À Arcueil, les examens annulés après le blocage du centre par des manifestants

Aller en bas

À Arcueil, les examens annulés après le blocage du centre par des manifestants

Message par LARA BAÏKAL le Ven 11 Mai - 13:20

Un blocage alors que les examens étaient prévus, c'est tout simplement une honte !
Des cheminots, des postiers etc ... viennent prêter main forte aux bloqueurs et il ne faut pas se demander d'où cela vient !
Ces abrutis ne se rendent même pas compte qu'ils peuvent ainsi stresser ces étudiants qui eux ont travaillé pour passer leurs examens !
À Arcueil, les examens annulés après le blocage du centre par des manifestants
Par [size=17]AFP agence • Louis Heidsieck • Pierre Houlgatte • Publié le 11/05/2018 à 09:58 • Mis à jour le 11/05/2018 à 12:39[/size]


Le centre d’examens d’Arcueil ce matin Crédits photo: Le Figaro



Les étudiants de droit et sciences politiques de Nanterre, mais aussi de Sciences Po Paris étaient convoqués ce matin pour passer leurs examens. Sur place le Centre d’examens d’Arcueil était bloqué par des manifestants rendant la tenue des examens impossible. Ils sont d’ailleurs officiellement annulés.


Après le vote lundi 7 mai, lors de l’assemblée générale, du blocage illimité de l’université de Nanterre, des étudiants manifestants sont venus dès 7H30 devant le centre d’examens en vue d’empêcher la tenue des partiels de droit et de sciences politiques. Selon BFM TV, ils étaient entre 50 et 100 bloqueurs rassemblés devant la maison des examens venus empêcher la tenue de ces examens qui avaient été délocalisés. Au cours de la matinée, ils étaient près de 200. Mais ils n’étaient pas seuls: des cheminots et des postiers étaient venus leur prêter main-forte. Les conducteurs du RER klaxonnaient pour saluer l’arrivée des bloqueurs.

Des policiers sont arrivés sur place afin de rendre possible l’accès dans les salles d’examen. Ce qui a donné lieu à quelques échauffourées: gaz lacrymogène et quelques coups de matraque. Selon l’AFP, à quelques dizaines de mètres de là, sur le quai du RER B, des étudiants leur lançaient des slogans hostiles: «Cassez-vous, cassez-vous!»

[ltr]
[/ltr]

Finalement, les policiers ont pu repousser les bloqueurs et créer un cordon sanitaire autour de l’entrée. Mais, les partiels seront reportés comme nous le confirme notre journaliste sur place, Louis Heidsieck. Une annonce qui a été faite par le biais des hauts parleurs de la RATP.

Jeudi soir, le «comité de mobilisation de la fac de Nanterre» avait lancé un appel à «tous ceux qui aujourd’hui défendent le droit de grève, les étudiant.e.s, les enseignant.e.s, les postier.e.s, les cheminot.e.s, les salarié.e.s, les chômeurs et chômeuses» pour se rassembler devant la Maison des examens d’Arcueil


La loi ORE à l’origine de la mobilisation

Selon le ministère, deux universités restaient bloquées jeudi (Rennes-2 et Nanterre) et cinq perturbées (Limoges, Nantes, Marseille, Sorbonne Université et Paris-Cool.
Pour rappel, si des étudiants bloquent l’université, c’est pour manifester leur hostilité à la loi Orientation et Réussite des étudiants (ORE), qui instaure des «attendus» pour les étudiants qui souhaitent entrer à l’université, et l’examen des dossiers scolaires via la plateforme Parcoursup. Nanterre fait d’ailleurs partie des rares universités entièrement bloquées par les opposants à la loi ORE. Ce nouveau système a été instauré afin de remplacer APB. Il permettra d’éviter le tirage au sort qui prévalait jusqu’à aujourd’hui, pour départager les étudiants.


Pour autant, tous les étudiants ne souhaitent pas bloquer les universités: selon un récent sondage de la Fage, syndicat étudiant soutenant la réforme, 72 % d’entre eux y sont opposés. Les étudiants qui veulent passer leurs examens sont les premières victimes, Tanguy, étudiant en L2 droit à Nanterre opposé à la loi mais pas pour la méthode du blocage nous assure qu’il était là à 8h comme précisé sur son mail de convocation. Mais une fois sur place impossible d’entrer «les CRS bloquaient la grille puis ils ont fait un cercle afin de dégager une entrée. Il y avait beaucoup de violence, des coups de boucliers, de mattraque et de la lacrymo».
Inés, 18 ans en première année à Sciences Po Paris ne cache pas sa déception quant à l’annulation des partiels «On s’est dit que nos partiels allaient rester, vu que tout le monde savait que ça allait bloquer, ils feraient en sorte d’anticiper. Mais on vient de recevoir un mail de la direction, on est 400 dans le même cas à peu près pour l’épreuve d’humanités littéraires prévue ce matin, et cet après-midi c’était socio». Selon l’étudiante dès hier soir sur Facebook l’information circulait du côté des bloqueurs afin de mobiliser le maximum de personnes pour empêcher la tenue des examens.

Le gouvernement dénonce ce blocage

La ministre de l’Enseignement Supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, a par ailleurs dénoncé le blocage du Centre d’examens d’Arcueil, une situation qu’elle trouve «inadmissible» et qui contribue à la dévalorisation du diplôme qui «n’est pas un morceau de papier»

Une exaspération qui est partagée par les membres du gouvernement, puisque le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a lui aussi dénoncé le blocage du Centre d’examens d’Arcueil. Le ministre en a profité pour rappeler que les forces de l’ordre «resteront mobilisées autant que nécessaire pour permettre aux étudiants de passer leurs examens»


http://etudiant.lefigaro.fr/article/des-bloqueurs-empechent-les-etudiants-de-passer-leurs-examens-a-arcueil_2cc2fd7e-54ec-11e8-8b46-974776ed5324/

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 26045
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Blocage à Arcueil: le député Eric Coquerel de la France insoumise atteint par des gaz lacrymogènes

Message par LARA BAÏKAL le Ven 11 Mai - 17:18

Les risques du métier  Laughing


Blocage à Arcueil: le député Eric Coquerel de la France insoumise atteint par des gaz lacrymogènes

Très en colère contre un CRS qu'il accuse de l'avoir visé à bout portant, ce proche de Jean-Luc Mélenchon dénonce une "provocation".



POLITIQUE - La situation était très tendue ce vendredi 11 mai du côté du centre d'examen d'Arcueil, où des étudiants opposés à la réforme de l'université sont venus empêcher la tenue des partiels. Si quelques postiers et cheminots sont venus en renfort des bloqueurs, ces derniers ont également reçu le soutien du député insoumis Eric Coquerel, très actif dans la mobilisation estudiantine.

Comme le montrent les images tournées par notre reporter sur place, les choses ne sont pas passées comme prévu pour l'élu mélenchoniste. Dans la cohue, le député de Seine-Saint-Denis a été atteint, à au moins deux reprises, par des gaz lacrymogènes dispersés par les CRS qui protégeaient l'accès du bâtiment. Sur nos images, on aperçoit le parlementaire être touché une première fois par un nuage de gaz lacrymogène. Selon ses dires, il aurait été touché une seconde fois directement au niveau du visage. Les yeux en larmes, ce dernier a reproché à un policier de l'avoir visé "exprès sur [s]a gueule", dénonçant une "provocation" et un acte "scandaleux".

"Je n'étais pas du tout en première ligne. J'étais là où j'estimais être ma place, en soutien derrière. Et là un CRS m'a visé directement dans l'oeil. Il a très bien vu ce qu'il faisait, je ne suis pas invisible", s'est indigné au micro du HuffPost Eric Coquerel qui arborait son écharpe tricolore d'élu de la nation.

"C'est une façon assez étonnante de traiter des élus et des manifestants de manière générale. Il n'y a pas eu une once de violence de la part des étudiants", a-t-il dénoncé.

Les partiels annulés
Paralysée depuis trois semaines, la faculté de Nanterre avait acté l'impossibilité d'organiser des partiels sur le campus et décidé d'en délocaliser une partie au centre d'Arcueil afin de permettre aux étudiants de valider leur semestre. L'entrée du centre d'examen a toutefois été bloquée ce vendredi matin par des opposants à la loi sur l'université, empêchant le début des examens, comme a pu le constater le reporter du HuffPost présent sur place.
Face au blocage des étudiants qui ont couvert d'injures les forces de l'ordre, la police a tenté de disperser la foule en utilisant des boucliers et en aspergeant les récalcitrants de gaz lacrymogènes.
Face aux incidents, l'université de Nanterre a décidé d'annuler la tenue des examens prévue ce vendredi et samedi au centre d'Arcueil.




https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/11/blocage-a-arcueil-le-depute-eric-coquerel-depute-insoumis-atteint-par-des-gaz-lacrymogenes_a_23432259/









_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 26045
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum