L'HERMIONE ATTENDUE AVEC LE TAPIS ROUGE PAR NOS AMIS AMÉRICAINS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'HERMIONE ATTENDUE AVEC LE TAPIS ROUGE PAR NOS AMIS AMÉRICAINS

Message par LARA BAÏKAL le Mar 21 Avr - 10:15

Un beau retour sur les festivités qui ont entouré le départ de l'Hermione qui maintenant est en mer pour sa fabuleuse aventure.
D'autres festivités sont prévues pour son arrivée et connaissant l'enthousiasme des Américains, je ne doute pas que cela va être formidable !



Reportage] L’Hermione a mis les voiles vers l'Amérique

Par Alice Pozycki

Les dimensions de l’Hermione ont de quoi donner le tournis. 65 mètres de long, 1 000 tonnes, et trois mâts immenses qui portent 2200 mètres carrés de voilure.RFI/ Alice Pozycki
Il y a trois siècles, l’Hermione traversait l’Atlantique avec à son bord le marquis de La Fayette. 235 ans plus tard, sa réplique à l’identique suit les traces de son ancêtre, direction les Etats-Unis, après 17 ans de travaux. Son retour en France est prévu en août prochain.
De notre envoyée spéciale
Le jour se lève à peine, un épais brouillard recouvre les abords de l’île d’Aix. Le zodiac qui transporte les journalistes à bord de l’Hermione continue son avancée, sans qu’il ne soit possible de voir à plus de quelques mètres autour du petit bateau. « Là, sur la gauche ! » Les têtes se tournent. La silhouette de la frégate semble surgir de nulle part. Les canons positionnés, les trois mâts fièrement dressés, en un clin d’œil, l’Hermione transporte quiconque la regarde trois siècles en arrière.
Un équipage de 80 personnes
Et pourtant, à bord, aucune trace de La Fayette, ce marquis qui traversa l’Atlantique à bord de l’Hermione pour témoigner du soutien de la France aux insurgés américains, pendant leur combat pour l’indépendance.

L’équipage, qui compte 80 personnes, est dans l’air du temps. Les vestes en cuir retourné, les pantalons imperméables et les chaussures de randonnée n’ont rien du XVIIIe siècle. L'un des volontaires se plaît toutefois à travailler en habit d’époque.
Ils reviennent tous de trois jours en mer. Un dernier entraînement à bord de l’Hermioneavant le grand départ, prévu quelques heures plus tard. Il a fallu se remettre dans le bain, et vite, après cinq mois passés à terre. « Il fallait remettre tout le monde en jambe, que l’équipage reprenne ses marques, se réhabitue au navire, à sa complexité, mais aussi au mal de mer », ironise Yann Cariou, commandant de l’Hermione.
Le départ approche. A bord, marins professionnels et volontaires connaissent le rituel, un briefing de la journée avec le Bosco, le maître d’équipage. Un train-train bientôt quotidien, et déjà parfaitement maîtrisé. Les équipes se répartissent les tâches de la journée. Personne n’échappera à la corvée de ménage.
Postée à l’avant du bateau, Manon porte une paire de jumelles et un talkie-walkie. Elle est en veille, c’est-à-dire chargée de s’assurer qu’aucun bateau ne s’approche de l’Hermionesans autorisation. Difficile de croire qu’elle débute en navigation, tant elle paraît sereine. « Les marins professionnels à bord ne sont pas inquiets, alors je n’ai aucune raison d’être inquiète », raconte la jeune femme, sourire aux lèvres.
Les journalistes repartent, mais l’équipage n’en a pas fini avec les visites. En début d’après-midi, branle-bas de combat, François Hollande embarque pour une heure. Pendant ce temps, à terre, des milliers de visiteurs se pressent pour voir parader l’Hermione. Une fanfare entonne la bande originale du film Pirates des Caraïbes.
Une parade de plusieurs kilomètres
Huguette est assise aux premières loges, juste à côté des barricades. La vue est dégagée… et méritée ! La spectatrice est arrivée dès 8h du matin pour s’assurer d’avoir une place. « C’est incroyable… J’ai 83 ans, et je peux maintenant partir tranquille, j’aurai vu quelque chose d’extraordinaire au moins une fois dans ma vie », s’émeut-elle.

Écouter le reportage de notre envoyée spéciale à Fouras19/04/2015 - par Alice Pozycki

La frégate avance, sans tambour ni trompette, mais au rythme des feux d’artifice et des canons à blanc que tire l’Hermione. Le public applaudit. Dans les rangs, quelques déçus se plaignent de ne pas voir le navire débarquer voiles au vent. A l’aller comme au retour, les 2 200 mètres carrés de voilure resteront solidement enroulés. Au milieu de la foule, Damien, un collégien de 12 ans ne se fait pas prier pour chantonner l’hymne de l’Hermione, qu’il connaît par cœur : « Hermione est en nos cœurs, marins du monde entier, frégate de liberté, tu nous donnes envie d’espérer ».


Trois Mirage 2000 de l’escadron La Fayette basé à Istres survolent la frégate, avant que cette dernière ne rentre au mouillage, près de l’île d’Aix. Les spectateurs saluent une dernière fois le trois-mâts, cathédrale des mers qui doit maintenant accomplir un défi lancé il y a plus de vingt ans : traverser l’Atlantique, 235 ans après son ancêtre.



  • Les volontaires sont appelés gabiers, terme désignant les matelots des voiles. Ils assurent les réparations à bord et sont tous équipés d’un épissoir, un petit couteau indispensable pour travailler dans les cordages. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • A bord de l’Hermione, le port de l’habit d’époque est loin d’être à la mode. Adam, un Américain passionné d’histoire, fait partie de la cinquantaine de bénévoles engagés dans ce projet. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Quelques heures avant le grand départ, l’Hermione s’est accordé une parade devant les spectateurs. Plusieurs dizaines de bateaux de plaisance ont salué de près la frégate. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • L’Hermione possède 26 canons à son bord. Sur la version originale, ces canons tiraient des boulets de 6 kg. Ceux de la réplique ont été démilitarisés et tirent à blanc. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Plusieurs milliers de personnes se sont massées le long des côtes charentaises pour profiter de la meilleure vue pendant la parade de l’Hermione. Tant pis pour ceux qui ont oublié la paire de jumelles! 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Le gréement de l’Hermione, les cordages qui maintiennent les mâts et permettent le fonctionnement des voiles, est composé de 1500 pièces différentes. Mis bout à bout, ces cordages mesurent 25 kilomètres. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Trois mirages 2000 de l’escadron La Fayette, créé en hommage au marquis, ont survolé l’Hermione au cours de sa parade. Au même moment, les canons de la frégate ont tiré des feux d’artifice. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Près du mouillage de l’Hermione, une autre frégate est venue saluer le navire. Il s’agit du Nao Victoria, une caravelle espagnole d'une longueur de 26 m associée à Magellan. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Il y a trois siècles, lorsque l’Hermione emmena La Fayette aux Etats-Unis, le drapeau de la France était alors celui de la monarchie. Le fameux drapeau tricolore, symbole de la République, viendra plus tard. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Pour évacuer les déchets hors du bateau, il faut utiliser un système de cordes et de poulies qui permet de déplacer des sacs, même très lourds. A bord de l’Hermione, on trouve plus de 1000 poulies! 
    RFI/ Alice Pozycki



  • Les volontaires sont appelés gabiers, terme désignant les matelots des voiles. Ils assurent les réparations à bord et sont tous équipés d’un épissoir, un petit couteau indispensable pour travailler dans les cordages. 
    RFI/ Alice Pozycki



  • A bord de l’Hermione, le port de l’habit d’époque est loin d’être à la mode. Adam, un Américain passionné d’histoire, fait partie de la cinquantaine de bénévoles engagés dans ce projet. 
    RFI/ Alice Pozycki








Les Etats-Unis s'apprêtent à dérouler le tapis rouge à l'Hermione
Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet
Le départ de l’Hermione n’est pas passé inaperçu aux Etats-Unis. La chaine CBS a réservé un reportage de 3 minutes à l’Hermione dans son émission matinale d’information. Commentaire admiratif du présentateur en studio : « Quelle allure ! ».
Outre les bons vœux d’Obama dans une lettre à en-tête de la Maison Blanche, l’Amérique s’apprête à déployer le tapis rouge pour l’Hermione attendue le 5 juin à Yorktown, haut lieu de l’histoire américaine, qui vit la victoire finale des troupes révolutionnaires sur les Britanniques grâce à l’arrivée de la marine française.
L’élégante frégate fera escale dans 11 villes de la côte Est, dont Baltimore, Boston et New York, le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. L’une de ces escales sera particulièrement significative : Mount Vernon, la demeure de George Washington sur le fleuve Potomac, en Virginie. Le premier président américain y avait reçu son ami le marquis lors de son retour triomphal en Amérique en 1824. Dans le couloir central est accrochée la clé de la Bastille que Lafayette avait fait parvenir à Washington comme « symbole de la victoire de la liberté sur le despotisme ».




http://www.rfi.fr/france/20150419-france-travaux-hermione-voiles-amerique-lafayette-atlantique-ile-aix/
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 19466
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum