Depuis 2010, les Italiens ont déposé huit fois plus de billets de 500 euros qu’il n'y en avait officiellement en circulation. Une "anomalie" qui rappelle le poids de l’économie souterraine et de l'évasion fiscale en Italie.