Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018

Aller en bas

Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 Empty Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018

Message par LARA BAÏKAL le Dim 10 Juin - 10:57

Sans doute une très belle cérémonie de béatification, de nombreuses manifestations également autour de cet événement.
La béatification de Mère Adèle rassemble le diocèse d’Agen



Malo Tresca, à Agen et Feugarolles (Lot-et-Garonne) , le 08/06/2018 à 6h31

Le diocèse d’Agen (Lot-et-Garonne) et la communauté marianiste s’apprêtent à célébrer dimanche 10 juin la béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon, la fondatrice de la Congrégation des Filles de Marie Immaculée.

À cette occasion, les communautés paroissiales espèrent rejoindre des personnes plus éloignées de l’Église dans ce département déchristianisé.

La grande scène n’a pas encore été installée mais la compagnie Corps et Âmes répète déjà, sous le crachin, devant les gradins vides qui trônent depuis quelques jours dans la cour de l’imposant château de Trenquelléon, à Feugarolles (Lot-et-Garonne). Vendredi 8 juin au soir et samedi, la troupe jouera devant 1 600 personnes deux spectacles en plein air retraçant la vie de Mère Adèle de Batz, la fondatrice en 1816 des Sœurs marianistes, qui sera béatifiée dimanche 10 à Agen.

« Insuffler un réel élan missionnaire »

« Elle avait un souci des plus pauvres qui parle aux gens d’ici, sur une terre rurale », raconte Françoise de La Raitrie, propriétaire avec son mari de la majestueuse bâtisse du XVIIIe siècle où a grandi Adèle, sa tante à la septième génération. À l’image de la châtelaine, qui accueille depuis mars des groupes de paroissiens venus marcher dans les pas de la bienheureuse, tout le diocèse est sur le front, depuis des mois, pour préparer ce qui semble être « l’événement » de ces dix dernières années pour la petite Église du Lot-et-Garonne.

Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 Portrait-dAdele-Batz-Trenquelleon-1789-1828-Mme-S-Crochet-1945-Conserve-ladministration-provinciale-FMI-Sucy-Brie_0_1084_1310

Le diocèse d’Agen prépare la béatification d’Adèle de Batz


Et les attentes sont nombreuses. « Parmi les chrétiens non pratiquants, ces spectacles pourront insuffler un réel élan missionnaire, peut-être davantage que la messe de béatification, dont le côté institutionnel peut en effrayer certains », précise Françoise de La Raitrie. Ce qui n’empêche pas Mgr Hubert Herbreteau, l’évêque d’Agen, d’espérer tout de même l’affluence « de personnes aux périphéries de l’Église, parmi les 4 000 fidèles attendus » à la célébration.

En amont des festivités, il a lui-même sillonné, pendant des mois, toutes les paroisses de son diocèse pour faire connaître la spiritualité de Mère Adèle. « Il y avait tout un travail à faire pour que les catholiques se sentent impliqués par l’événement », poursuit-il.

Impliquer la nouvelle génération de fidèles

En terre déchristianisée, la chose ne semblait pas aisée. Mais ses visites pastorales ont porté des fruits : beaucoup s’apprêtent à venir aux rassemblements. « Alors que nos assemblées sont clairsemées, cela va faire du bien de voir que nous ne sommes pas que des catholiques isolés, que nous pouvons faire corps tous ensemble ; cela va nous redonner du peps », souligne Patrick, 47 ans, agriculteur, à l’issue de la messe dominicale de l’église Saint-Hilaire d’Agen.

Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 Alexis-Brebisson-regrette-lEglise-naborde-monde-rural-biais-levangelisation_0_1171_1761

Le monde rural, un désert spirituel ?


Modules de catéchisme autour de « Mère Adèle », interventions dans les établissements de l’Enseignement catholique sur sa vie… Cette béatification est aussi l’occasion de mobiliser les jeunes fidèles d’une terre vieillissante. « Elle va nous aider à affirmer notre place dans l’Église », se réjouit Anne-Laure Vigué, 24 ans, membre des « Jeunes pros d’Agen », qui encadrera les groupes d’adolescents invités à camper à Feugarolles, demain soi

Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 20180321-repartition-religion-jeunes-europe-2_0_880_1063

Les jeunes Européens de plus en plus loin des religions

Un diocèse pauvre en vocations

Mais le chantier, pour affermir le lien avec la jeunesse locale, reste de taille : ces dernières décennies, la pratique et l’identité catholiques se sont beaucoup diluées dans le département, au gré des différentes arrivées migratoires – dont celles de nombreux musulmans – et de la pénurie de prêtres. « Face à cette dernière, il a fallu miser sur le dynamisme de certains laïcs engagés, concède Mgr Herbreteau. Nous avons mis en place par endroits des Assemblées de la Parole, en demandant à ces fidèles de conduire, certains dimanches, une liturgie centrée sur la parole de Dieu, sans eucharistie ». Ces assemblées se poursuivent encore très occasionnellement aujourd’hui, des prêtres étrangers ayant pris le relais.

« Nous sommes un diocèse pauvre en vocations, habitué à accueillir depuis cent ans des prêtres d’ailleurs : des Italiens, des Irlandais, aujourd’hui des Africains… », explique le père Thibaud de la Serre, en charge du Service des vocations. Dimanche, 150 prêtres devraient participer à la messe de béatification de Mère Adèle. De quoi redonner l’image d’une institution forte chez les habitants de la région, avant d’engager prochainement un chantier diocésain sur la transmission de la foipour ne pas laisser s’éteindre « le souffle vivifiant » de l’événement.

––––----------------------
Programme des festivités
Vendredi 8 et samedi 9 juin. Deux représentations du spectacle de plein air Adèle de Batz de Trenquelléon, l’audace d’une missionnaire, à 21 heures au Château de Trenquelléon (Feugarolles), clôturées de feux d’artifice.
Samedi 9 juin après-midi. Le collège Sainte-Foy d’Agen accueillera l’événement Festiv’Adèle, présentant les diverses actions des religieuses marianistes partout dans le monde.
Dimanche 10 juin. Après une vénération des reliques de Mère Adèle le matin, la messe solennelle de sa béatification aura lieu à 15 heures au Parc des Expositions d’Agen. Elle sera présidée par le Cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, en présence de Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique.
Renseignements : www.beatadele.com

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/beatification-Mere-Adele-rassemble-diocese-dAgen-2018-06-08-1200945412

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32896
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 Empty Biographie de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon

Message par LARA BAÏKAL le Dim 10 Juin - 11:02

Adèle de Batz de Trenquelléon

Adèle de Batz de Trenquelléon est née de famille noble à 25 kilomètres d’Agen à Feugarolles, au château de Trenquelléon, le 10 juin 1789. Son père est officier au service du roi, il tente d’aider à sa fuite. Louis XVI est arrêté à Varenne et le père d’Adèle est contraint de partir en exil.


En 1797, avec sa mère et son jeune frère, elle fait aussi l’expérience de l’exil en Espagne d’abord, puis au Portugal où le père rejoint les siens. Quand la situation en France laisse envisager des jours meilleurs, fin 1800, la famille s’installe à San Sebastian. C’est là qu’Adèle fait sa première communion, à l’église Santa Maria, le jour de l’Epiphanie 1801.


Lorsque, quelques mois plus tard, il s’agit de retourner à Trenquelléon, elle manifeste à ses parents son désir de rester en Espagne pour pouvoir devenir carmélite. Ses parents lui promettent que lorsqu’elle aura l’âge, ils l’accompagneront en Espagne pour réaliser sa vocation si les ordres religieux ne sont pas encore restaurés.


Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 Capture-d_ecc81cran-2018-01-22-acc80-12-12-52
Détail d’un médaillon conservé au Château de Trenquelléon.


Elle rentre en France à la fin de l’année 1801. De retour au château, elle accompagne sa mère qui fait le catéchisme, visite les malades, les pauvres des alentours et cherche à soulager la misère qui règne. Elle ne perd pas de vue son projet de vie religieuse et elle demande à Monsieur Ducourneau, précepteur de son jeune frère, de lui écrire un projet de vie pour la préparer à répondre à sa vocation. Oraisons, prière du chapelet, lectures spirituelles et participation à la messe deviennent habituelles.


En 1803, elle reçoit le sacrement de confirmation et fait connaissance de Jeanne Diché, plus âgée qu’elle. Ensemble, elles vont fonder une petite association dont le but est de travailler à la rechristianisation en vivant de l’Evangile, chacune là où elle est, et en se mettant au service du prochain. C’est sa «Petite Société», dont elle encourage sans cesse ses amies membres à être attentives aux besoins matériels et spirituels de celles et ceux qui leur sont proches.


En 1808, elle entend parler de la « Congrégation » de Bordeaux, et qui regroupe des laïcs dont la mission est de «multiplier les chrétiens». Très vite, la petite société va s’affilier à la Famille spirituelle du Père Chaminade, avec lequel Adèle correspondra jusqu’à sa mort.


En 1814, avec quelques amies, elle conçoit un «cher projet» qui leur permettrait de s’adonner à temps plein à son apostolat. Adèle désire vivre une vie de communauté tout en étant missionnaire. «Ce terme m’exalte», écrit-elle. Le Père Chaminade écrit alors des constitutions et le 25 mai 1816, Adèle et ses compagnes s’installent à Agen au «Refuge» : l’Institut des Filles de Marie (Soeurs Marianistes) est né.


Béatification de Mère Adèle de Batz de Trenquelléon le 10 Juin 2018 Capture-d_ecc81cran-2018-01-30-acc80-13-58-46
Statues des deux fondateurs, le Père Chaminade et Mère Adèle, dans le Parc de Sucy-en-Brie, maison provinciale des religieuses marianistes


Très vite, les fondations se multiplient : des classes gratuites pour les jeunes filles pauvres sont ouvertes, et même un pensionnat pour les jeunes filles de la petite bourgeoisie et de la noblesse, chose qui n’existait pas jusqu’alors.


Adèle meurt le 10 janvier 1828, laissant alors plusieurs communautés bien vivantes à Agen, Tonneins, Condom, Bordeaux et même dans le Jura à Arbois.


Elle a été reconnue «vénérable» par l’Eglise le 5 juin 1986, et le décret de béatification a été signé par le Pape François le 4 mai 2017.


https://beatadele.com/sa-vie/

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty
Jefferson. 
LARA BAÏKAL
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 32896
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum