Histoire du 1 er Mai

Aller en bas

flower Histoire du 1 er Mai

Message par LARA BAÏKAL le Mar 1 Mai - 10:01

L'histoire de cette date du 1er Mai 


Le 1er-Mai n'était pas "la fête du travail" et 6 autres infos méconnues sur ce jour



La une du quotidien "Le Petit Parisien" sur la fusillade de Fourmies le 1er mai 1891 




Lancée aux Etats-Unis, reprise en Europe par la IIe Internationale en 1889, travestie par Pétain, la journée du 1er-Mai a une longue histoire.

Par Thierry Noisette
Publié le 01 mai 2018 à 07h58

Le 1er-Mai est une date pleine de rituels, mais la connaît-on bien pour autant ? Pas toujours, comme le relève l'historienne Mathilde Larrère, "snipeuse sur Twitter", qui dans un fil (ou thread) de tweets – une mine d'informations –, souligne que contrairement à ce qu'on dit souvent, ce n'est pas – à l'origine - "la fête du travail", mais "la fête internationale des travailleuses et des travailleurs".


Un glissement d'appellation qui évoque la façon dont le 8-Mars, journée des droits des femmes, est trop souvent travesti en "journée de la femme" à des fins commerciales.


1Le 1er mai 1886, suivi de la pendaison de militants

En 1886, les syndicats de Chicago organisent une grande manifestation pour revendiquer la journée de travail de 8 heures. Une grève est organisée à l'usine McCormick, et un rassemblement important a lieu. Alors que le dernier orateur prend la parole, la police charge : il y a un mort et une dizaine de blessés.
Un appel à manifester le 4 mai contre les violences policières est lancé. A la fin de ce nouveau rassemblement, la police charge à nouveau les derniers manifestants, et une bombe lancée au milieu des policiers en tue un, rapporte Wikipédia.





Affiche pour la manifestation du 4 mai 1886, en anglais et en allemand (Wikimedia Commons)
Dans la confusion qui s'ensuit, 7 policiers et au moins 4 civils sont tués.
Des militants sont arrêtés et 8 hommes passent en procès. Le procureur en fait le procès de l'anarchisme :

"Messieurs du jury : condamnez ces hommes, faites d'eux un exemple, faites-les pendre, et vous sauverez nos institutions et notre société."
Tous seront condamnés à mort et 4 seront pendus (3 voient leur peine commuée en perpétuité – ils sont graciés en 1893 – et un se suicide en prison).
Toute l'affaire a entraîné de nombreuses réactions dans le monde et des manifestations dans plusieurs capitales européennes.


2La 2e Internationale fait du 1er mai une journée d'action



L'Internationale ouvrière et socialiste, ou IIe Internationale, se réunit en juillet 1889. Sur proposition du syndicaliste et socialiste bordelais Raymond Lavigne, elle choisit la date du 1er mai comme journée d'action des ouvriers dans le monde entier. Cette journée en 1890 doit d'abord revendiquer le droit à une journée de travail de 8 heures, et son succès amène à pérenniser cette date chaque année pour manifester.
Citation d'un texte de Rosa Luxemburg en 1894 :


"Le mou­ve­ment ouvrier en Europe s’était ren­forcé et animé. La plus forte expres­sion de ce mou­ve­ment inter­vint au Congrès de l’Internationale Ouvrière en 1889. A ce Congrès, consti­tué de 400 délé­gués, il fut décidé que la jour­née de 8 heures devait être la pre­mière reven­di­ca­tion. Sur ce, le délé­gué des syn­di­cats fran­çais, le tra­vailleur Lavigne de Bor­deaux, pro­posa que cette reven­di­ca­tion s’exprime dans tous les pays par un arrêt de tra­vail uni­ver­sel. Le délé­gué des tra­vailleurs états-uniens attira l’attention sur la déci­sion de ses cama­rades de faire grève le 1er mai 1890, et le Congrès arrêta pour cette date la fête pro­lé­ta­rienne universelle.""Le Congrès décida que les tra­vailleurs de tous les pays mani­fes­te­raient ensemble pour la jour­née de 8 heures le 1er mai 1890. Per­sonne ne parla de la répé­ti­tion de la jour­née sans tra­vail pour les années sui­vantes. Natu­rel­le­ment, per­sonne ne pou­vait pré­voir la façon brillante dont cette idée allait être un suc­cès et la vitesse à laquelle elle serait adop­tée par les classes tra­vailleuses. Cepen­dant, il a suf­fit de manifes­ter le 1er mai une seule fois pour que tout le monde com­prenne que le 1er mai devait être une ins­ti­tu­tion annuelle et régulière."
Interviewée par Rue89, l'historienne Danielle Tartakowsky (auteure du livre "La Part du rêve", éditions Hachette, sur l'histoire du 1er-Mai), expliquait en 2012 :
"Ce qui a fait la force du 1er-Mai, c’est peut-être justement qu’il est international. Il faut comprendre qu’en 1890, la mise en œuvre d’une journée internationale était une prouesse, compte tenu des moyens de circulation de l’information de l’époque.Par ailleurs, dès le départ, cette journée du renouveau a été empreinte d’une dimension sacrée, complètement assumée. On n’hésitait pas à puiser dans le vocabulaire religieux pour en parler."


La date du 1er-Mai a-t-elle été choisie en hommage aux "martyrs de Chicago" ? On le voit affirmé ici et là, cependant pour Danielle Tartakowsky, "la référence à Chicago est largement, du moins en Europe, une reconstruction postérieure. Le 1er-Mai de 1890 était une journée conçue non pas par des syndicats, mais par des mouvements politiques socialistes."


3 1891 : l'armée tire sur les manifestants à Fourmies



La deuxième commémoration du 1er-Mai en France, en 1891, est marquée par un drame dans le Nord : à Fourmies, la troupe tire sur les manifestants, qui réclament leurs camarades arrêtés le matin même. Les soldats font 9 morts et 35 blessés.



La une du "Petit Parisien" sur la fusillade de Fourmies le 1er mai 1891 - Wikimedia Commons
L'événement, qui passe à la une de plusieurs journaux, fait l'objet de discours de Jaurès et de Clemenceau.
Un procès a lieu, au cours duquel 9 manifestants sont condamnés, à des peines de 2 à 4 mois de prison ; puis dans un second procès, deux hommes, considérés comme les instigateurs de la grève, sont condamnés à 6 ans et à 1 an de prison. Le second, Paul Lafargue, est libéré 4 mois plus tard après son élection comme député.


4 1919, la journée de 8 heures est votée

Une semaine avant le 1er mai, le 23 avril 1919, les parlementaires français votent la journée de 8 heures et font du 1er mai suivant (seulement, pas pour les années suivantes) une journée chômée.

5 1941, Vichy fait du 1er-Mai une fête maréchaliste

La récupération des fêtes du 1er-Mai par l'extrême droite ne date pas du Front national : en avril 1941, le maréchal Pétain rend férié le 1er-Mai, qui est aussi la Saint-Philippe. Cela permet à sa propagande de prétendre qu'il tient ainsi les promesses des régimes antérieurs.
Dans un article sur "la propagande festive de Vichy", l'historien Rémi Dalisson écrit : 
"Plus encore que la fête des mères, le 1er-Mai fut une occasion de propagande. Baptisé Fête du travail et de la concorde sociale, on lui adjoignit souvent le nom du saint du jour, la Saint-Philippe ou 'Fête du Maréchal', manière de montrer la place centrale du chef et de contribuer à son culte. Il fut la cérémonie qui bénéficia du plus fort support propagandiste, à l’image de ses trois types d’affiches et des portraits géants du Maréchal à placer 'toujours au centre des réjouissances'."
Le 1er mai 1941, Pétain déclare lors d'un discours à Commentry (Allier):
"Le 1er-Mai a été, jusqu’ici, un symbole de division et de haine. Il sera désormais un symbole d’union et d’amitié, parce qu’il sera la fête du travail et des travailleurs. Le travail est le moyen le plus noble et le plus digne que nous ayons de devenir maître de notre sort."
La propagande du 1er-Mai sous Vichy, à la gloire du maréchal (INA) :

Rémi Dalisson souligne :
"Bien entendu, références ouvrières et sociales obligent, cette fête fut la plus surveillée du régime. Les cérémonies devaient être organisées 'dans des enceintes ou stades permettant de contrôler les participants' (circulaire de Darlan) et les instructions policières étaient draconiennes."


"Vrai travail" and co. Au secours, Pétain revient !

6 La IVe République rétablit la fête du 1er-Mai



La fête instaurée par le régime de Vichy est supprimée après la Libération. En 1947, avec le soutien du ministre communiste du Travail Ambroise Croizat, le 1er mai redevient un jour chômé et payé.


La loi du 30 avril 1947 [PDF] "relative à la journée du 1er mai" indique notamment :


"Article 1er. Dans les administrations publiques et services publics, ainsi que dans les entreprises privées, de quelque nature qu'elles soient, la journée du 1er mai sera chômée.Article 2. Le congé institué par l'article précédent ne pourra être cause de réduction des traitements et salaires mensuels ou hebdomadaires.Les ouvriers et employés rémunérés à l'heure ou à la journée auront droit, à la charge de leur employeur, au payement d'une indemnité égale au montant du salaire d'une journée de travail."


Le 29 avril 1948, la date devient officiellement "fête du travail". Ou comment un jour de lutte contre la durée excessive du travail et pour les droits des travailleurs a été baptisé à l'opposé de l'esprit de ses origines...


Thierry Noisette
https://www.nouvelobs.com/histoire/20180430.OBS6010/le-1er-mai-n-etait-pas-la-fete-du-travail-et-6-autres-infos-meconnues-sur-ce-jour.html

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 23834
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

flower Re: Histoire du 1 er Mai

Message par Girondin le Ven 11 Mai - 17:34

Une fabuleuse histoire le premier Mai ..qui a commencé un 30 avril à minuit  et s'est achevée le 1er Mai à 24 heures...... le temps qu'il faut pour lire , Guerres et Paix de Tolstoï ,où je me suis copieusement emmerdé  ..... rigolo
avatar
Girondin

Messages : 2993
Date d'inscription : 10/02/2018
Localisation : 01

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum