit que le niveau est scandaleux! de même qu'elle corrige les bacs, ils ont consignes d'ajouter des points, c'est ainsi que nous nous retrouvons avec des élèves qui ont 22/20 car à eux aussi ils ajoutent le même nombre de points!
Mais où va t on???
Nous les deux sont dans le privé!

_________________
La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.
Lawrence W. Reed  

avatar
mareaction

Messages : 13570
Date d'inscription : 12/03/2015
Age : 79
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baccalauréat, en 2017

Message par Invité le Mer 12 Juil - 20:54





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baccalauréat, en 2017

Message par cessybo le Mer 12 Juil - 21:06

J'aimerais bien avoir l'avis des ancien(ne)s profs ou instits retraités, s'il y en a sur ce forum (?) et qu'ils nous parlent de leurs expériences.

A titre personnel, je dois dire que les instituteurs que j'ai eu à l'école primaire (il s'agissait d'un couple, mari et épouse) m'ont très probablement évité d'être un cancre.
Je pense souvent à eux avec une grande reconnaissance.
Ils étaient exigeants, sévères, mais d'un dévouement sans bornes.
J'espère qu'aujourd'hui, il existe encore des gens de cette qualité, mais ils ne sont sans doute pas très nombreux.
avatar
cessybo

Messages : 2773
Date d'inscription : 02/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum