Génocide et mémoricide vendéen

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Invité le Lun 26 Juin - 14:43

elaine a écrit:.
Lara a écrit:  ce génocide a été décidé et pensé à Paris comme un essai pour faire naître un homme nouveau en éliminant ceux qu'ils considéraient comme anciens...

Comment faire naître un homme nouveau en massacrant les nouveaux nés. Avec qui ???
Pour ce qui concerne les bébés vendéens, il s'agissait avant tout d'exterminer toute la population vendéenne, y compris ses racines et les bourgeons du futur ! Les Républicains avaient une crainte, c'est que les enfants veuillent venger plus tard leurs parents. Donc, il fallait tuer aussi les enfants et les bébés dans le ventre de leurs mères !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par cessybo le Lun 26 Juin - 17:09

Torofurieu30 a écrit:
Pour ce qui concerne les bébés vendéens, il s'agissait avant tout d'exterminer toute la population vendéenne, y compris ses racines et les bourgeons du futur ! Les Républicains avaient une crainte, c'est que les enfants veuillent venger plus tard leurs parents. Donc, il fallait tuer aussi les enfants et les bébés dans le ventre de leurs mères !

Pour en revenir à ce massacre de femmes et d'enfants, je voudrais souligner que cela ne faisait pas partie des ordres qui avaient été donnés aux troupes de la Convention :

La Convention décrète : a écrit:

Article premier :
le ministre de la guerre donnera sur-le-champ les ordres nécessaire pour que la garnison de Mayence soit transportée en poste dans la Vendée ; Il sera envoyé par le ministre de la guerre des matières combustibles de toute espèce, pour incendier les bois, les taillis et les genêts... Les femmes, les enfants et les vieillards, seront conduits dans l'intérieur ; il sera pourvu à leur subsistance et à leur sûreté, avec tous les égards dus à l'humanité... Les biens des rebelles de la Vendée sont déclarés appartenir à la république.
(Extrait du décret de la convention nationale du 1er août 1793, A.D.V., 52J4).


Qu'il y ait eu des excès de zèle, cela ne fait aucun doute, mais ce n'était pas conforme aux ordres reçus.

cessybo

Messages : 7904
Date d'inscription : 02/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Invité le Lun 26 Juin - 17:56

Non les ordres venaient bien de la Convention et du Comité de Salut Public auquel le général Westermann répondit au soir de Savenay, qu'il avait fait écraser les enfants sous les pieds de ses chevaux, et massacré les femmes qui au moins, disait-il "n'enfanteront plus de brigands"... 
Il faut lire les listes de victimes des communes du Grand Luc et du Petit Luc, où figurent les noms de 110 enfants...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par cessybo le Lun 26 Juin - 18:16

Torofurieu30 a écrit:Non les ordres venaient bien de la Convention et du Comité de Salut Public auquel le général Westermann répondit au soir de Savenay, qu'il avait fait écraser les enfants sous les pieds de ses chevaux, et massacré les femmes qui au moins, disait-il "n'enfanteront plus de brigands"... 
Il faut lire les listes de victimes des communes du Grand Luc et du Petit Luc, où figurent les noms de 110 enfants...

Torofurieux30, ce que tu décris là est possible.
Mais ce n'était pas un ordre écrit.
Il n'a jamais été écrit, noir sur blanc, de tuer les femmes et les enfants.
Mais y a t il eu des consignes orales différentes ? Tout est possible et c'est encore vrai aujourd'hui. Secret Défense !
avatar
cessybo

Messages : 7904
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par LARA BAÏKAL le Lun 26 Juin - 19:26

C'étaient des ordres écrits justement et ils le sont toujours aux archives nationales. Cet historien a consulté toutes les archives pour établir les responsabilités des uns et des autres.


Ce livre est à lire pour entrevoir la vérité et il en a écrit plusieurs sur le sujet.


Le génocide vendéen a été voulu, organisé, piloté par la Révolution



Voilà un livre qui devrait faire du bruit. Un livre qui montre et démontre que le massacre de 117 000 Vendéens – hommes, femmes, enfants, vieillards – à partir de l’automne 1793, dans des conditions d’indicible horreur, n’est pas la conséquence d’un excès de zèle, de la folie sanguinaire de quelques-uns ou d’une sorte de « légitime défense » de la Révolution et de la République naissante. Non : ce crime, matrice de tous les génocides contemporains, a été pensé avant d’être perpétré, préparé avec minutie et réalisé sous le regard vigilant du Comité de Salut public. Celui-ci a donné des ordres précis ; il a pu suivre leur mise en œuvre grâce aux fréquentes remontées d’informations du terrain. Tout a été voulu ; tout a été décidé sans états d’âme. Les signatures de Robespierre, de Carnot, de Barère, de Billaud-Varenne et bien d’autres en attestent : ce fut une œuvre collective, conjointe, concertée.
Signatures ? Mais oui. C’est une consultation fortuite aux Archives nationales qui a mis l’historien Reynald Secher sur le chemin de cette découverte majeure, qui accuse à tout jamais non plus des hommes mais un système qui prétendait instituer la liberté, l’égalité et la fraternité pour fabriquer un « homme nouveau ». Il a trouvé des petits bouts de papiers conservés avec zèle, mais sans grand ordre et sans explications, certains portant des signatures du Comité de Salut public, d’autres datés depuis l’Eure, la Mayenne, le Morbihan… Un mot y revient souvent. « Exterminez. » « Exterminez les brigands. » Exterminer la « race impure » des Vendéens qui menacent la République – affamés, malades, fuyant les Colonnes infernales, massés dans le plus grand « camp de concentration » de la Révolution – Nantes –, en déroute à Savenay, cherchant refuge au Mans.
Depuis le Morbihan, la commission administrative acquiesce, ni plus, ni moins : « Il faut que la France soit république, ou qu’elle soit un vaste cimetière. »

La découverte va bouleverser Reynald Secher. Patiemment, il photographie chacun de ces petits papiers, autant de preuves irréfutables de la volonté génocidaire, froide, calculatrice et légale qui a conduit à des massacres atroces et des destructions systématiques. Au sud de la Loire, soucieux d’exécuter les ordres de stopper toute velléité de poursuite du soulèvement vendéen, le général Turreau est à l’œuvre et rend compte. C’est la Vendée qui est visée, toute la Vendée, au risque de tuer des « Bleus » – peu importe. Il n’y a plus de « bon » Vendéen, fût-il révolutionnaire. Lorsque plus tard, accusé d’avoir été au-delà de ce qui lui était ordonné, Turreau se défend en se défaussant sur les ordres de Paris et de ceux qui gouvernent, il ne se livre pas seulement à un exercice d’autojustification : il dit vrai. En affirmant que le Comité de Salut public lui a ordonné de tuer tous les Vendéens et de procéder à la destruction de la Vendée, il parle le langage même des « petits papiers » qui ont mis en place la mécanique du génocide. Cela est désormais certain.
Au nord de la Loire, les choses sont prises en main depuis Paris. Il faut empêcher la « contagion » – peur qui en dit long sur la manière dont les révolutionnaires se perçoivent, et perçoivent la manière dont le bonheur qu’ils promettent est redouté et combattu par les braves gens.
Au Comité de Salut public, pour régler l’affaire du Mans, on a poussé le cynisme jusqu’à retenir les forces révolutionnaires pour qu’elles aient le temps de se rassembler, de se masser, de frapper un grand coup, un seul mais définitif. De jour en jour les billets se suivent et se ressemblent : le Comité suit les opérations depuis Paris, organise le ravitaillement, accueille avec la plus grande satisfaction les rapports victorieux de ceux qui se vantent d’avoir massacré femmes et enfants, cette « vermine » coupable.
La récente découverte de charniers de Vendéens au Mans atteste de la violence de cette phase de l’extermination et de son caractère aveugle puisqu’elle frappe femmes, enfants, vieillards… C’était prévu.
La lecture de ces billets, entre emphase et froideur administrative, soulève le cœur. J’ai vu toutes ces photos. Un lourd classeur qui, page à page, déroule un panorama de haine et d’absence totale d’humanité en vue d’organiser le massacre de Français par d’autres Français. Mais il fallait aller au-delà de ces sentiments de dégoût et de révolte. C’est que qu’a fait Reynald Secher en répertoriant, en classant, en retranscrivant ces « petits bouts de papier » jusqu’ici inédits pour changer à jamais le regard sur le génocide vendéen, que nul, désormais, ne saurait nier sans s’en avouer d’une façon ou d’une autre complice.
Il en a tiré une œuvre véritablement universitaire qui relève autant de la réflexion et de l’analyse que du puzzle reconstitué – car tout cela s’inscrit dans l’histoire connue et la confirme, à commencer par le décret-loi de la Convention du 1er octobre 1793 ordonnant « l’extermination des brigands de la Vendée ».
Les choses sont claires : il ne s’agissait pas seulement d’une figure de style pour viser ceux qui s’étaient armés contre la conscription et contre la République, mais d’une réalité sanglante dont les plaies n’ont jamais pu se refermer…

Rien que pour cela, il faut lire le livre de Reynald Secher.

Il dégage en effet – et cela avait été son premier objectif avant qu’il ne s’enrichisse des découvertes décrites plus haut – une notion souvent inséparable des génocides contemporains, le mémoricide. A savoir, quand les génocidés sont aussi des vaincus, l’éradication de leur mémoire : elle devient invisible parce que les bourreaux n’en veulent pas, nient toute culpabilité voire justifient leur action. Comme les historiens robespierristes qui tiennent le haut du pavé, et qui mentent effrontément, depuis Jules Michelet ; comme tous ces politiques qui n’envisagent pas de laisser dire la vérité parce qu’elle met directement en cause ce qu’ils représentent, ce à quoi ils s’accrochent.
C’est pourquoi, en annonçant que ce livre allait faire du bruit, j’ai peut-être parlé un peu vite. L’occultation fait partie de ce mémoricide, elle est efficace, elle est omniprésente. Elle l’était dès l’origine puisque le geste chrétien et héroïque de Bonchamps blessé à mort qui demanda « grâce pour les prisonniers », grâce pour les milliers de Bleus, fut immédiatement tabou du côté des républicains. Les prisonniers n’étaient pas peu coupables de s’être laissé libérer par les Blancs !
Le mémoricide va plus loin, comme on l’a vu aussi en Arménie, et dans bien des pays communistes. Il brouille les pistes, met bourreaux et victimes sur le même plan – et rend même ces dernières « coupables » des atrocités qu’elles ont subies. Tout est de leur faute, ils n’avaient qu’à ne pas être là ! Une deuxième postface signée Hélène Piralian analyse cette deuxième mise à mort en profondeur.
Et l’important cahier iconographique en apporte la preuve ; des places Carnot, il y en a jusqu’en Vendée ; les rues Robespierre foisonnent, il y a un lycée à son nom à Arras (opportunément sis « avenue des Fusillés » !), il y a des lycées Carnot dans plusieurs villes de France. Les bourreaux ne sont pas honnis, ils sont honorés, donnés en exemple. Westermann qui, triomphant, eut le privilège de faire ainsi son rapport à Paris, a lui aussi ses rues et ses hommages républicains : « Il n’y a plus de Vendée, Citoyens républicains, elle est morte sous notre sabre libre avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m’avez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui, au moins, pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. Un chef des brigands, nommé Désigny, a été tué par un maréchal des logis. Mes hussards ont tous à la queue de leurs chevaux des lambeaux d’étendards brigands. Les routes sont semées de cadavres. Il y en a tant que sur plusieurs endroits ils font pyramide. On fusille sans cesse à Savenay car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers. »
Suivant les ordres que vous m’avez donnés… Là encore, il disait vrai.

Que signifie tout cela pour la France d’aujourd’hui ? Eh bien, un devoir de vérité, un devoir de reconnaissance, un devoir de justice envers une population qui a été génocidée par des hommes dont aujourd’hui nos hommes politiques se réclament ; plus de celui-ci ou de celui-là, peut-être, mais toujours de théoriciens de l’anéantissement qui ont inventé et donné les plans pour tous les massacres idéologiques des siècles suivants. Jusqu’à l’utilisation des gaz pour rationaliser la tuerie, jusqu’aux tanneries de peau humaine – à Angers, à Meaux – pour la rentabiliser.
Nos hommes politiques se réclament de leurs slogans et de leurs principes, ils voient dans cette République qui s’est construite sur des « pyramides de cadavres » le ferment d’unité qui forge l’identité française aujourd’hui. Pourront-ils encore le faire sans récuser explicitement les abominations qu’on a commises en son nom ? Pourront-ils continuer d’ignorer l’avertissement de Soljenitsyne en Vendée – longuement citée – qui lumineusement, faisait le lien entre l’incohérence de la trilogie « liberté, égalité, fraternité » et les mots qui la chargeaient d’emblée de tous les dangers : « ou la mort… » Et qui montrait combien tous les génocides ont pris modèle sur ce qui se passa en Vendée.
La question n’est plus de savoir si l’on parlera de ce livre. Il faut en faire parler.

JEANNE SMITS
Article extrait du n° 7450 de "Présent" du samedi 8 octobre 2011

La préface de Gilles-William Goldnadel



Elle est explosive. Elle analyse, accuse, tire toutes les leçons du livre de Reynald Secher. Il faut la lire attentivement, elle rompt avec un certain silence, un certain discours. Le président de France-Israël n’hésite pas à écrire : « Si Hitler a été jugé et condamné, si les lieutenants de Pol Pot sont en cours de jugement sur les lieux mêmes de leur crime, Robespierre, Talaat Pacha, Lénine, Staline, Mao, etc., sont vierges de tout jugement et bénéficient d’une certaine indulgence, voire d’une sympathie, dans nos milieux intellectuels et politiques : Robespierre, entre autres, sur l’Arc de Triomphe à travers des noms comme ceux de Turreau, le commandant en chef des colonnes infernales en charge de l’anéantissement de la Vendée militaire et de l’extermination des Vendéens ; Talaat Pacha sur la colline de la Liberté à Istanbul où se trouve son mausolée, Lénine sur la place Rouge à Moscou, Staline dans le métro moscovite, Mao dont le portrait trône toujours sur le fronton de la porte de la Paix céleste sur la grande place de Tienanmen, etc. Que dirions-nous si au centre de Dachau on avait dénommé une rue Himmler ? Cette seule pensée est insoutenable. Alors comment a-t-on pu donner des noms de rues à Lazare Carnot, y compris en pleine Vendée qu’il a exterminée, des noms de lycée à Robespierre, etc. Depuis toujours, l’histoire républicaine est bonne fille envers les excès d’une révolution à considérer comme un bloc, selon la formule consacrée par Clemenceau. »
Et plus loin il ose conclure : « A l’heure actuelle, de fait, nous sommes devenus complices de ces bourreaux, (…) nous avons fait nôtre le génocide des Vendéens. (…) Comment pouvons-nous prétendre nous donner en exemple ? »


_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25867
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par LARA BAÏKAL le Lun 26 Juin - 19:28

A sa sortie, voilà 20 ans, ce livre avait choqué par la crudité que révélaient les archives. Aujourd'hui que les recherches ont confirmé les travaux pionniers de Reynald SECHER, force est de reconnaitre l'importance de cette contribution à l'histoire de la Révolution. Cet ouvrage, aujourd'hui traduit en 5 langues, sert de base de réflexion dans les plus prestigieuses universités étrangères. 351 pages L:24cm/l:15cm

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25867
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Invité le Lun 26 Juin - 19:37

C´est affreux, je ne connaissais rien de tout ça. Sad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Invité le Mar 27 Juin - 9:13

Et Reynald Secher n'a rien inventé du tout. Il a trouvé ses sources qu'il cite aux Archives Nationales (C.A.R.A.N.-AFH) et au S.H.A.T (Service Historique de l'Armée de Terre), publie les "petits papiers" qui donnaient les ordres aux généraux des armées républicaines. Tout est écrit, répertorié... Il a fouillé les archives des communes, vérifié les listes apposées sur les plaques des cimetières... Il s'est livré à un travail rigoureux et incontestable !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Katya le Mar 27 Juin - 10:59

J'ai relu ce poste, qui marque une période horrible de l'histoire de France
J'ai souvenance, dans les écoles, en cours d'histoire
Cette période nous a été expliqués,

Les détails sur cette période, relus ici, je ne les connaissais pas tous
Il faudrait se documenter, acheter des livres historiques, voir
naviguer sur le net en recherches.
J'en ai fait l'essai en tapant le mot " génocide Vendée"
Mes recherches pour certaines tournaient en boucle.

La Vendée à relecture , a souffert un martyr

La France, l'Europe, le Monde ne sont plus ce qu'ils étaient
Les livres d'histoires tombent dans l'oubli d'un pays
Notre jeunesse française , aurait besoin de retrouver
ces périodes de l'histoire de part des cours bien établis à cet effet
Sinon : la France de nos ancètres tombera dans l'oubli - elle n'y tombe déjà que trop.
Cela me ramène à Philippe de Villiers - j'ai lu et j'ai écouté ses interviews
En relation avec les interviews  : il est dommage, il retient ses mots

J'ai recherché des vidéos, je n'ai pas eu le temps de les écouter point à point

J'essaie d'en édité une : Cela s'avère impossible de mon pc !

Enfin : j'ai pu





Conférence de Mr Reynald Secher

Katya

Messages : 2131
Date d'inscription : 25/02/2017
Localisation : Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par LARA BAÏKAL le Mar 27 Juin - 13:12

Merci  Katya pour ce film sans doute édité pour le bicentenaire de 1993. Très émouvant.
Il met l'accent sur tous les faits d'armes sans trop s'étendre sur les représailles contre les civils cependant.


Mais comment résumer tout cela en si peu de temps....

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25867
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Katya le Mar 27 Juin - 14:55

Il est regrettable que la France
- et les Ministres en place (depuis trop longtemps)
Les Ministres en place : concernant l’Éducation Nationale

Ne soient pas " férus " d'histoire

Nous :
N'avons pas rendez-vous " pris" à l'assemblée

Il est dommage - Nous ne pourrons y exprimer nos désirs profonds


Si " oui" :

" Demande exprès serait établie , en relation avec l'histoire - à revisiter d'urgence
en raison d'omission en lien  " et lieu et place" avec le passé proche et lointain "

Katya

Messages : 2131
Date d'inscription : 25/02/2017
Localisation : Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Il était une fois dans l'Ouest !

Message par cessybo le Mar 27 Juin - 16:44


Bonjour !

C’est avec un étonnement métissé d’incrédulité que je me suis rendu compte que notre honorable  maitresse des lieux, Lara,  m’avait fait l’insigne honneur de m’attribuer la paternité de deux  nouveaux-nés dénommés “génocide et mémoricide”, de nationalité  vendéenne. Or, si je connaissais bien l’existence de “génocide “, j’avoue que le néologisme “ mémoricide “ m’était totalement inconnu. J’avais bien lu, par-ci, par-là, que certaines personnes avaient tendance à s’affranchir du devoir de mémoire, mais je ne savais pas qu’elles avaient avaient eu l’intention de le trucider.
Maréaction (excuse-moi, partenaire, d’emprunter ton patronyme !)  ma réaction première, disais-je, avait été de me pourvoir en refus de paternité.
Puis, j’ai réfléchi et je me suis dit que Lara trouverait sans doute ma dénégation désobligeante et inutile. Si le besoin s’en faisait sentir, il me serait facile,plus tard,  par le biais d’une analyse ADN, de prouver que je ne pouvais, en aucun cas, être le père biologique de ce bulletin d’information concernant les “ventre-à-choux” (1)  se défendant héroïquement contre les “bleus”, et que ce n’étaient pas les 4 ou 5 séjours effectués l’été dans ce département qui pouvaient me donner une crédibilité suffisante pour défendre une thèse différente de la vérité autochtone.


(1) =  http://www.site.troospeanet.fr/regionalisme-vendeen.html

Ma thèse étant, et je la maintiens, que le mérite des “Sans-culottes” avait été de remplacer une monarchie surannée et défraichie, par une première République juvénile, créative et courageuse.

P.S. : Si les Sans-Culottes avaient échoué  (et je ne mésestime pas le caractère nocif de leurs actions), et si, par contagion,  les diverses provinces qui voulaient s’émanciper et devenir autonomes ou indépendantes avaient réussi dans leurs tentatives de sécession...

je me demande à quoi ressemblerait la France d’aujourd’hui sans le Pays basque, la Vendée, l’Alsace, la Savoie, le Comté de Nice, la Corse, la Catalogne du Nord, etc...
nous serions la micronésie de l’Europe et le reste du monde ignorerait notre existence.
C’est déjà un peu le cas !

Ceci étant écrit sans esprit de polémique et avec le sourire !
Very Happy
avatar
cessybo

Messages : 7904
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par LARA BAÏKAL le Mar 27 Juin - 17:49

Citoyen Cessybo


Je trouve que " tu " pousses le bouchon un peu trop loin de dénier effectivement un semblant de paternité d'un fil dont " tu " m'as fait remarqué qu'il a dérapé avec ces salopards de Sans culotte !


Je cite :


Je rappelle le titre du fil

Emmanuel Macron prend une déculottée au sommet européen :

et le sujet a dérivé parce que j'ai eu l'imprudence, à titre humoristique, de parler des sans-culottes...  

C'est vraiment un dérapage incontrôlé !



" Ta " République n'est qu'une fille de joie qui a laissé place à un tyran pire que les rois king   queen , un empereur qui a mis le feu à toute l'Europe. Alors le progrès on se demande, tous ces gars partis arpenter les chemins de traverse pour aller tuer son prochain dans les pays voisins auraient mieux fait de labourer leurs champs !


Quand je coupe un fil comme d'autres ont tranché des têtes, il faut bien que je lui donne un titre qui corresponde aux débats et celui-ci n'était pas les sans culotte puisque ma réponse concernait  les crimes commis par ces derniers au nom de cette révolution.


Citoyen Cessybo, tiens " toi "le pour dit, la prochaine fois " tu "auras à mettre "  ta " tête sur le billot !  Sad


rigolo 2 rire

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25867
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Invité le Mar 27 Juin - 18:02

Ca fait longtemps qu´un message ne m´avait pas autant fait rigoler

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pauvre chou que je suis !

Message par cessybo le Mar 27 Juin - 18:04

Lara écrit :
Citoyen Cessybo, tiens " toi "le pour dit, la prochaine fois " tu "auras à mettre " ta " tête sur le billot ! Sad

Lara, avant de me couper le kiki, tu me coupes déjà l'appétit !

Je n'avais pas prévu de cas billot à mon repas du soir !
HIHIHAHA
avatar
cessybo

Messages : 7904
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par LARA BAÏKAL le Mar 27 Juin - 18:33

2  Joli jeu de mots !

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25867
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par LARA BAÏKAL le Mar 27 Juin - 18:46

elaine a écrit:Ca fait longtemps qu´un message ne m´avait pas autant fait rigoler  

Moi aussi, car en pleine écriture, voilà que Natacha Polony sur la 26 était en train de parler des sans - culottes.  HIHIHAHA


J'ai éclaté de rire ! Laughing

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25867
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Génocide et mémoricide vendéen

Message par Invité le Mer 28 Juin - 16:24

C'est dommage qu'on n'est pas eu la conférence de Secher jusqu'au bout !
Pour ma part, je possède deux de ses livres les plus importants...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum