L'appel du 18 juin

Aller en bas

L'appel du 18 juin

Message par Torofurieu30 le Jeu 22 Juin - 11:00

Les falsificateurs de l'Histoire s'en sont donnés à cœur joie en imposant à l'éducation nationale et à l'opinion publique, un appel, dit du"18 juin", qui en réalité n'a rien à voir avec celui que lança le 18 juin 1940, le sous-secrétaire d'état à la guerre, général à titre temporaire Charles De Gaulle, à la radio de Londres.
En réalité il s'agit de ce qui fut placardé sur les murs de Londres le... 3 août 1940. Ce véritable "appel du 18 juin" commence d'ailleurs par une contre-vérité flagrante, je cite:
" Les chefs qui, depuis de nombreuses années sont à la tête des armées françaises ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat..."

Les chefs des armées ? Non ! Pétain n'a jamais été "chef des armées depuis de nombreuses années" ! Et le général Weygand non plus ! Il a été rappelé d'urgence par ... le gouvernement républicain alors que la défaite était en cours !
Et le premier gouvernement du Maréchal  comportait une majorité de civils, issus pour la plupart de la IIIème République !
"alléguant la défaite de nos armées" ? Mais nous sommes le 18 juin 1940 et cette défaite est certaine, malgré les derniers et héroïques combats qui dureront jusqu'au 22 juin... Et cela De Gaulle ne pouvait l'ignorer comme sous-secrétaire d'état à la guerre...
avatar
Torofurieu30

Messages : 1405
Date d'inscription : 15/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'appel du 18 juin

Message par Torofurieu30 le Jeu 20 Juil - 11:29

Puisque quelqu'un s'est trouvé scandalisé que l'on remette en cause à l'image sainte de l'icône du 18 juin à propos de rafle du Vel'd'Hiv', autant y revenir ici puisqu'il s'agit d'Histoire.
J'ai participé à la journée "révolutionnaire" du 13 mai 1958 et au retour triomphal du général De Gaulle aux affaires le 4 juin qui a suivi à Alger, et incité par mon défunt père à découvrir qui était en réalité l'homme providentiel, j'ai donc cherché, dans l'histoire officielle et celle qui ne l'était pas, et trouvé ce qu'il avait été vraiment.
Le drame que nous avons subi en 1962 en Algérie m'a confirmé ce que j'avais appris et en approfondissant mes recherches, j'ai finalement découvert la triste réalité du personnage.
De Gaulle n'a jamais été un "soldat". Il a été, toute sa vie, un ambitieux avide de pouvoir. N'a jamais été le "découvreur" de l'arme blindée et encore moins celui qui avait inventé l'art et la manière d'utiliser cette arme. Une chose m'avait frappé; il existait deux éditions de "Vers l'armée de métier" où De Gaulle parlait de l'utilisation des chars. L'une, datée de 1934, éditée chez Berger-Levrault, Paris. L'autre, datée de 1944, éditée chez Baconnier à Alger et chez un autre éditeur à Beyrouth au Liban.
Dans la première, pages 167 et 168, le rôle de l'aviation d'accompagnement est clairement défini; elle doit répandre des fumées pour camoufler les chars et faire beaucoup de bruit pour éteindre celui des chenilles. Mais dans celle de 1944, que ne découvre-t-on pas ? Pages 108, 109 et 110... Que les avions sont la principale force d'appui des blindés, puisque les avions "frappent à vue directe et profondément l'ennemi" et qu'ils deviennent ainsi "l'arme dont les effets foudroyants se combinent le mieux avec les vertus de rupture des grandes unités mécaniques." En théorie une réédition d'un ouvrage n'est pas faite pour contredire radicalement les données de la première édition. Oui mais voilà, entre 1934 et 1944, il y a eu... 1940 et la blitzkrieg des panzerdivisionen accompagnées de leurs Stukas bombardiers en piqué... 
Il fallait aussi que le colonel De Gaulle reste le grand prophète des blindés.
Cet exemple n'était-il pas suffisant pour douter de l'histoire officielle construite autour de cet homme ? Il complétait en tous les cas ce que m'en avait dit mon défunt père, admirateur du général Giraud, combattant dans l'armée de Juin, blessé dans les combats du Garigliano...
avatar
Torofurieu30

Messages : 1405
Date d'inscription : 15/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'appel du 18 juin

Message par Torofurieu30 le Lun 31 Juil - 16:46

Quels sont les hauts faits d'armes du colonel De Gaulle en 39/40 ?
Montcornet ? Ce ne fut qu'une escarmouche sans aucun effet sur le flanc de l'offensive de Guderian, qui dans ses mémoires en parle à peine.
Abbeville ? Première observation des officiers qui y participèrent; De Gaulle n'y a pas mis en application la tactique qu'il avait suggérée dans ses publications. Ce fut là encore un échec dramatique qui lui valu son rappel à Paris...
A côté de çà, on a l'air de mépriser les actes de résistance de l'armée française, que ce soit à Dunkerque, ou à Saumur et tout le long de la Loire...
avatar
Torofurieu30

Messages : 1405
Date d'inscription : 15/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum