Le silence de la mer

Aller en bas

Le silence de la mer

Message par Invité le Sam 4 Mar - 12:57

Le Silence de la mer

Le Silence de la mer est une nouvelle de Vercors (pseudonyme de Jean Bruller), publiée clandestinement aux Éditions de Minuit en février 1942. Le Silence de la Mer est devenu un ouvrage « classique », abordant des thèmes centraux, comme la vie ou la guerre.

Trame de l'histoire
En 1941, au début de l'Occupation, un officier allemand, épris de culture française, réquisitionne la maison d'une famille comprenant un homme âgé et sa nièce. À travers des monologues prônant le rapprochement des peuples et la fraternité, il tente, sans succès, de rompre le mutisme de ses hôtes dont le patriotisme ne peut s'exprimer que par ce silence actif.

Résumé
En 1941, en pleine guerre, un jeune soldat allemand, Werner Von Ebrennac, vient s’installer chez un homme et sa nièce. Son arrivée se fait dans un silence insoutenable et à travers un malaise fou. Mais « Dieu merci, il a l’air convenable ». C’est un jeune homme poli qui parle constamment, sans jamais obtenir de réponses, sans jamais même en attendre. Il semble vivre seul dans un monde de statues.

Le jeune Werner prend l’habitude, durant l’hiver, de venir se chauffer au feu de foyer, où il égaye son soliloque. Les relations de l’Allemagne et de la France est son sujet le plus fréquent. Il parle d’art, de littérature et de musique, puisqu’il est lui-même France pour pouvoir y apporter quelque chose, mais aussi pour pouvoir y prendre en échange. Un peu à chaque soir, ce sont ses idées que l’on entend dans la maison française. Et les soirées se terminent toujours de la même manière : « Je vous souhaite une bonne nuit ».

Un beau jour, Werner apprend à ses hôtes qu’il ira passer ses deux semaines de permission à Paris, où des amis l’attendent. À son retour, il met une semaine avant d’adresser la parole à ses hôtes. Un soir, alors que durant la journée il a croisé le vieil homme, il descend lourdement voir celui-ci et sa nièce. Il leur demande d’oublier tout ce qu’il a pu dire durant les six derniers mois et expose les plans des Allemands contre la France avant de quitter définitivement la maison.

Commentaire
Le silence de la mer est un roman fort simple, mais renfermant plusieurs éléments qui demandent réflexion et approfondissement. D’abord, l’action elle-même aurait pu causer un problème à l’auteur si elle avait été connue durant la guerre : un français qui héberge un Allemand, c’est plus que subversif pour des hommes qui ne pensent qu’à leur propre victoire. Mais ce qu’il faut voir à travers l’action des personnages, c’est une philosophie fort humaine : nous sommes tous humains, les limites de nos pays ne sont visibles que sur les cartes que nous dressons.

Le roman de Vercors est philosophique et possède une structure narrative qui donne un essor considérable à cette philosophie. Le silence est d’ailleurs un thème et une action qui vient beaucoup influencer la vision que l’on a de l’intrigue. Les premiers mots adressés à Werner Von Ebrennac sont « Entrez, monsieur », alors que celui-ci est sur le point de partir définitivement, à la fin du roman. Et dire que ces mots sont en fait la cristallisation du sentiment éprouvé par le vieil homme envers le plus jeune : une certaine sympathie, une inquiétude. Et les derniers mots qui lui sont adressés, par la nièce, « Adieu », ne viennent que quelques minutes après, à peine. Une porte s’est ouverte, mais personne n’a eu le temps d’y passer. Pourtant, toute l’émotion du moment y est et y demeurera. Voilà ce qu’est Le Silence de la mer de Vercors.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le silence de la mer

Message par LARA BAÏKAL le Sam 4 Mar - 16:28

Merci Elaine mais je pense avoir vu un film sur le même sujet?

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 21596
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le silence de la mer

Message par Invité le Sam 4 Mar - 19:26

LARA BAÏKAL a écrit:Merci Elaine mais je pense avoir vu un film sur le même sujet?
Oui Lara, effectivement un film a été tourné en 1947 et sorti en 1949. Mais le livre est beaucoup plus poignant

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum