Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Lun 1 Oct - 14:11

Ce grand chanteur et monument de la chanson française vient de nous quitter ....

Que de belles chansons tout au cours de sa carrière, la première dont je me souviens toute petite, c'est  "les comédiens "...
Il chantera longtemps dans nos coeurs car il a accompagné nos vies.

Mort de Charles Aznavour après une longue et belle vie de bohème

  • Par  Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Svg+xml;base64,PD94bWwgdmVyc2lvbj0iMS4wIiBlbmNvZGluZz0iVVRGLTgiIHN0YW5kYWxvbmU9Im5vIj8+Cjxzdmcgd2lkdGg9IjE0cHgiIGhlaWdodD0iMTRweCIgdmlld0JveD0iMCAwIDE0IDE0IiB2ZXJzaW9uPSIxLjEiIHhtbG5zPSJodHRwOi8vd3d3LnczLm9yZy8yMDAwL3N2ZyIgeG1sbnM6eGxpbms9Imh0dHA6Ly93d3cudzMub3JnLzE5OTkveGxpbmsiPgogICAgPCEtLSBHZW5lcmF0b3I6IHNrZXRjaHRvb2wgMy44LjEgKDI5Njg3KSAtIGh0dHA6Ly93d3cuYm9oZW1pYW5jb2RpbmcuY29tL3NrZXRjaCAtLT4KICAgIDx0aXRsZT45QkEzMjREQi0yN0EyLTQ4QTctQTAxNi1BQUM4RDQ2OTMyNUE8L3RpdGxlPgogICAgPGRlc2M+Q3JlYXRlZCB3aXRoIHNrZXRjaHRvb2wuPC9kZXNjPgogICAgPGRlZnM+PC9kZWZzPgogICAgPGcgaWQ9IkFydGljbGUiIHN0cm9rZT0ibm9uZSIgc3Ryb2tlLXdpZHRoPSIxIiBmaWxsPSJub25lIiBmaWxsLXJ1bGU9ImV2ZW5vZGQiPgogICAgICAgIDxnIGlkPSJBUlRJQ0xFIiB0cmFuc2Zvcm09InRyYW5zbGF0ZSgtMjMwLjAwMDAwMCwgLTQ5MC4wMDAwMDApIj4KICAgICAgICAgICAgPGcgaWQ9ImF1dGV1ciIgdHJhbnNmb3JtPSJ0cmFuc2xhdGUoMjMwLjAwMDAwMCwgNDg4LjAwMDAwMCkiPgogICAgICAgICAgICAgICAgPGcgaWQ9Imljb24tbWluaS1maWdhcm8iIHRyYW5zZm9ybT0idHJhbnNsYXRlKDAuMDAwMDAwLCAyLjAwMDAwMCkiPgogICAgICAgICAgICAgICAgICAgIDxnIGlkPSJmcGx1bWUiPgogICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICA8cGF0aCBkPSJNMTQsMTEuODk5NiBDMTQsMTMuMDU5NTcyNSAxMy4wNTkyOTY4LDE0IDExLjg5OTU3NiwxNCBMMi4wOTk5NDQwMSwxNCBDMC45NDA1NDMyNTgsMTQgMCwxMy4wNTk1NzI1IDAsMTEuODk5NiBMMCwwIEwxMS44OTk1NzYsMCBDMTMuMDU5Mjk2OCwwIDE0LDAuOTQwMjY3NDU5IDE0LDIuMTAwMjQwMDMgTDE0LDExLjg5OTYiIGlkPSJGaWxsLTEiIGZpbGw9IiMzNzc1Q0EiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTguOTgyMzUyOTQsOSBMOC45NjY5ODI5Miw4Ljk5MTkyOTU3IEM4Ljk2Mzc1NzEyLDguOTg4MjYxMTkgOC42NTQwNzk3LDguNjMzNDA2NyA4LjAwOTEwODE2LDguMDU5MTgzMTcgTDgsOC4wMjU2Nzg2NSBMOC4wMjE0NDIxMyw4LjAwNDQwMjA1IEw4LjEyMTI1MjM3LDggTDguMTM1Mjk0MTIsOC4wMDUzODAyOSBDOC40ODIzNTI5NCw4LjMxNTQ4MDU2IDguNjQ1MTYxMjksOC41MTUwNDAzNSA4Ljg3MDAxODk4LDguNzkxMzkxNTQgQzguOTEwODE1OTQsOC44NDAzMDMyNSA4Ljk1Mjk0MTE4LDguODkyMTQ5NjcgOC45OTg2NzE3Myw4Ljk0NzQxOTkxIEw5LDguOTg5NzI4NTQgTDguOTgyMzUyOTQsOSBNOC42MjU5MDk3NSw4IEw4LDggTDgsOC4yOTY5ODczNCBDOC40MDEwMTg5Miw4LjQ3MzY0NjY4IDguNTk1MDUwOTUsOC42MTg1NzUwOCA4LjU5Njc5NzY3LDguNjIwMDAxMTkgQzguNjAyMzI4OTcsOC42MjM3NDQ3MyA5LjI0OTQ5MDU0LDkuMDQyNDg2MTggOS43ODAyMDM3OCw5LjYzODA2NTI0IEM5Ljk3MDE2MDEyLDkuODUwNzMzODUgMTAuMTA1Mzg1Nyw5Ljk4MzM2MjA1IDEwLjIyNDc0NTMsMTAuMTAwNDgxMyBDMTAuNDMzNDc4OSwxMC4zMDUxMjgxIDEwLjYxNDg0NzIsMTAuNDgyNjc4NyAxMSwxMSBDMTAuNjgxMjIyNywxMC40Nzc1MDkxIDEwLjIzNTUxNjcsOS45MTEzNDM1MSA5LjU2ODcwNDUxLDkuMTc1NDcwOTEgQzkuMjYyMDA4NzMsOC44MzY1OTE2IDguOTE5Nzk2MjIsOC40MTAzNjMwNiA4LjYyNTkwOTc1LDgiIGlkPSJGaWxsLTIiIGZpbGw9IiM5OTk5OTkiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTEwLjY4NDMzMjgsOS41NTUxODA0MSBDMTAuMTE2MTQ5LDkuMDgzMzUwMTMgOS40MDQxMTI1NCw4LjQ4MTA1MjIxIDguOTM1NTU4ODEsOC4wMDY1MDA3MSBMOC45MTkzODM5OCw4IEw4Ljc3ODI4NDQ0LDggTDguNzU5MTg0MzgsOC4wMTEwMzYwOCBMOC43NjI0NTM3Niw4LjAzMDk5MTc0IEM5LjExNjQwNzEyLDguMzg3Nzc0NjQgOS41MzMxNjcsOC43NjEzMzg0NCA5LjkwNTcwNDIxLDkuMDU2NTkxNDEgQzEwLjY5Mzk2ODksOS42ODA2NTkxNCAxMS4yMjA4NTUyLDEwLjE2MDgwNDMgMTEuNTk3Njk0MiwxMC42MDM5MTA1IEMxMS4xNDIzOTAxLDEwLjE2NTE4ODUgMTAuOTI3OTg3NiwxMC4wMTQ2MTQgMTAuNjgxMjM1NSw5Ljg0MTA2MDI3IEMxMC41NDAxMzU5LDkuNzQxNzM1NTQgMTAuMzgwMjgwNSw5LjYyOTI1ODIxIDEwLjE1NTcyNTcsOS40NDg5MDE0MyBDOS41MjgzNDg5Niw4Ljk0MzgxMTczIDguNzYzMzE0MTIsOC41ODg2OTE4IDguNzU2Nzc1MzYsOC41ODU1MTcwMyBDOC43NTQ1Mzg0Miw4LjU4NDMwNzYgOC41MTc5Mzg1Nyw4LjQ1NzQ2ODI1IDguMDI4MzkxOTgsOC4zMDQzMjM3MyBMOC4wMDg3NzU3LDguMzA2ODkzNzcgTDgsOC4zMjIxNjI4NyBMOCw4LjUyMTI2NTg3IEw4LjAxMzc2NTgxLDguNTM4OTUzODQgQzguNjYyOTk1NzgsOC43NDQ4NTk5MSA4Ljk2MjQwMjEzLDguODkzNzcxNDIgOC45NjUzMjczNyw4Ljg5NTI4MzIxIEM4Ljk3NDc5MTM2LDguODk5ODE4NTggOS45MzY1MDUyMSw5LjM3OTk2MzcyIDEwLjYzNzM1Nyw5Ljk3MTY3OTEgQzExLjIyODQyNjQsMTAuNDcxNjI4NyAxMS4zNzM0ODM2LDEwLjYwOTIwMTggMTEuNTMxMjc0MiwxMC43NjQzMTE2IEMxMS41NDMxNDcyLDEwLjc3MTU2ODIgMTEuODI5MTMxOSwxMC45NDY3ODQ5IDExLjk3MjI5NjMsMTAuOTk4NjM5NCBMMTEuOTgwMzgzNywxMSBMMTEuOTk1MzU0LDEwLjk5NDcwODcgTDEyLDEwLjk3NDI5OTUgQzExLjk5NzU5MSwxMC45NjkzMTA2IDExLjczOTEzNzksMTAuNDI5OTAzMiAxMC42ODQzMzI4LDkuNTU1MTgwNDEiIGlkPSJGaWxsLTMiIGZpbGw9IiM5OTk5OTkiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTguMTIxMjUyMzcsOCBMOC4wMjE0NDIxMyw4LjAwNDQwMjA1IEw4LDguMDI1Njc4NjUgTDguMDA5MTA4MTYsOC4wNTkxODMxNyBDOC42NTQwNzk3LDguNjMzNDA2NyA4Ljk2Mzc1NzEyLDguOTg4MjYxMTkgOC45NjY5ODI5Miw4Ljk5MTkyOTU3IEw4Ljk4MjM1Mjk0LDkgTDksOC45ODk3Mjg1NCBMOC45OTg2NzE3Myw4Ljk0NzQxOTkxIEM4Ljk1Mjk0MTE4LDguODkyMTQ5NjcgOC45MTA4MTU5NCw4Ljg0MDMwMzI1IDguODcwMDE4OTgsOC43OTEzOTE1NCBDOC42NDUxNjEyOSw4LjUxNTA0MDM1IDguNDgyMzUyOTQsOC4zMTU0ODA1NiA4LjEzNTI5NDEyLDguMDA1MzgwMjkgTDguMTIxMjUyMzcsOCIgaWQ9IkZpbGwtNCIgZmlsbD0iIzk5OTk5OSI+PC9wYXRoPgogICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICA8cGF0aCBkPSJNNCw0IEwxMiw0IEwxMiw2LjI0OTAyOTQyIEwxMC4wNDMzNTMxLDYuMjQ5MDI5NDIgTDEwLjA0MzM1MzEsNS44NjY4MzQyMyBDMTAuMDQzMzUzMSw1LjY2MzI0ODEzIDkuOTA4NzIxNDIsNS40OTA2MDgzOCA5LjYwODQ2NzQsNS40OTA2MDgzOCBMNy44MzY1NzkxNyw1LjQ5MDYwODM4IEw3LjgzNjU3OTE3LDYuNzUzMTI0OTMgTDkuNDc3MDUzMzQsNi43NTMxMjQ5MyBMOS40NzcwNTMzNCw4LjExMDUyMjY1IEw3LjgzNjU3OTE3LDguMTEwNTIyNjUgTDcuODM2NTc5MTcsOS4xMjI0ODM3OSBDNy44MzY1NzkxNyw5LjQwMTAwMDg4IDcuOTY2Mjk5NzUsOS41MTU2NzUxNCA4LjM1ODAwMTY5LDkuNTE1Njc1MTQgTDguOTc5MzM5NTQsOS41MTU2NzUxNCBMOC45NzkzMzk1NCwxMSBMNCwxMSBMNCw5LjUxNTY3NTE0IEw0LjY1ODQyNTA2LDkuNTE1Njc1MTQgQzQuODQ4NDMzNTMsOS41MTU2NzUxNCA0Ljk4MTU0MTA3LDkuMzk2NDQ1MzIgNC45ODE1NDEwNyw5LjIyMDE5MjU1IEw0Ljk4MTU0MTA3LDUuODU2NzgwNTkgQzQuOTgxNTQxMDcsNS42NDUzNDAxIDQuOTQzNjA3MTEsNS40OTA2MDgzOCA0LjYyOTgwNTI1LDUuNDkwNjA4MzggTDQsNS40OTA2MDgzOCBMNCw0IiBpZD0iRmlsbC01IiBmaWxsPSIjRkZGRkZGIj48L3BhdGg+CiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgIDxwYXRoIGQ9Ik0yLjAyNzk0ODg0LDMgQzIuMDUxNzkyMiwzLjY2OTg1NDIxIDIuMjYyNzUwNjcsNC4zOTk3NDkxOCAyLjI2Mjc1MDY3LDQuMzk5NzQ5MTggQzIuMjYwMjI0MjIsNC4zOTg0OTUwNiAyLjI1Nzg1NTY4LDQuMzk3MjQwOTUgMi4yNTU0ODcxMyw0LjM5NTk4NjgzIEMyLjI1OTExODksNC40MDk2MjUzMyAyLjI2Mjc1MDY3LDQuNDIzNDIwNiAyLjI2NjM4MjQ0LDQuNDM3MjE1ODYgTDIuMjYwNTQwMDMsNC40NTYzNDExMiBMMi4yNDEyNzU4Niw0LjQ2MDQxNjk5IEMyLjIzNjY5NjY3LDQuNDU4ODQ5MzUgMi4xNDIyNzA2NSw0LjQyNTc3MjA2IDIsNC4yOTczODIwMyBDMi4wMTI3OTAxNSw0LjM0MjY4Njk0IDIuMDI1ODk2MSw0LjM4NzA1MTI2IDIuMDM5NjMzNjYsNC40MzA2MzE3NiBDMi4yMzIxMTc0OCw0LjkxNjc1ODExIDIuNzQ5ODgxNTcsNi4wNDQ5OTEzOCAzLjUzNzUwMTk3LDYuNDM1ODA0OTkgTDMuNTQ3NzY1NjcsNi40NTc1OTUyMyBMMy41Mjg2NTk0LDYuNDcyMzMxMDkgQzMuNTE0NzYzOTMsNi40NzIzMzEwOSAzLjIyMjE2OTU5LDYuNDY5NTA5MzMgMi45NDE1NzU4Nyw2LjM1NzEwOTI2IEMzLjEyOTE2NDY5LDYuNTM1ODIwNjYgMy4zOTgwNzM1OCw2LjczMDk5MjMyIDMuNjcyNTA5MDgsNi45MTE4OTg0MiBDMy45NjYyMDg3NSw3LjA5OTg1ODkxIDQuMzYwODA4NDYsNy4zMjk1MTg3MyA0Ljg4NzU3MzAzLDcuNTk5NjIzNzcgTDQuODk3OTk0NjMsNy42MTc2NTE2NyBMNC44ODU2NzgxOSw3LjYzNDczODk5IEM0Ljg4MzMwOTY1LDcuNjM1ODM2MzQgNC44MjIyMDExNyw3LjY1OTgyMTI5IDQuNjg4Mjk5MzgsNy42NTk4MjEyOSBDNC41OTIyOTQzMyw3LjY1OTgyMTI5IDQuNDg0Mjg4NjUsNy42NDc3NTA0MyA0LjM2NjE3NzE3LDcuNjIzOTIyMjQgQzQuNDUwMTgxNTksNy42Nzg0NzYyNSA0LjUzMjkyMjc5LDcuNzMwNTIyMDMgNC42MTQwODQ5NSw3Ljc3OTkwMjgxIEM0LjcyNDYxNzA5LDcuODQ1NDMwMzIgNC44NTU4MzQ1Miw3LjkyMDk5MDc1IDUsOCBMNSw2LjUwOTMyNzQ4IEM1LDYuMjk4MzIyNjIgNC45NjQ2Mjk3Miw2LjE0MzkwOTcgNC42NzIwMzUzNyw2LjE0MzkwOTcgTDQuMDg0NzkzOTQsNi4xNDM5MDk3IEw0LjA4NDc5Mzk0LDUuNzE3OTgwODcgQzMuMjAwODUyNjgsNS4wODgyNTgzNSAyLjUzMTE4NTg1LDMuODU3NjU3OTQgMi4zMzE1OTY0LDMuMzExMzM0MDYgQzIuMTkyOTU3NTIsMy4xODA0MzU4IDIuMDkwNjM2MzUsMy4wNzI1ODE5MSAyLjAyNzk0ODg0LDMiIGlkPSJGaWxsLTYiIGZpbGw9IiM5OTk5OTkiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTQsNSBMNCw1LjQzMzgxNzY2IEw0LjY5MDU3OTM1LDUuNDMzODE3NjYgQzUuMDM0NjYyMDUsNS40MzM4MTc2NiA1LjA3NjI1NjUsNS41OTEwOTA1MyA1LjA3NjI1NjUsNS44MDYwMDM1MSBMNS4wNzYyNTY1LDcuMzI0Mjg1NDkgQzUuMjI5MjY0NjcsNy4zOTY5MzQzOCA1LjM5NDcxNDA0LDcuNDcyMjk3NjIgNS41NjYyOTExNiw3LjU0NTU4NTE4IEM2LjA0Nzk2OTc5LDcuNzQ2NjA3MDYgNi40MzY4MDM2Niw3Ljg2ODkxMjY2IDYuNjg3NDg0NTMsNy45Mzc3Mjk1MiBDNi43OTU1NTU4Myw3Ljk2NDIzNDM5IDYuOTAwMjg0NzIsNy45ODU0NzAyMiA3LDggTDYuOTk0NDI5MzEsNS43NzE5OTQyNSBDNi45OTQ0MjkzMSw1Ljc3MTk5NDI1IDYuOTQzNTUwMzgsNS42NjU0OTU3NyA2LjgzNDczNjMyLDUuNDk5OTIwMTcgTDYuODM3NTIxNjYsNS41MzM2MTAwOSBMNi44NDc5MjAyOCw1LjUzMjgxMTc1IEw2Ljk3MTIxODEyLDYuNzY1MTI4NTMgTDYuOTc4Mjc0MzMsNi43NzI5NTIyNiBMNi45ODI1NDUxOCw2Ljc4MzMzMDY3IEw2Ljk5MDM0NDE0LDYuODg3Mjc0NDcgTDYuOTc0NTYwNTMsNi45MDc1NTIyOSBMNi45Njc2OTAwMiw2LjkwODUxMDMgTDYuOTQ4MDA2OTMsNi44OTg5MzAyMyBDNi44OTMyMjg1Miw2LjgyMTQ5MTMgNi4zNTQzNTc1MSw2LjExNTEyMDU1IDQuMzI0OTU2NjcsNS4xNzU0NzUwMSBDNC4yMTQxMDAwMiw1LjEyNDIyMTYyIDQuMTA1ODQzMDMsNS4wNjUzMDQxNyA0LDUiIGlkPSJGaWxsLTciIGZpbGw9IiNGRkZGRkYiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTQsNCBMNC4wNTUxMTE2LDQuNDYzNjU2OTMgQzQuMTE3NjYzMjcsNC41MjA2MDU4OCA0LjE4NDc2MTY0LDQuNTc3NTU0ODMgNC4yNTU1ODAwNSw0LjYzMzcxNjkzIEw0LjE5MzU3OTUsNC4xMjMyNDE4NiBMNC4yMjc0NzMxMyw0LjEyMTA3OCBMNC4yOTMxOTM3Miw0LjY2MzcxNTk0IEM0LjM1NTQ2OTgzLDQuNzExNzE0MzcgNC40MjA5MTQ4NSw0Ljc1ODkyNTk0IDQuNDg5MjUzMjQsNC44MDQ5NTcyMSBMNC40MjAyMjU5Niw0LjI0MDM4NTU2IEw0LjQ1Mzk4MTgxLDQuMjM4MjIxNyBMNC41MjY0NTM1Nyw0LjgyOTQ0ODIxIEM0LjU4NzIxNDExLDQuODY5MTg0NjIgNC42NTAwNDEzMyw0LjkwNzY0MjM3IDQuNzE1MzQ4NTgsNC45NDQ3MjMxMiBMNC42NDQyNTQ2Miw0LjMzNDUxMzYyIEw0LjY3ODE0ODI1LDQuMzMyMzQ5NzYgTDQuNzUxOTk3OCw0Ljk2NTc3MTYxIEM0Ljc3Mjk0MDIsNC45NzczNzc3OSA0Ljc5NDE1ODE3LDQuOTg4Nzg3MjUgNC44MTU1MTM5Miw1IEw0LjgxNTUxMzkyLDQuNDE4ODA1OTQgTDUsNC40MTg4MDU5NCBDNC43OTE5NTM3MSw0LjM1NDY3NjkgNC41MjY3MjkxMyw0LjI2MDk0MjI2IDQuMjY2NDY0NTksNC4xMzU2MzQ5IEM0LjE3MjQ5OTMxLDQuMDg5NzAxOTggNC4wODQwNDUxOSw0LjA0NDU1NTkyIDQsNCBNNCwzIEwzLjk4MzI5NTQ1LDMuNjMzMjk3NjQgQzMuOTU3OTU0NTUsMy43NTMyMTE5OSAzLjkzMDE3MDQ1LDMuODc2MzM4MzMgMy45LDQgTDMuOTIxNDIwNDUsMy4yMDg2MDEgTDMuOTE0MDkwOTEsMy4yMDY4MTY1NiBDMy45NDQxNDc3MywzLjEzNjUwOTY0IDMuOTczMTI1LDMuMDY3MjczMzggNCwzIE0zLDMgTDIuOTkyMzA3NjksMy40MzkxODkxOSBDMi45NjYwMDQ5NiwzLjYxMTkzNjk0IDIuOTM1MjM1NzMsMy44MDE4MDE4IDIuOSw0IEwyLjkxNzA1OTU1LDMuMjQ4ODczODcgQzIuOTQ2NDY0MDIsMy4xNjI4Mzc4NCAyLjk3NDE5MzU1LDMuMDc5OTU0OTUgMywzIE0zLDMgQzIuOTgwNTIyMzksMi45NzgxMTkzNSAyLjk0NzM4ODA2LDIuOTQzMDc0MTQgMi45LDIuOSBMMi45MDc4MzU4MiwyLjk2MDA3MjMzIEMyLjk0MTQxNzkxLDIuOTc0MTc3MjIgMi45NzE5NDAzLDIuOTg3NDE0MSAzLDMiIGlkPSJGaWxsLTgiIGZpbGw9IiM5OTk5OTkiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTcsNSBMNi45Njc0Nzg1MSw2LjY2NDg0ODk5IEM2Ljk0MTU5NTAzLDYuNzgwNDExMDcgNi45MTkwNTQ0NCw2Ljg5MjgyNzE4IDYuOSw3IEw2LjkyOTY1NjE2LDUuNDg4MDQ1MyBMNi45MzE5MDA2Nyw1LjQ4NDA2MDQgQzYuOTQzMTIzMjEsNS4zOTMyNDY2NCA2Ljk2NjY2NjY3LDUuMjEzMDg3MjUgNyw1IE02LDUgTDUuOTY0NTc0NjIsNi43Mzk0NTUxIEM1Ljk0MTQ2OTA4LDYuODI3MjQ1MjEgNS45MTk5NDQyMSw2LjkxNDAyNjI0IDUuOSw3IEw1LjkzMjIxNzU3LDUuMzcyMTQ5MzQgQzUuOTUxNzg5ODcsNS4yNTI0NzIyNSA1Ljk3NDQ3Njk5LDUuMTI3MTQ0MyA2LDUgTTQuMjE2MzE2NjQsNCBMNCw0IEw0LDQuODQwNDgwNzYgQzQuMDQ4NjI2ODIsNC44NzE5MTUyMyA0LjA5ODU0NjA0LDQuOTAyMzU0MDMgNC4xNDkyNzMwMiw0LjkzMTkzOTQxIEw0LjA2MjE5NzA5LDQuMDA2Njg1MTYgTDQuMTAxNzc3MDYsNC4wMDM5ODI2NSBMNC4xOTE1OTkzNSw0Ljk1NzM5OTkgQzQuMjYyNjgxNzQsNC45OTczNjg2MSA0LjMzNTcwMjc1LDUuMDM0OTE5MjggNC40MTA1MDA4MSw1LjA3MDYyMDg3IEw0LjMyMTY0NzgyLDQuMTI3MzAyNDcgTDQuMzYxNTUwODksNC4xMjQ0NTc3MiBMNC40NTI2NjU1OSw1LjA5MTEwMzA1IEw0LjQ2OTQ2Njg4LDUuMDk5MDY4MzUgQzQuNTM2ODMzNiw1LjEyOTc5MTYyIDQuNjA0MDM4NzcsNS4xNjE3OTUwNCA0LjY3MTA4MjM5LDUuMTk0NTA5NjQgTDQuNTc1NzY3MzcsNC4yMTI2NDQ5IEw0LjYxNTUwODg5LDQuMjA5NTE1NjggTDQuNzEzMDg1NjIsNS4yMTU0MTg1MyBDNC43ODgyMDY3OSw1LjI1MjQwMDI2IDQuODYyODQzMyw1LjI5MDk0NjU5IDQuOTM2ODMzNiw1LjMyOTc3NzQgTDQuODIwODQwMDYsNC4xNDAxMDM4MyBMNC44NjA1ODE1OCw0LjEzNzExNjg1IEw0Ljk3ODk5ODM4LDUuMzUyMjUwOTEgQzUuMDUzOTU4LDUuMzkyNjQ2MzMgNS4xMjc2MjUyLDUuNDM0MTc5NjUgNS4yMDA0ODQ2NSw1LjQ3NTcxMjk2IEw1LjA4MTkwNjMsNC4yNTg4NzIwNiBMNS4xMjE2NDc4Miw0LjI1NTg4NTA3IEw1LjI0Mjk3MjU0LDUuNTAwMzIwMDMgQzUuMzE3OTMyMTUsNS41NDQxMjkxNSA1LjM5MTQzNzgsNS41ODgyMjI3NCA1LjQ2MzAwNDg1LDUuNjMyODg1MjkgTDUuMzQ0NTg4MDUsNC40MDI4MTYzIEw1LjM4NDQ5MTExLDQuMzk5Njg3MDggTDUuNTA1ODE1ODMsNS42NjAwNTI2MyBDNS41ODEyNjAxLDUuNzA3NzAyMTUgNS42NTU0MTE5NSw1Ljc1NTc3ODM5IDUuNzI2NjU1OSw1LjgwNDQyMzU4IEw1LjYwNzc1NDQ0LDQuNTcyMDc4OCBMNS42NDc4MTkwNiw0LjU2OTM3NjI5IEw1Ljc2OTYyODQzLDUuODM0MTUxMiBDNS44NDk0MzQ1Nyw1Ljg4OTQ4MTU0IDUuOTI2OTc5LDUuOTQ0ODExODkgNiw2IEw1Ljg4MDI5MDc5LDQuODA2MDU5MzEgTDUuOTE2MzE2NjQsNC44MDMzNTY4IEM1Ljc4NzU2MDU4LDQuNjczNjM2MyA1LjY0MDcxMDgyLDQuNTQ1NDgwNDEgNS40NzQ5NTk2MSw0LjQzODM3NTY1IEM0Ljk1MTIxMTYzLDQuMTAxNTU3NSA0Ljc0ODYyNjgyLDQuMDIyMTg5MDMgNC42ODQzMjk1Niw0LjAwMzk4MjY1IEw0LjcwNzEwODI0LDQuMTM1Njk0NDcgTDQuNzAwMTYxNTUsNC4xNTEzNDA1OSBMNC42ODE3NDQ3NSw0LjE1NTAzODc2IEM0LjY3ODE5MDYzLDQuMTU0MDQzMSA0LjQ4OTAxNDU0LDQuMTAzNjkxMDYgNC4yMTYzMTY2NCw0IiBpZD0iRmlsbC05IiBmaWxsPSIjRkZGRkZGIj48L3BhdGg+CiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgIDxwYXRoIGQ9Ik00Ljk5NDI2Nzk4LDQgTDQuOTk5MjMzMywzLjk5NzQ1NDI2IEw1LDMuOTg2NDc1NzQgTDQuOTgwMDY1NzIsMy45IEw0Ljk2MDIwNDQ1LDMuOSBDNC45NjExMTcyLDMuOTEzNDQ0NzEgNC45NjEyNjMyMywzLjkyMzk0NTkgNC45NTg3MDc1NiwzLjkyMzk0NTkgQzQuOTU4NDg4NSwzLjkyMzk0NTkgNC45NTgyMzI5MywzLjkyMzg2NjM1IDQuOTU3OTc3MzYsMy45MjM3MDcyNCBDNC45NDk1NDM2MywzLjkxNjA3MDAxIDQuOTQxMjU1OTMsMy45MDgxMTQ1NiA0LjkzMzExNDI4LDMuOSBMNC45LDMuOSBDNC45NTY1OSwzLjk2NjkwNTMzIDQuOTkzNjQ3MzIsMy45OTkzNjM1NiA0Ljk5NDI2Nzk4LDQgTTIuMTAzODQ5NiwyIEwyLjA5MTkxMjg2LDIuMDE1OTA2NjggQzIuMDUxOTI0OCwyLjQ5ODI2MjA1IDIuMjMyMDIwMjksMy4xOTgxNTYgMi4yODE1NTc3NCwzLjM3OTQ2MjcxIEMyLjE3NzExMTMxLDMuMzA0OTM2OTYgMi4wMzQxNjg5LDMuMTE5NjUzNTkgMi4wMzI1Mjc2LDMuMTE3NTkxNjEgTDIuMDA5OTk3MDIsMy4xMTI0MzY2NyBMMiwzLjEzMjkwOTE2IEMyLjMyMzYzNDc0LDQuNDcxMjc5NiAzLjA2MDEzMTMsNS4xMjg2MDg0NiAzLjI5MDM2MTA5LDUuMzA2MzgwMzUgQzMuMTcyMTg3NDEsNS4yNzQyNzI0MiAyLjk1NjI4MTcxLDUuMjAyODM5NjQgMi44MDUyODIwMSw1LjE1MDcwMTA3IEwyLjc4NDM5MjcyLDUuMTU3MTgxNTcgTDIuNzg0MzkyNzIsNS4xNzg1Mzc3NiBDMy4yMDE3MzA4Myw1Ljc1NzIxNjkyIDQuMjYxMjY1MjksNi4yODUyMzAzNSA0LjU4MDEyNTM0LDYuNDM1MTY1NTUgQzQuMzg2NjAxMDEsNi40MTIxODkyMyA0LjA2Njg0NTcyLDYuMzQ1MTc0OTcgNC4wNjI5NjYyOCw2LjM0NDI5MTI3IEw0LjA0MjY3MzgzLDYuMzU0NjAxMTUgTDQuMDQ3ODk2MTUsNi4zNzYzOTkyIEM0LjM3MDMzNzIxLDYuNjI3MDc2NzEgNC42OTUxNjU2Miw2LjgzMjY4NTI4IDUsNyBMNSw2Ljg2OTk0ODE2IEM0Ljg4Mjg3MDc4LDYuODA2MTc0MTUgNC43NjExMTYwOCw2LjczNjUwODc4IDQuNjM1MzMyNzQsNi42NjAzNjI5MSBDNC41MzE3ODE1Niw2LjU5OTM4NzMgNC40NDc0NzgzNiw2LjU0NzY5MDU5IDQuMzg5Mjg2NzgsNi41MTE0NTg3IEM0LjM5MzE2NjIyLDYuNTEyMTk1MTIgNC4zOTcxOTQ4Nyw2LjUxMzA3ODgzIDQuNDAxMDc0MzEsNi41MTM4MTUyNSBDNC4zNDA3OTM3OSw2LjQ3NDkzMjI1IDQuMjc5OTE2NDQsNi40MzQ1NzY0MSA0LjIxODI5MzA1LDYuMzkyODk1MDIgQzQuMjE4MjkzMDUsNi4zOTI4OTUwMiA0LjY1MDcwMTI4LDYuNDY2Njg0MzQgNC43OTg4NjYwMSw2LjQ2NjY4NDM0IEM0Ljc5ODg2NjAxLDYuNDY2Njg0MzQgNC4yNjE0MTQ1LDYuMTgyNTczMzUgMy43NDU1OTgzMyw1Ljg0NDg1MDk1IEMzLjMzNDA3OTM4LDUuNTgyODMyNTcgMy4xMzI2NDY5Nyw1LjQwNjgyODA5IDMuMDQ0NjEzNTUsNS4zMTk0ODg2MyBDMy4wNDgwNDUzNiw1LjMyMDk2MTQ3IDMuMDUxNDc3MTcsNS4zMjIyODcwMyAzLjA1NDkwODk4LDUuMzIzNjEyNTggQzMuMDEzODc2NDUsNS4yODQ4NzY4NyAyLjk3NzAyMTc4LDUuMjQ3MDI0ODYgMi45NDUwOTEwMiw1LjIxMDM1MTEzIEMyLjk0NTA5MTAyLDUuMjEwMzUxMTMgMy4yMjg0MzkyNyw1LjMzMTEyNDA3IDMuNTUxNjI2MzgsNS4zNzA0NDg5MiBDMy41NTE2MjYzOCw1LjM3MDQ0ODkyIDIuNjMwNDA4ODMsNC44Njg2NTIwNiAyLjIwMjYyNjA4LDMuNTEzNjM4NTEgQzIuMTgwMDk1NDksMy40NTY5MzQxMyAyLjE2MjE5MDM5LDMuNDA5NTA4NjYgMi4xNDkyMDkxOSwzLjM3Mzg2NTkxIEMyLjE1NDU4MDcyLDMuMzc4ODczNTcgMi4xNTk5NTIyNSwzLjM4MzczMzk1IDIuMTY1MTc0NTcsMy4zODg0NDcwNCBDMi4xNTA3MDEyOCwzLjMzNzA0NDg5IDIuMTM2OTc0MDQsMy4yODQxNjk5MSAyLjEyMzg0MzYzLDMuMjMwNDExMjIgQzIuMTIzODQzNjMsMy4yMzA0MTEyMiAyLjE2NjIxOTA0LDMuMzUyMzYyNDQgMi40MDY1OTUwNSwzLjQ4MTA4ODcyIEMyLjIxODc0MDY3LDIuNzU5OTg1ODYgMi4xNzE3Mzk3OCwyLjI5Mjk0ODA0IDIuMTYwMzk5ODgsMi4xMzI0MDgzOSBDMi4xNjkzNTI0MywyLjE0MzQ1NDcgMi4xNzk2NDc4NywyLjE1NTgyNjU2IDIuMTkxNTg0NiwyLjE2OTUyMzk4IEMyLjE5MDY4OTM1LDIuMTQ1NjYzOTYgMi4xOTAwOTI1MSwyLjEyMTY1NjY1IDIuMTg5Nzk0MDksMi4wOTc5NDM5MSBDMi4xODk3OTQwOSwyLjA5Nzk0MzkxIDMuMTc1MzIwOCwzLjIzMDExNjY1IDQuNDMzMzAzNDksMy43MjU3Mjc1OCBMNC42MjI3OTkxNiwzLjcyNTcyNzU4IEM0LjM4OTczNDQxLDMuNjM0NDExNDUgMy43Njk2MjEwMSwzLjM4MTk2NjU0IDMuNDc1MDgyMDcsMy4xNzE3OTIxNSBDMi45MjAwMjM4NywyLjc3NTQ1MDY5IDIuMTMxMTU0ODgsMi4wMTE3ODI3MyAyLjEyMzI0Njc5LDIuMDA0MTIzOTUgTDIuMTAzODQ5NiwyIiBpZD0iRmlsbC0xMCIgZmlsbD0iIzk5OTk5OSI+PC9wYXRoPgogICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICA8cGF0aCBkPSJNNiw3IEw2LDcuMTY4MTU4NDUgQzYuNTQwMTQzMjcsNy43ODMwODg5NCA2Ljk3ODIzMDUzLDcuOTk2MTkxMiA2Ljk4NDE4NDU4LDcuOTk4ODU3MzYgTDYuOTg2Nzg5NDcsOCBMNi45OTM3NjY4Niw3Ljk5NTA0ODU2IEw2Ljk5ODMyNTQzLDcuOTc2OTU2NzcgTDcsNy44MzQ1MDc3MSBMNi45OTAyMzE2NSw3LjgxMDg5MzE2IEM2Ljk4MTQ4NjY1LDcuODA4MjI3IDYuOTcyNzQxNjUsNy44MDUzNzA0MSA2Ljk2MzgxMDU5LDcuODAyMzIzMzcgTDYuOTYzODEwNTksNy44MTg4OTE2NCBDNi45NjM4MTA1OSw3LjgxODg5MTY0IDYuOTA3NzEyMzUsNy43OTM5NDQwMSA2LjgwNzIzNzg4LDcuNzI4MDUxOCBDNi42Mjc1MDAyMyw3LjYyMjkyODk3IDYuNDI5NjIxMzYsNy40NDc1MzM4IDYuMjQ1NTExMjEsNy4yNjAzMzEzNyBDNi4xNjgyMDE2OSw3LjE4MzU4NDA4IDYuMDg2MDU0NTIsNy4wOTY5MzM5MiA2LDcgTTQuOTA0MDMxNTUsNCBMNC45MjkzMjU1Niw0IEw0LjkyNjQ0Mjc4LDMuOTg3NyBDNC45MzA0ODc5NywzLjk5MTEgNC45MzUzNzAwOCwzLjk5NTIgNC45NDA5NDk2NCw0IEw1LDQgQzQuOTY4NDc1NDgsMy45NzI5IDQuOTM2MzkzLDMuOTQ4NyA0LjkwMzg5MjA2LDMuOTI3OCBDNC45MDM1MjAwOSwzLjkyNzYgNC45MDMxOTQ2MSwzLjkyNzUgNC45MDI4NjkxNCwzLjkyNzUgQzQuODk4MTI2NTEsMy45Mjc1IDQuOTAwMjE4ODUsMy45NTMxIDQuOTAyMzU3NjgsMy45Nzg4IEM0LjkwMjk2MjEzLDMuOTg2IDQuOTAzNTY2NTgsMy45OTMzIDQuOTA0MDMxNTUsNCBNNS4wODY2OTQ3LDQgTDUsNCBDNS41NDgzNjU1MSw0LjI2NjA4MDk5IDUuODYzMzE0ODUsNC43NDQzMTk5IDYsNSBMNS45OTU4ODk4OSw0Ljk0MDUyMzA3IEw1Ljk5NDM2MDU0LDQuOTM1MjcyMTQgQzUuOTMxMjc1MDksNC44MTk3NTE1OSA1LjcwNTAyNzcyLDQuNDI3NTQ3MjEgNS40NDU4MDM4Niw0LjIzNDk3OTMgQzUuMzExNzk1MDcsNC4xMzU4MTc0MyA1LjE4NzQ0MDI2LDQuMDU3NzYwMjcgNS4wODY2OTQ3LDQiIGlkPSJGaWxsLTExIiBmaWxsPSIjOTk5OTk5Ij48L3BhdGg+CiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgIDxwYXRoIGQ9Ik00Ljk5NDI0NzA2LDUgQzUuMDAxMjQ3MDYsNSA1LjAwMDg0NzA2LDQuOTg2OCA0Ljk5ODM0NzA2LDQuOTY5OSBMNC45MjQxNDcwNiw0Ljk2OTkgQzQuOTQ2NDQ3MDYsNC45ODAxIDQuOTY5MTQ3MDYsNC45OTAxIDQuOTkyMjQ3MDYsNC45OTk3IEM0Ljk5Mjk0NzA2LDQuOTk5OSA0Ljk5MzY0NzA2LDUgNC45OTQyNDcwNiw1IE0yLjksNSBDMi45MzAxNzA0NSw0Ljg3NjMzODMzIDIuOTU3OTU0NTUsNC43NTMyMTE5OSAyLjk4MzI5NTQ1LDQuNjMzMjk3NjQgTDMsNCBDMi45NzMxMjUsNC4wNjcyNzMzOCAyLjk0NDE0NzczLDQuMTM2NTA5NjQgMi45MTQwOTA5MSw0LjIwNjgxNjU2IEwyLjkyMTQyMDQ1LDQuMjA4NjAxIEwyLjksNSBNMi45LDUgQzIuOTM1MjM1NzMsNC44MDE4MDE4IDIuOTY2MDA0OTYsNC42MTE5MzY5NCAyLjk5MjMwNzY5LDQuNDM5MTg5MTkgTDMsNCBDMi45NzQxOTM1NSw0LjA3OTk1NDk1IDIuOTQ2NDY0MDIsNC4xNjI4Mzc4NCAyLjkxNzA1OTU1LDQuMjQ4ODczODcgTDIuOSw1IE0xLjksMi45IEMxLjk0NzM4ODA2LDIuOTQzMDc0MTQgMS45ODA1MjIzOSwyLjk3ODExOTM1IDIsMyBDMS45NzE5NDAzLDIuOTg3NDE0MSAxLjk0MTQxNzkxLDIuOTc0MTc3MjIgMS45MDc4MzU4MiwyLjk2MDA3MjMzIEwxLjksMi45IE0yLDMgQzIuMDAwMzk5MDQsMy4wMjcwOTgyOSAyLjAwMTE5NzEzLDMuMDU0NTMzMjEgMi4wMDIzOTQyNSwzLjA4MTc5OTgyIEMyLjA4MTYwNDE1LDMuMTU5NzI4NDYgMi4yMTA4OTM4NSwzLjI3NTUyNzM4IDIuMzg2MDczNDIsMy40MTYwNjgyMiBDMi42MzgyNjgxNiw0LjAwMjYzNjg5IDMuNDg0NDM3MzUsNS4zMjM4ODkxNCA0LjYwMTM1Njc0LDYgTDQuNjAxMzU2NzQsNS44NTQ3NDY0MSBDNC41NzA0MzA5Nyw1LjgzNTU1ODggNC41Mzk3MDQ3MSw1LjgxNjAzNDU2IDQuNTA5Mzc3NDksNS43OTYxNzM3IEw0LjQwMjQzNDE2LDQuNzEyMjQxOTIgTDQuMzUzMzUxOTYsNC43MTU5NDQ3OSBMNC40NTYzMDQ4Nyw1Ljc2MDE1NDg1IEM0LjM2MTczMTg0LDUuNjk2NzAxMDggNC4yNzA3NTAyLDUuNjMwODkwOTMgNC4xODI3NjEzNyw1LjU2Mjg5MjczIEw0LjA3NzgxMzI1LDQuNTUxMTY2OTcgTDQuMDI4OTMwNTcsNC41NTQ4Njk4NCBMNC4xMjg4OTA2Niw1LjUyMDk4Mjk0IEM0LjAyOTkyODE3LDUuNDQyMjEyNzUgMy45MzUxNTU2Myw1LjM2MTQyMjggMy44NDQ5NzIwNyw1LjI3OTI4NjM2IEwzLjc0OTgwMDQ4LDQuMzUwNzA2OTEgTDMuNzAwNzE4MjgsNC4zNTQ0MDk3OCBMMy43OTA1MDI3OSw1LjIyNzk1MTA4IEMzLjY4Nzk0ODkyLDUuMTMxODQ0NyAzLjU5MDc4MjEyLDUuMDM0MzkxODMgMy41MDAxOTk1Miw0LjkzNjkzODk2IEwzLjQyMDM5MTA2LDQuMTQzNTE0MzYgQzMuNTQyMDk4OTYsNC4yMTk3NTk4NyAzLjY3MDE5MTU0LDQuMjk3MDE1MjYgMy44MDYyNjQ5Niw0LjM3NTYxNzE1IEM0LjE4MzE2MDQyLDQuNTkwMDQ3MTMgNC41NjcyMzg2Myw0Ljc1MDQ0ODgzIDQuODY4NTE1NTYsNC44NjAxODg1MSBMNSw0Ljg2MDE4ODUxIEMzLjMxNzgzNzE5LDQuMjkzODE3MzIgMiwzIDIsMyIgaWQ9IkZpbGwtMTIiIGZpbGw9IiM5OTk5OTkiPjwvcGF0aD4KICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPHBhdGggZD0iTTYuOSw3IEM2LjkxOTA1NDQ0LDYuODkyODI3MTggNi45NDE1OTUwMyw2Ljc4MDQxMTA3IDYuOTY3NDc4NTEsNi42NjQ4NDg5OSBMNyw1IEM2Ljk2NjY2NjY3LDUuMjEzMDg3MjUgNi45NDMxMjMyMSw1LjM5MzI0NjY0IDYuOTMxOTAwNjcsNS40ODQwNjA0IEw2LjkyOTY1NjE2LDUuNDg4MDQ1MyBMNi45LDcgTTUuOSw3IEM1LjkxOTk0NDIxLDYuOTE0MDI2MjQgNS45NDE0NjkwOCw2LjgyNzI0NTIxIDUuOTY0NTc0NjIsNi43Mzk0NTUxIEw2LDUgQzUuOTc0NDc2OTksNS4xMjcxNDQzIDUuOTUxNzg5ODcsNS4yNTI0NzIyNSA1LjkzMjIxNzU3LDUuMzcyMTQ5MzQgTDUuOSw3IE00Ljg5NDkzMjk0LDQgTDQuNzU2NzA2NDEsNCBDNC43NTg1NjkzLDQuMDEwNzM0MzEgNC43NjA5OTEwNiw0LjAyMjQyOTkxIDQuNzYzNDEyODIsNC4wMzM5NjUyOSBDNC43NzE5ODIxMiw0LjA3NTE0MDE5IDQuNzgwMzY1MTMsNC4xMTYxNTQ4NyA0Ljc2MTM2MzY0LDQuMTE2MTU0ODcgQzQuNzYwMDU5NjEsNC4xMTYxNTQ4NyA0Ljc1ODc1NTU5LDQuMTE1OTk0NjYgNC43NTcyNjUyOCw0LjExNTY3NDIzIEM0LjYyNzA0OTE4LDQuMDgyMTg5NTkgNC40OTg1MDk2OSw0LjA0MzQxNzg5IDQuMzcyMjA1NjYsNCBMNC4yNDk0NDExMyw0IEM0LjU2Mzg5NzE3LDQuMTE2Nzk1NzMgNC43ODIwNDE3Myw0LjE3MzUxMTM1IDQuNzg2MTQwMDksNC4xNzQ2MzI4NCBMNC44MDczNzcwNSw0LjE3MDQ2NzI5IEw0LjgxNTM4NzQ4LDQuMTUyODQzNzkgTDQuNzg5MTIwNzIsNC4wMDQ0ODU5OCBDNC44NjMyNjM3OSw0LjAyNDk5MzMyIDUuMDk2ODcwMzQsNC4xMTQzOTI1MiA1LjcwMDgxOTY3LDQuNDkzNzc4MzcgQzUuODkxOTUyMzEsNC42MTQ0MTkyMyA2LjA2MTI4OTEyLDQuNzU4NzcxNyA2LjIwOTc2MTU1LDQuOTA0ODg2NTIgTDYuMTY4MjE5MDgsNC45MDc5MzA1NyBMNi4zMDYyNTkzMSw2LjI1Mjc2MzY4IEM2LjIyMjA1NjYzLDYuMTkwNjAwOCA2LjEzMjYzNzg1LDYuMTI4Mjc3NyA2LjA0MDYxMTAzLDYuMDY1OTU0NjEgTDUuOTAwMTQ5MDMsNC42NDEzMzUxMSBMNS44NTM5NDkzMyw0LjY0NDM3OTE3IEw1Ljk5MTA1ODEyLDYuMDMyNDY5OTYgQzUuOTA4OTA0NjIsNS45Nzc2NzY5IDUuODIzMzk3OTEsNS45MjM1MjQ3IDUuNzM2NDAwODksNS44Njk4NTMxNCBMNS41OTY0OTc3Niw0LjQ1MDIwMDI3IEw1LjU1MDQ4NDM1LDQuNDUzNzI0OTcgTDUuNjg3MDM0MjgsNS44MzkyNTIzNCBDNS42MDQ1MDgyLDUuNzg4OTQ1MjYgNS41MTk3NDY2NSw1LjczOTI3OTA0IDUuNDMzMzA4NDksNS42ODk5MzMyNCBMNS4yOTM0MDUzNyw0LjI4ODIyNDMgTDUuMjQ3NTc4MjQsNC4yOTE1ODg3OSBMNS4zODQzMTQ0Niw1LjY2MjIxNjI5IEM1LjMwMDI5ODA2LDUuNjE1NDMzOTEgNS4yMTUzNTAyMiw1LjU2ODY1MTU0IDUuMTI4OTEyMDcsNS41MjMxNTA4NyBMNC45OTIzNjIxNSw0LjE1NDQ0NTkzIEw0Ljk0NjUzNTAyLDQuMTU3ODEwNDEgTDUuMDgwMjkwNjEsNS40OTc4MzcxMiBDNC45OTQ5NzAxOSw1LjQ1NDA5ODggNC45MDg5MDQ2Miw1LjQxMDY4MDkxIDQuODIyMjgwMTgsNS4zNjkwMjUzNyBMNC43MDk3NjE1NSw0LjIzNTk5NDY2IEw0LjY2MzkzNDQzLDQuMjM5NTE5MzYgTDQuNzczODQ1MDEsNS4zNDU0NzM5NyBDNC42OTY1MzUwMiw1LjMwODYyNDgzIDQuNjE5MDM4NzUsNS4yNzI1NzY3NyA0LjU0MTM1NjE4LDUuMjM3OTcwNjMgTDQuNTIxOTgyMTIsNS4yMjg5OTg2NiBMNC40MTY5MTUwNSw0LjE0MDE4NjkyIEw0LjM3MDkwMTY0LDQuMTQzMzkxMTkgTDQuNDczMzYwNjYsNS4yMDU5Mjc5IEM0LjM4NzEwODc5LDUuMTY1NzE0MjkgNC4zMDI5MDYxMSw1LjEyMzQxNzg5IDQuMjIwOTM4OSw1LjA3ODM5Nzg2IEw0LjExNzM2MjE1LDQuMDA0NDg1OTggTDQuMDcxNzIxMzEsNC4wMDc1MzAwNCBMNC4xNzIxMzExNSw1LjA0OTcxOTYzIEM0LjExMzYzNjM2LDUuMDE2Mzk1MTkgNC4wNTYwNzMwMyw0Ljk4MjEwOTQ4IDQsNC45NDY3MDIyNyBMNCw1LjA4NDk2NjYyIEM0LjEwNjE4NDgsNS4xNTA0OTM5OSA0LjIxNDc5MTM2LDUuMjA5NjEyODIgNC4zMjYwMDU5Niw1LjI2MTA0MTM5IEM2LjM2MTk1OTc2LDYuMjAzODk4NTMgNi45MDI1NzA3OSw2LjkxMjY4MzU4IDYuOTU3NTI2MDgsNi45OTAzODcxOCBMNi45NzcyNzI3Myw3IEw2Ljk4NDE2NTQyLDYuOTk5MDM4NzIgTDcsNi45Nzg2OTE1OSBMNi45OTIxNzU4Niw2Ljg3NDM5MjUyIEw2Ljk4Nzg5MTIxLDYuODYzOTc4NjQgTDYuOTgwODEyMjIsNi44NTYxMjgxNyBMNi44NTcxMTYyNCw1LjYxOTU5OTQ3IEw2Ljg0NjY4NDA1LDUuNjIwNDAwNTMgTDYuODQzODg5NzIsNS41ODY1OTU0NiBDNi41Nzc0OTYyNyw1LjE4MDkzNDU4IDUuOTYzNjczNjIsNC40MjIxNjI4OCA0Ljg5NDkzMjk0LDQiIGlkPSJGaWxsLTEzIiBmaWxsPSIjOTk5OTk5Ij48L3BhdGg+CiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgIDxwYXRoIGQ9Ik01LDggQzQuOTY1NTA3MzYsNy45NjM2NjgzMSA0LjkzMjExOTQ4LDcuOTMwNDI4NjcgNC45LDcuOSBMNC45LDcuOTAxMzM1MjEgQzQuOTM3MzU2NzksNy45MzY3NTMzNCA0Ljk3MTM1ODQzLDcuOTcwNjI1NDQgNSw4IE00LDcgQzQuNDQ1NDMyMjksNy40ODA2MTIwMyA0LjkwOTU0Nzc0LDcuODg0OTI5NzggNC45MDk1NDc3NCw3Ljg4NDkyOTc4IEM0Ljc4MTYwMDMxLDcuODg0OTI5NzggNC40MDgxOTQ4Miw3Ljc3OTkyMDM1IDQuNDA4MTk0ODIsNy43Nzk5MjAzNSBDNC40NjE0MDk2MSw3LjgzOTIzNzA2IDQuNTEzOTgwMTYsNy44OTY2NjczNyA0LjU2NjAzNTMsNy45NTIwMDE2OCBDNC42NjI0MTQ2NCw3Ljk4Mzg2MDgzIDQuNzUwNTQ3NjEsOCA0LjgyODg4ODAzLDggQzQuOTM4MTUyMyw4IDQuOTg4MDE3MDEsNy45Njc5MzEyNSA0Ljk4OTk0OTc1LDcuOTY2NDY0MDUgTDUsNy45NDM2MTc2OSBMNC45OTE0OTU5NCw3LjkxOTUxMzczIEM0LjU2MTY1NDQzLDcuNTU4MzczNTEgNC4yMzk2NTk4NCw3LjI1MTMxIDQsNyBNMiw0IEMyLjMwMDE3Nzk5LDUuNDEyNzc2NDEgMi45NDY2MDI0NSw1LjkzNTk2NDM3IDIuOTQ2NjAyNDUsNS45MzU5NjQzNyBDMi43MTk4MTk5MSw1Ljg5NDk2MzE0IDIuNTIwOTkyNTcsNS43NjkwNDE3NyAyLjUyMDk5MjU3LDUuNzY5MDQxNzcgQzIuNTQzMzk4Niw1LjgwNzI3ODg3IDIuNTY5MjU5NzYsNS44NDY3NDQ0NyAyLjU5ODA1MjU2LDUuODg3MTMxNDUgQzIuNzg0MTA2MzgsNS45OTcyMzU4NyAyLjk3ODExNzQ3LDYgMi45ODczMzExNyw2IEwzLDUuOTg1NTY1MTEgTDIuOTkzMTk0NDMsNS45NjQyMTk5IEMyLjQ3MDk0NTQ1LDUuNTgxMzg4MjEgMi4xMjc2MzA2MSw0LjQ3NjE5Nzc5IDIsNCBNMiw0IEMxLjk5NTUxOTM1LDMuOTgyNzI1OTggMS45OTA4MzUwMywzLjk2NTczNTkyIDEuOTg1ODk2MTMsMy45NDkyMTkxMiBDMS45NDAwMjAzNywzLjkxMDQ1OTA2IDEuOTA5NTcyMywzLjkwMDQ3MzI2IDEuOTA4MDk1NzIsMy45IEwxLjkwMTg4MzkxLDMuOTAxMjMwNDggTDEuOSwzLjkwNzAwNDI2IEMxLjkwMTE3MTA4LDMuOTExMTY4OTUgMS45MDIzNDIxNiwzLjkxNTMzMzY1IDEuOTAzNTEzMjQsMy45MTk0NTEwMiBDMS45ODU1Mzk3MSwzLjk2MDgxNDAxIDIsNCAyLDQiIGlkPSJGaWxsLTE0IiBmaWxsPSIjOTk5OTk5Ij48L3BhdGg+CiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgIDxwYXRoIGQ9Ik03LDkgQzYuOTM1ODI4ODgsOC45NjU0IDYuOSw4Ljk1MjMgNi45LDguOTUyMyBMNi45LDguOTYxIEM2LjkzMTkwNzMxLDguOTcwMSA2Ljk2NTQxODg5LDguOTgzNCA3LDkgTTUsOCBMNSw3Ljk5ODYyOTE1IEM1LjM1MDUxMTU2LDcuOTYxOTA0NzYgNS42ODUxMDgsNy45MjkwNzY0OCA2LDcuOSBDNS42NDk4NjczNyw3LjkzMzExNjg4IDUuMzEyMjM5NDgsNy45NjcxNzE3MiA1LDgiIGlkPSJGaWxsLTE1IiBmaWxsPSIjOTk5OTk5Ij48L3BhdGg+CiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgPC9nPgogICAgICAgICAgICAgICAgPC9nPgogICAgICAgICAgICA8L2c+CiAgICAgICAgPC9nPgogICAgPC9nPgo8L3N2Zz4= Michaël Naulin 
     

  • Publié le 01/10/2018 à 14:03

Le légendaire artiste franco arménien s'est éteint à l'âge de 94 ans. Avec des chansons telles que Emmenez-moiJe Me Voyais Déjà ou La Bohème, l'éternel Charles Aznavour a traversé les époques, les générations et les frontières.
«Chanteur de variété le plus important du XXe siècle» C'est le titre attribué en 1988 à Charles Aznavour par la chaîne américaine CNN et Le Times. Plus de 1 200 chansons dans sept langues différentes, des spectacles dans 94 pays et plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier. Mais aussi plus de 60 participations à des longs-métrages. Très discret sur sa vie privée, le chanteur a été marié trois fois et a eu six enfants dont trois avec sa dernière femme Ulla avec qui il était marié depuis plus de 50 ans. Icône de la chanson française, Charles Aznavour était une star mondiale, au point d'avoir son étoile sur le «Walk of Fame» à Hollywood en 2017. Soixante-dix ans de carrière en haut de l'affiche pour cette légende de la chanson française.
Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! XVM88d1f8ea-4e0c-11e8-9113-507d1a2692d5-400x281
Ses premières années débutent comme un roman. Ses parents, Misha et Knar Aznavourian, viennent de Salonique, en Grèce. Son père est le fils d'un ancien cuisinier du tsar Nicolas II, sa mère appartient à une famille de commerçants arméniens de Turquie qui avaient fui le génocide de 1915. Charles Aznavour, à l'époque Varenagh Aznavourian, naît en France, le 22 mai 1924. Ses parents attendent à Paris un visa pour les États-Unis. Finalement, la France sera leur terre d'accueil. Son père mène une carrière de restaurateur et de patron de café laborieuse,  il préfère chanter.

Encouragé également par sa mère, actrice, le jeune homme joue du violon dans les rues, entre à 9 ans à l'École du spectacle et se donne comme nom de scène «Aznavour». Rapidement, la chanson devient une évidence. Un certain Charles Trenet, devient son idole. À 17 ans, en pleine guerre, il rencontre un jeune compositeur fou de jazz, Pierre Roche. Le duo «Roche et Aznavour» commence à courir les cabarets. De cette collaboration naîtra notamment J'aime Paris au mois de mai.

Le «petit génie con» de Piaf

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! XVMf2fa489a-4e10-11e8-9113-507d1a2692d5-334x350
1945, période creuse pour les deux artistes, malgré un contrat d'enregistrement signé avec Jacques Canetti chez Polydor. L'année d'après, la rencontre avec Edith Piaf les relance. Elle les invite à la suivre pendant une tournée de deux ans en France et aux États-Unis. La chanson swing du duo ne s'impose pas vraiment en France, mais a du succès au Canada… Et Pierre Roche finit par s'y marier. La carrière solo d'Aznavour débute... difficilement.
Pendant huit ans, l'artiste travaille dans l'ombre de la chanteuse. «Le petit génie con» devient l'homme à tout faire de l'icône, alors au sommet de sa carrière. Il conduit la voiture, répond au téléphone, s'occupe des éclairages et du son pendant les tournées... De temps à autre, il lui présente une chanson qu'il a écrite, sans grand succès. Piaf lui répète qu'il ne percera jamais comme chanteur.
Mais Aznavour persévère, s'accroche et écrit plusieurs chansons pour Gilbert BécaudJuliette GrécoPatachou... Piaf elle-même fait un succès avec Jezebel.
En 1955, ses fossettes et son regard profond font leur première apparition à la télévision. Les mains dans les poches, l'air décontracté, presque désinvolte, Charles Aznavour entonne Le Palais de nos chimères:







Aznavour est sur la voie du succès: la critique a beau ne pas croire en lui, le public commence à s'attacher. Sur ma vie, Parce que, Sa jeunesse, Au creux de mon épaulesont ses premiers succès.
Un début de carrière qui aurait pu se terminer tragiquement. À l'été 1955, le chanteur est victime d'un violent accident de voiture sur la route de Saint-Tropez. Hôpital, convalescence: plusieurs mois éloigné du métier, il doit tout reconstruire. L'année suivante, Charles Aznavour fait sa première à l'Olympia. Mais les critiques sont toujours virulentes sur la voix et le physique du chanteur. Des propos qui le blessent profondément et pourtant, les propositions de contrats s'enchaînent.


« D'autres ont réussi avec un peu de voix mais beaucoup d'argent, Moi j'étais trop pur ou trop en avance, Mais un jour viendra je leur montrerai que j'ai du talent.»

Charles Aznavour, Je m'voyais déjà

1960 et la naissance de la star française et internationale

La légende Aznavour est née un soir de décembre 1960. À l'Alhambra, le grand music-hall près de la place de la République, à Paris, sa carrière se joue en une soirée. Après six chansons interprétées dans une atmosphère glaciale, l'artiste sort sa dernière carte: Je m'voyais déjà. L'histoire d'un artiste dont la carrière ne décolle pas. Charles Aznavour entonne le dernier couplet: «On ne m'a jamais accordé ma chance, D'autres ont réussi avec un peu de voix mais beaucoup d'argent, Moi j'étais trop pur ou trop en avance, Mais un jour viendra je leur montrerai que j'ai du talent.» C'est l'ovation. Un succès énorme et définitif: Aznavour ne quittera plus le haut de l'affiche, il a 36 ans.
La Bohème, La Mamma, Sa jeunesse, Toi et moi, Mes emmerdes, Non je n'ai rien oublié, Désormais, Les Comédiens, Emmenez-moi, Tu t'laisses aller… Charles Aznavour enchaîne les tubes et, en 1963, entame une carrière aux États-Unis. Il séduit les Américains, qui se pressent pour assister à sa représentation au Carnegie Hall de New-York. Près de 400 New-Yorkais sont présents dans la salle. Le chanteur alterne les chansons en anglais et en français. Une soirée qui marque le véritable point de départ de sa carrière internationale.







En France, Aznavour devient une référence. Et quand, en 1989, il fait appel aux artistes français pour venir au secours de l'Arménie, son pays d'origine, qui vient d'être ravagé par un tremblement de terre, ils sont quatre-vingt-dix chanteurs et comédiens à se presser derrière le micro pour chanter Pour toi Arménie - le single sera vendu à un million d'exemplaires. En 1997, il est nommé officier de la Légion d'honneur.

Aznavour au grand écran

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! XVM0c020222-32a1-11df-a01a-d4abcc5521a6-300x400
Chanteur reconnu, Charles Aznavour aura aussi une carrière dans le cinéma avec 63 films au compteur. Si beaucoup ont été des nanars, il joue ses plus beaux rôles dans les années 1960: Tirez sur le pianistede Truffaut, Le Testament d'Orphée de Cocteau, Un taxi pour Tobrouk de La Patellière, Paris au mois d'août de Granier-Deferre... En 1968, la star internationale tourne son premier film en anglais: Candyde Christian Marquand avec Marlon Brando, Richard Burton et James Coburn. Il joue également en allemand, dans Le Tambour (1979) de Volker Schlöndorff qui obtient l'Oscar du meilleur film étranger. Héros dramatique, il tourne sous la direction de Claude Chabrol en 1982, Les Fantômes du chapelier dans le rôle d'un homme écrasé et réservé.
Aznavour compose de nombreuses musiques pour ses films écrit le scénario de la comédie de Paul Boujenah, Yiddish Connection. Dans les années 1990, il se fait plus discret au cinéma, tournant principalement des téléfilms.

Aznavour, toujours et «Encores»

Huit kilos, c'est le poids de l'intégrale de l'œuvre d'Aznavour, sorti en 1996. Un imposant coffret de 33 CD en forme de colonne Morris qui donne toute la dimension de la carrière du chanteur.
Aznavour entre dans le XXIe siècle. Chaque tournée est alors présentée comme la dernière. En 2000, il annonce ses adieux, puis finalement fête ses 80 ans en 2004 au Palais des congrès, son port d'attache. L'année d'après, il entame une tournée d'adieu nord-américaine et poursuit ensuite cette dernière à l'international, en chantant en Asie, en Europe, en Océanie et en Amérique du Sud. Sa «dernière rentrée» était prévue en 2007. Mais chaque année, Aznavour savoure l'ivresse d'être en haut de l'affiche. 2009 est un nouveau marathon nord-américain.
» LIRE AUSSI - Charles Aznavour: «J'espère chanter jusqu'à 100 ans»
Un an plus tard, Charles Aznavour n'est toujours pas rassasié. Il sort Aznavour toujours, son 50ème album et enchaîne directement avec la tournée européenne Charles Aznavour en toute intimité. En 2013, on se souvient de son duo avec Johnny Hallyday sur le titre «Sur ma vie» à l'occasion des 70 ans de l'idole des jeunes. En mai 2015, il sort Encores, son 51e album, mais son 46e original. Auteur de nombreux volumes autobiographiques, le chanteur était passionné de littérature et confiait en 2017, dans les colonnes du Figaro: «Je m'instruis, parce que j'en ai besoin pour mon travail, pas pour briller en société. Mon nom brille pour moi, c'est déjà assez emmerdant.»
En 2018, Charles Aznavour repartait à 93 ans sur la route des concerts. Après sept ans d'absence, il s'était produit dans six villes en France en janvier. Celui qui voulait chanter jusqu'à l'âge de 100 ans, devait effectuer une tournée en novembre à travers le monde.






http://www.lefigaro.fr/culture/2018/10/01/03004-20181001ARTFIG00151-mort-de-charles-aznavour-apres-une-longue-et-belle-vie-de-boheme.php

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par cessybo le Lun 1 Oct - 16:02

Je suis vraiment très triste.

J'aimais beaucoup ses chansons : Poésies remarquables, vraies, sensibles et musique qui collait toujours bien au texte.

J'ai presque tous ses disques. Je l'avais vu, en concert, plusieurs fois.

Au début de sa carrière,  je n'aimais pas sa voix éraillée, mais il a dû beaucoup travailler car son élocution était devenue excellente.

J'ai de la peine, comme si j'avais perdu un ami.  Sad
cessybo
cessybo

Messages : 11988
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Lun 1 Oct - 16:44

Oui, je comprends bien je l'aimais beaucoup aussi et tant de belles chansons qu'il nous laisse en un héritage si précieux.
Ses chansons nous ramènent à nos propres vies et à des souvenirs à chacune d'entre elles.

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par lili@ne le Mar 2 Oct - 9:58

C'est vrai un chanteur qui n'a jamais été démodé , des chansons qui racontent bien la vie , que du bonheur .

lili@ne

Messages : 4276
Date d'inscription : 22/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Mar 2 Oct - 10:08

Toutes les belles chansons de Charles Aznavour sont intemporelles et pour longtemps encore...Et j'aime également pour certaines de ses chansons, de merveilleuses introductions.

Paris au mois d'août 






_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Aznavour, le poète

Message par cessybo le Mar 2 Oct - 11:24

Il faut écouter Aznavour, mais il est bon de le lire, tout simplement. 
Par exemple, cette chanson.
Elle est magnifique.


Sa jeunesse

Lorsque l'on tient
Entre ses mains
Cette richesse
Avoir vingt ans
Des lendemains
Pleins de promesses
Quand l'amour sur nous se penche
Pour nous offrir ses nuits blanches

Lorsque l'on voit
Loin devant soi
Rire la vie
Brodée d'espoir
Riche de joies
Et de folies
Il faut boire jusqu'à l'ivresse
Sa jeunesse

Car tous les instants
De nos vingt ans
Nous sont comptés
Et jamais plus
Le temps perdu
Ne nous fait face
Il passe

Souvent en vain
On tend les mains
Et l'on regrette
Il est trop tard
Sur son chemin
Rien ne l'arrête
On ne peut garder sans cesse
Sa jeunesse

Avant que de sourire et nous quittons l'enfance
Avant que de savoir la jeunesse s'en fuit
Cela semble si court que l'on est tout surpris
Qu'avant que le comprendre on quitte l'existence

Lorsque l'on tient
Entre ses mains
Cette richesse
Avoir vingt ans
Des lendemains
Pleins de promesses
Quand l'amour sur nous se penche
Pour nous offrir ses nuits blanches

Lorsque l'on voit
Loin devant soi
Rire la vie
Brodée d'espoir
Riche de joies
Et de folies
Il faut boire jusqu'à l'ivresse
Sa jeunesse

Car tous les instants
De nos vingt ans
Nous sont comptés
Et jamais plus
Le temps perdu
Ne nous fait face
Il passe

Souvent en vain
On tend les mains
Et l'on regrette
Il est trop tard
Sur son chemin
Rien ne l'arrête
On ne peut garder sans cesse
Sa jeunesse...



Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! 1435375633
cessybo
cessybo

Messages : 11988
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Mar 2 Oct - 12:41

Oui,certaines d'entres celles sont méconnues mais ce sont de vrais joyaux, tout un répertoire à redécouvrir.


Quand j'écoute cette chanson je pense toujours à mon père le jour de mon mariage...




_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par cessybo le Mar 2 Oct - 14:21

LARA BAÏKAL a écrit:Oui,certaines d'entres celles sont méconnues mais ce sont de vrais joyaux, tout un répertoire à redécouvrir.


Quand j'écoute cette chanson je pense toujours à mon père le jour de mon mariage...




Oui, j'ai connu cette période émotionnelle, toujours un peu difficile.
Mais, nous avons eu de la chance. Notre fille et notre gendre ont fait construire une maison à 500 m. de la nôtre et, pendant la période de construction, qui a duré 2 ans, parce qu'ils ont fait eux-mêmes une grande partie du travail, nous les avons hébergés chez nous.
Ce qui nous a donné le temps de faire amplement connaissance.
Et, par la suite, nous nous sommes occupés de leurs enfants, nos petits-enfants, ce qui fait que nos relations ont toujours été très proches.
cessybo
cessybo

Messages : 11988
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Mar 2 Oct - 16:10


_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Jeu 4 Oct - 11:36

Célébrer la vie de Charles Azanavour, une de ses belles chansons Smile



_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Lun 8 Oct - 19:32

Je voyage , un duo avec sa fille Katia



_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par Girondin le Mer 10 Oct - 19:19

Tiens une petite anecdote.....il y a 30 ans  ,j'ai acheté un costume bleu avec le gilet ..bref un complet ....et bien croyez moi si vous voulez ..il me va toujours   je le mets le dimanche pour aller à la messe ......quant je vais en ville , au cinéma .......etc    Bref mon complet bleu ,ça fait trente que j'le porte ........sauf au Grau du Roi ,quant je nettoie  les poubelles bien sur..... mgreen


vous trouvez ça stupide .....mais voyez vous ,il me plait de croire ,que là où il est, Charles Aznavour rigolera de mes conneries .....

Girondin

Messages : 6295
Date d'inscription : 10/02/2018
Age : 70
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par Antichrist le Sam 6 Avr - 20:01

bonsoir commandoair40

je ne suis pas d'accord avec le colonel que vous avez citez.

en effet je pense qu'aznavour a depassé le statut de simple chanteur...il est devenue la cuture française.
au meme titre que voltaire,camus ou victor hugo

a ce titre...en tant in finné devenue ce symbole...il est normal qu'il beneficie a titre postume à la cour d'honneur des invalides.

par ses chansons...il a autant fait pour la gloire de la france que estienne d'orves... valeur positive

ne mettez pas en concurence les soldats morts au feu et les artistes...
les 2 ont leurs place dans le coeur des français et au pantheon des grands hommes.
Antichrist
Antichrist

Messages : 1186
Date d'inscription : 03/03/2019
Localisation : on the earth

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Sam 6 Avr - 20:19

Bonsoir Commandoair,


Je suis en accord sur ce point avec Antichrist
Monsieur Charles Aznavour était un grand de la chanson et il a contribué aussi à faire aimer la France de par sa carrière internationale. Un des derniers de cette génération qui a manié la langue française avec tant de dextérité.
Et puis c'est un bien mauvais procès qu'on lui fait là, il avait 20 ans en 1944 mais il n'était donc pas mobilisable en 1939.
Il ne faut pas oublier que ses parents ont abrité la famille Manouchian, s'ils avaient été dénoncés ou pris, ils auraient été fusillés ou déportés, leurs deux enfants également...
L'immigration arménienne cela fait longtemps qu'elle a eu lieu depuis 1917 et cette communauté n'a jamais posé de problèmes à la France, loin de là.
Ce n'est pas une question de faire un parallèle avec nos soldats et un chanteur, mais un hommage de la France rendu à une belle personne qui nous a enchanté pendant des décennies.

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par LARA BAÏKAL le Sam 6 Avr - 21:19

Il a régularisé toute sa situation vis à vis du fisc, cela a été déclaré par lui-même sur un reportage.
"Je n'ai pas quitté la France, confiait-il au micro de France Info en 2013, comme le relayait le quotidien Le Matin. J'y ai été poussé. (...) Si je n'avais pas eu autant d'ennuis avec l'administration et avec les médias, je serais resté en France". Inculpé pour fraude fiscale en 1972, Charles Aznavour est finalement relaxé en 1977. "La France devrait me remercier pour tous les milliards que j'ai fait rentrer dans ses coffres ! [...] Toute ma vie, j'ai travaillé dur ! En France, on taxe les artistes et les créateurs comme si on voulait les faire crever", déclarait-il alors lors de son procès.
Cependant en 1979, il est condamné à une amende de trois millions de francs et un an de prison avec sursis pour évasion fiscale. Contrarié par cette décision de justice, le chanteur avait publié dans la presse un poème sous forme de lettre ouverte au président de la République Valéry Giscard d'Estaing : "Pour avoir servi ma patrie et ma culture, dix millions et un an de prison". S'il a toujours nié cette accusation, Charles Aznavour a toujours voulu prouver qu'il était en règle avec ses impôts. "Je me promenais avec ma feuille d'impôts payée dans ma poche. Quand on me disait quelque chose, je montrais la feuille", déclarait-il au micro de France Info en 2013.

"Je me promenais avec ma feuille d'impôts payée"

https://www.closermag.fr/people/mort-de-charles-aznavour-pourquoi-le-chanteur-vivait-en-suisse-depuis-plus-de-45-877829

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32918
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par Antichrist le Sam 6 Avr - 21:43

bonsoir commandoair40

meme les plus grands soldats ont leur part d'ombres...
achille...dusguesclin...bayard...murrat et ney...rommel...joukov...

valeur positive

alors pensez donc...un artiste avec sa sensibilité.
ce sont des "torturés".

il faut aussi faire depasser l'oeuvre de l'homme.
l'homme peut etre abject...et son art frisant le genie.
celine en est l'exemple parfait.

vous etes un parachutiste il me semble ?
le plus emblematique para français est bigeard...non ?
bigeard...figure heroique de dien bien phu...pour finir ministre sous giscard.
et ministre c'est essentiellement des compromissions...

vous voyez bien...rien n'est blanc ou noir.
tout est gris...plus ou moins foncé.

pareil pour aznavour...il me semble
la culture française accroché en bandouliere  sur son coeur...bon son porte feuille etait en suisse.
"nobody is perfect".

aucune rancune entre nous.
amicalement
Antichrist
Antichrist

Messages : 1186
Date d'inscription : 03/03/2019
Localisation : on the earth

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par marie-noel le Lun 8 Avr - 18:10

Moi je trouvais que c'était un grand homme

Biographie de Charles Aznavour
Charles Aznavour est né le 22 mai 1924 à Paris de parents arméniens, son père est originaire de Géorgie et sa mère de Turquie. La famille mène une vie où la musique et le théâtre sont très présents. Charles Aznavour fréquente l’Ecole des enfants du spectacle et dès l’âge de 9 ans il monte sur scène. Il se tourne ensuite vers la chanson mais a du mal à percer. Il est pris en charge par Edith Piaf qui croit en lui et le fait tourner en première partie. Le succès arrive dans les années 1960 pour lui en tant que chanteur et aussi en tant qu’auteur pour Johnny Hallyday ou Sylvie Vartan. Charles Aznavour réussit également à lancer sa carrière à l’international, notamment aux Etats-Unis. Depuis, sa célébrité n’a pas faibli et il a enchaîné les tournées triomphales dans le monde entier.
Parallèlement, il mène une carrière d’acteur au cinéma, tournant avec de grands réalisateurs comme François Truffaut, Claude Chabrol ou Atom Egoyan. En 80 ans de carrière, Charles Aznavour a composé plus de 800 chansons et joué dans une soixantaine de films. Il est mort dans la nuit du dimanche 30 septembre au lundi 1er octobre 2018.
Source: https://www.franceculture.fr/personne-charles-aznavour.html

_________________
Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Img_1224









Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Amitie14
Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Ani-bu10
Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Co04qz10
Existe-t-il pour l'homme un bien plus précieux que la Santé ?  Socrate
marie-noel
marie-noel

Messages : 954
Date d'inscription : 27/03/2019
Age : 39
Localisation : Rochelle

Revenir en haut Aller en bas

Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty Re: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !

Message par cessybo le Lun 8 Avr - 18:36



Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! EmptyRe: Charles Aznavour, toute une vie en chansons !



Charles Aznavour, toute une vie en chansons ! Empty par marie-noel Aujourd'hui à 18:10

Moi je trouvais que c'était un grand homme


Biographie de Charles Aznavour
Charles Aznavour est né le 22 mai 1924 à Paris de parents arméniens, son père est originaire de Géorgie et sa mère de Turquie. La famille mène une vie où la musique et le théâtre sont très présents. Charles Aznavour fréquente l’Ecole des enfants du spectacle et dès l’âge de 9 ans il monte sur scène. Il se tourne ensuite vers la chanson mais a du mal à percer. Il est pris en charge par Edith Piaf qui croit en lui et le fait tourner en première partie. Le succès arrive dans les années 1960 pour lui en tant que chanteur et aussi en tant qu’auteur pour Johnny Hallyday ou Sylvie Vartan. Charles Aznavour réussit également à lancer sa carrière à l’international, notamment aux Etats-Unis. Depuis, sa célébrité n’a pas faibli et il a enchaîné les tournées triomphales dans le monde entier.
Parallèlement, il mène une carrière d’acteur au cinéma, tournant avec de grands réalisateurs comme François Truffaut, Claude Chabrol ou Atom Egoyan. En 80 ans de carrière, Charles Aznavour a composé plus de 800 chansons et joué dans une soixantaine de films. Il est mort dans la nuit du dimanche 30 septembre au lundi 1er octobre 2018.
Source: https://www.franceculture.fr/personne-charles-aznavour.html


Oui, Marie-Noel, Charles Aznavour a beaucoup contribué à la notoriété de la chanson française, à l'échelon international.


Et il a beaucoup rapporté de devises à la France, malgré  " l'optimisation " de ses impôts ! Very Happy
cessybo
cessybo

Messages : 11988
Date d'inscription : 02/03/2017
Localisation : Région Genevoise, côté Français.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum