S’exercer à la fraternité, c’est se préparer à accepter la séparation. Aimer la France, c’est aussi s’arracher à la nostalgie du bon vieux livre de Madame Fouillée.