Un dîner presque parfait chez Mélanie Rouat

Aller en bas

flower Un dîner presque parfait chez Mélanie Rouat

Message par LARA BAÏKAL le Sam 6 Avr - 21:10

Mélanie Rouat était une sorte de Paul Bocuse à l'heure où les femmes n'étaient pas dans le domaine de la gastronomie qui était réservé aux hommes.
Deux restaurants, une exploitation ostréicole, des parts dans une conserverie et un chalutier, tout démontre que Mélanie Drouat était une femme d'affaires et très organisée.
De par la réputation de ses bonnes recettes, elle a attiré le tout Paris politique et les vedettes des arts et spectacles et sans doute les peintres qui ont fait la réputation de Pont Aven.

Visiblement ce n'était pas encore la mode de la cuisine diététique mais l'important c'était de se régaler à cette bonne table ! 
Un dîner presque parfait chez Mélanie Rouat 164a27406ab22711a7dc058c11d73ef7
Un diner presque parfait chez Mélanie Rouat
Le destin de Mélanie Rouat est intéressant à plus d’un titre. C’est en effet dans un métier d’hommes – la gastronomie, qui ne doit pas être confondue avec la cuisine du quotidien, tâche implicitement dévolue aux femmes – que cette finistérienne de Riec-sur-Belon réussit, devenant même une redoutable business woman possédant deux restaurants, une exploitation ostréicole ainsi que de nombreuses parts dans des conserveries et même un chalutier1. Par ailleurs, la cuisine de Mélanie Rouat est viscéralement attachée au terroir breton, alors que cette région n’est pas vraiment réputée pour la finesse de ses traditions culinaires, à l’instar du kouign amann par exemple. Autant de paradoxes qui ne peuvent qu’attirer l’attention.

Un dîner presque parfait chez Mélanie Rouat Melanie
[size=13][b][size=13][b][size=13][b][size=13][b]Carte postale. Collection particulière.[/b][/size][/b][/size][/b][/size][/b][/size]
Née à l’état-civil en 1878 à Riec-sur-Belon, la « chef » Mélanie Rouat naît en 1921 lorsqu’une troupe d’acteurs de la Comédie Française échoue affamée dans le café-épicerie qu’elle tient alors dans son village natal. Ne trouvant pas d’établissement où déjeuner, les comédiens la sollicitent et ne tardent pas à tomber amoureux des les plats qu’elle improvise en deux coups de cuiller à pot. Conquis, les acteurs incitent grandement cette veuve élevant six enfants à ouvrir son propre restaurant, ce qu’elle ne tarde d’ailleurs pas à faire.
Très rapidement, le succès est au rendez-vous. Comme en quête d’une certaine authenticité, le Tout-Paris se presse à Riec-sur-Belon : Vincent Auriol, René Coty, Roland Dorgelès… Les vedettes des arts, du spectacle et de la politique viennent s’attabler dans ce restaurant. En octobre 1929, quelques jours seulement avant le fameux Jeudi noir de Wall Street, le critique gastronomique de Paris-Soir qualifie Mélanie Rouat de « grand cordon bleu » et avance même que sa « crème qui servit d’entremets, elle mériterait d’être chantée sur le biniou ! »2
La décoration de Chez Mélanie dit d’ailleurs bien ce qu’est le restaurant : une fameuse table qui est aussi un merveilleux symbole, n’hésitant pas à l’occasion à jouer sur la corde du folklore. Les serveuses portent l’habit traditionnel de Pont-Aven et la maison joue à plein la carte de ce « terroir » magnifié par les nombreux et réputés peintres établis dans la région.D’ailleurs, les « Trois femmes et une vache dans un pré et Bretons en barque sur l’Aven » de Paul Gauguin sont longtemps exposés dans l’établissement3. En juin 1942, alors que l’occupation impose un sévère rationnement et une modification drastique des habitudes alimentaires, le restaurant de Mélanie Rouat est érigé par L’Ouest-Eclair, quotidien pourtant acquis à la cause de la Révolution nationale, en « un des derniers bastions de la Cuisine Française »4. D’une certaine manière, l’alliance dans l’assiette de la petite et de la grande patrie…

Un dîner presque parfait chez Mélanie Rouat Melanie2
Carte postale. Collection particulière.
Or ce que dit le succès de Mélanie Rouat, c’est aussi le changement des pratiques en matière d’alimentation. Qu’on en juge à travers quelques-unes de ses plus célèbres recettes : ses palourdes farcies nécessitent 250g de beurre… pour 48 coquillages ; pour deux homards elle ajoute 100g de beurre, 200ml de crème fraiche mais aussi 200ml de muscadet et deux cuillers à soupe, que l’on imagine généreuses, de cognac. Et que dire de sa dinde rôtie farcie de 18 foies de volailles ? En 1930 comme aujourd’hui, la cuisine bretonne est non seulement rustique mais éminemment roborative, qualité qui à l’heure du diktat de la minceur et des régimes faibles en graisses et sucre n’est évidemment pas particulièrement prisée.
Erwan LE GALL
http://enenvor.fr/eeo_actu/entredeuxguerres/un_diner_presque_parfait_chez_melanie_rouat.html

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32065
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

flower Re: Un dîner presque parfait chez Mélanie Rouat

Message par Cousin-hubert le Sam 6 Avr - 21:59

Miam miam, plus c'est gras et plus c'est bon !


Effectivement on ne mange plus maintenant comme on mangeait dans ma jeunesse.


Le besoin de vivre mieux et sans maladies a fait son chemin et nous permet de vivre beaucoup plus longtemps en bonne santé, mais un petit écart de temps en temps ne va pas nous faire décéder sur le champs !rigolo
Cousin-hubert
Cousin-hubert

Messages : 2217
Date d'inscription : 15/10/2017
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum