APPEL à la violence contre les forces de l'ordre à Corbeil (91)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: APPEL à la violence contre les forces de l'ordre à Corbeil (91)

Message par Girondin le Mer 31 Oct - 12:26

Tiens le dernière .....La racaille de l'appel à la violence  ,est libre comme l'air ....
saloperie de justice ......!!!

Girondin

Messages : 5115
Date d'inscription : 10/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: APPEL à la violence contre les forces de l'ordre à Corbeil (91)

Message par melatonine le Mer 31 Oct - 16:28

Salan et Jouhaut ont été emprisonnés à la fin de la guerre d'Algérie
Ils n'étaient pas les seuls à faire partie de l'OAS
Et savaient pourquoi.
Les Algériens seraient restés dans leur pays sans l'indépendance
Ne seraient pas tous venus en France et il n'y aurait pas eu de regroupement familial

melatonine

Messages : 1655
Date d'inscription : 18/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: APPEL à la violence contre les forces de l'ordre à Corbeil (91)

Message par lindyhop le Mer 31 Oct - 17:14

melatonine a écrit:Salan et Jouhaut ont été emprisonnés à la fin de la guerre d'Algérie
Ils n'étaient pas les seuls à faire partie de l'OAS
Et savaient pourquoi.
Les Algériens seraient restés dans leur pays sans l'indépendance
Ne seraient pas tous venus en France et il n'y aurait pas eu de regroupement familial


il y en a eu un plus que ça carmen ....

220 officiers sont relevés de leur commandement, 114 sont traduits en justice et le groupement des commandos de l'air ainsi que les trois régiments ayant pris part au putsch sont dissous par ordre du chef de l'État ; il s'agit du 1er régiment étranger de parachutistes, du 14e régiment de chasseurs parachutistes et du 18e régiment de chasseurs parachutistes.

Environ un millier d'officiers hostiles à la politique du gouvernement ou par solidarité avec les putschistes démissionnent à cette période, soit 3 % des officiers d'active de l'armée française[12].

Procès et amnistiesModifier

Le Haut Tribunal militaire condamne Challe et André Zeller à 15 ans de réclusion. Ils sont amnistiés et réintégrés dans leurs dignités militaires sept ans plus tard. Salan et Jouhaud s'enfuient, avant d'être arrêtés et condamnés, le premier à la détention à perpétuité, et le second, qui était pied-noir, à la peine de mort (qui fut ensuite commuée). Les partisans acharnés de l’Algérie française entrent dans l’action clandestine avec l’Organisation armée secrète (OAS). Salan et Jouhaud en prennent la tête avec Jean-Jacques Susini. Les condamnations pénales sont effacées par la loi d'amnistie de juillet 1968.

Les généraux putschistes encore vivants sont réintégrés dans l'armée (corps de réserve) en novembre 1982, par une loi d'amnistie. Avec le soutien du président du groupe Pierre Joxe, les 311 députés socialistes votent contre l'avis du gouvernement un amendement écartant du bénéfice de la loi les officiers ayant pris les armes contre la République. Le 23 novembre 1982, Pierre Mauroy engage alors la responsabilité du gouvernement sur ce texte contre lequel aucune motion de censure n'est déposée[13]. Les généraux amnistiés sont Raoul Salan et Edmond Jouhaud, ainsi que six généraux ayant joué des rôles moins importants :

Pierre-Marie Bigot, 73 ans, ancien commandant de la région aérienne d’Alger, libéré en 1965, décédé en janvier 2008[réf. nécessaire] ;Jacques Faure, 77 ans, représentant des putschistes à Paris, libéré en 1966 décédé le 9 avril 1988 ;Marie-Michel Gouraud, 77 ans, commandant le corps d'armée de Constantine, libéré en 1965 ;Gustave Mentré, 73 ans, qui ne fera pas de prison ;Jean-Louis Nicot, 71 ans, major général de l’armée de l'air, qui n’avait pas voulu organiser la protection de la métropole contre une possible opération aéroportée des putschistes, libéré en 1965, décédé le 29 août 2004 ;André Petit, 72 ans, qui avait accepté le commandement militaire d’Alger, et avait été libéré en 1964, mort en 1999.

BilanModifier

Cet échec du putsch est le dernier sursaut officiel (l'organisation française politico-militaire l'OAS aura une action clandestine) des partisans de l'Algérie française, les accords d'Évian étant signés moins d'un an plus tard. Il assoit la réputation de légalisme de l'armée française qui est restée majoritairement fidèle aux institutions.

Au niveau institutionnel, de Gaulle prend 25 décisions majeures grâce aux pleins pouvoirs conférés par l'article 16 de la Constitution de la Cinquième République française. À plus long terme, ce putsch et les attentats dont de Gaulle est l'objet lui donnent des arguments en faveur de la réforme institutionnelle de 1962 sur l'élection du président de la République au suffrage universel[3].

RemarquesModifier

L'expression « quarteron de généraux » a été relevée comme impropre, en ce qu'elle fait référence au nombre quatre, alors que quarteron désigne originellement « un quart de cent » soit 25[14]. Néanmoins, le mot peut être employé avec le sens de « petit groupe »[15]. Louis Aragon parlait en 1958 d’un « quarteron de conjurés monarchistes »[16].À pied, à cheval et en voiture fait référence à une comédie filmée de 1957, avec Noël-Noël, Darry Cowl et Sophie Daumier, qui avait été très populaire en France. Elle fait aussi référence au poème de Jacques Prévert, En sortant de l'école (1946), devenu un classique de la chanson française. La formulation de Michel Debré avait donc, involontairement ou non, revêtu un côté facétieux, dans le but peut-être de montrer que les généraux « n'impressionnaient pas » le gouvernement.


_________________
la gauche est à la france ce que le gros rouge qui tâche est au mouton rotschild ou la brebis galeuse est à l'agneau pascal .
avatar
lindyhop

Messages : 1777
Date d'inscription : 20/09/2017
Localisation : avignon

Revenir en haut Aller en bas

Re: APPEL à la violence contre les forces de l'ordre à Corbeil (91)

Message par melatonine le Jeu 1 Nov - 10:25

Merci Lindyhop pour ce reportage que je ne connaissais pas
Très étonnée que tant de généraux et officiers aient pris part à cette action.
Je vois que le Général De Gaule ne faisait pas dans la dentelle pour les condamnations
Lui qui avait dit aux Pieds Noirs à Alger:  "Je vous ai compris"
avatar
melatonine

Messages : 1655
Date d'inscription : 18/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum