Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie

Aller en bas

Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie Empty Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie

Message par cessybo le Lun 19 Nov - 18:06

Ce document .pdf comporte 110 pages.

Ceux qui s'intéressent à l'histoire de la présence française en Algérie et, plus particulièrement à l'année 1960, trouveront dans ce texte des informations très significatives sur les mois qui ont précédé l'indépendance

Un extrait du prologue :

Ce troisième tome portant sur le 1er RCP est le dernier de la série. Ayant été libéré fin octobre

1960, il ne m’est pas possible de narrer certaines anecdotes qui m’ont été rapportées par la suite.

Je ne les ai pas vécues, il revient donc à d’autres de les écrire.

Ce ne fut qu’en 1974 que j’eus l’opportunité de reprendre contact avec le Régiment lors d’un bref

séjour à Pau. L’unité avait alors pour base le camp d’Idron. Ce fut en compagnie de mon ami

Claude Pays, ancien lieutenant parachutiste, que nous nous présentâmes à l’entrée du camp. La

sentinelle était accompagnée d’un berger allemand qui gronda à la vue de nos vêtements civils

et, à ma grande surprise, le jeune Parachutiste lui donna une tape sur le museau en lui disant :

« Goliath, couché ! ».

Bien entendu, ce n’était plus mon vieux Goliath qui avait des kilomètres de pistes de djebels dans

les pattes, ni je ne sais combien de sorties d’hélicoptère. Goliath l’Ancien avait probablement

rejoint Saint Michel, mais la tradition perdurait et j’en fus profondément touché. Je dirais même

que je fus profondément ému.

Beaucoup plus tard, j’ai su que, sentant venir la mort, Goliath 1er, était sorti du camp, s’était allongé

sous un arbre et avait attendu qu’elle vienne le cueillir. Inquiet de son absence, le Régiment avait

ratissé la zone et l’avait retrouvé. Il fut enterré à l’intérieur du camp avec les honneurs militaires.

Aujourd’hui, le camp d’Idron n’est plus qu’un lointain souvenir. Durant un temps, il ne fut qu’un

champ de ruines. Le Régiment est maintenant basé à Pamiers, cependant, dans la salle d’honneur

de la Compagnie d’éclairage et d’appui, trônait et trône probablement encore, en bonne

place, la plaque de marbre qui avait été déposée sur sa tombe, ainsi qu’un cadre que j’ai offert

il y a quelques années au Régiment et qui rappelait, illustrée par une ou deux photos, l’histoire

de ce chien d’exception.

A compter du début novembre 1960, j’ai préféré oublier la période de guerre civile et passer directement

au mois de juin 1962 qui marque le début de mon exil. De toute manière, cette période

ne concernait nullement le 1er RCP.

Aujourd’hui, je souffre toujours autant de la perte d’un pays qui en fait était ma véritable Patrie.

J’ai voulu que mon fils Patrick, né le 27 avril 1962, voie le jour à Alger. Il marque ainsi la sixième

génération à avoir connu cette France située au nord du continent africain.

Bien entendu, je n’ai pas souhaité parler de la lente agonie du pays, générée par le profond

mépris affiché à notre égard par le chef de l’État. Infamie suprême, il nous a exclus, le 8 avril

1962, d’un référendum portant sur notre destin. Aucune des bonnes âmes, habituellement tant

attachées aux Droits de l’Homme, n’a réagi. Les Français ont voté OUI à 90 % pour l’indépendance

de l’Algérie.

Je tairai les vexations subies au quotidien, suite notamment aux actions des gendarmes mobiles.

Certains d’entre eux ont eu, dans les derniers temps, la bassesse d’orner l’une de leurs jeeps du

drapeau FLN. Je ne pensais pas que l’on pouvait aller si bas, eh bien eux l’on fait !

Je n’évoquerai pas les milliers de disparus dont le gouvernement français s’est totalement désintéressé.

Personne ne s’est soucié de leur sort, alors qu’il aurait été possible, dans un premier temps,

d’empêcher cela, car n’oublions pas que l’Armée avait reçu pour consigne de ne pas intervenir,

même en cas d’enlèvement d’Européens se déroulant devant elle. Les quelques militaires qui se

sont opposés par les armes ont agi de leur propre chef, sauvant ainsi l’honneur non seulement de

l’Armée, mais aussi celui de la France. Dans un second temps, le gouvernement avait le pouvoir

de taper du poing sur la table, car il disposait de moyens de pression vitaux.

Je crains que l’abandon de nos compatriotes soit une habitude française, pour cela il n’y a qu’à

consulter la liste des soldats faits prisonniers par le Viet-Minh, et la comparer à ceux qui ont été

rendus. Sur ce point également, le silence de la France a été assourdissant.

Mais je préfère arrêter là mes souvenirs amers, il ne sert à rien de les exprimer. Ceux qui n’ont

pas voulu comprendre ne comprendront toujours pas. Nos disparus ne reviendront pas. Nos

Harkis ne ressusciteront pas.

Afin que continue à vivre, dans nos esprits, notre Algérie Française, évoquons seulement les

temps durant lesquels le déshonneur, la violence, la haine, la trahison n’avaient pas leur place

sur une terre bénie des Dieux.

Je vous invite donc, par les lignes suivantes, à rejoindre l’Escadron du 1er RCP afin de marcher

à nos côtés durant l’année 1960. Cette longue marche ravivera le souvenir de ceux qui ne sont plus

et que l’écoulement des ans effacent peu à peu de notre mémoire collective.

Pour lire la suite : >>>  Parachutiste au 1er R.C.P.
cessybo
cessybo

Messages : 11167
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie Empty Re: Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie

Message par Girondin le Lun 7 Jan - 9:06

ça aurait du se terminer à Nuremberg ......car la présence française en Algérie, fut un crime contre l'humanité,d'après Macron 1er ......
Plus sérieusement, ce PDF est intéressant .

Girondin

Messages : 6295
Date d'inscription : 10/02/2018
Age : 70
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie Empty Re: Vue par un officier parachutiste, l'année 1960 en Algérie

Message par Invité le Lun 7 Jan - 10:05

Rolling Eyes Etant née aussi ailleurs tout ce qui concerne ces pays m'intéresse ! merci de ce texte cessybo !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum