L’incroyable histoire des 10.000 soldats russes envoyés par la France en Algérie

Aller en bas

L’incroyable histoire des 10.000 soldats russes envoyés par la France en Algérie

Message par LARA BAÏKAL le Lun 19 Fév - 10:21

Une histoire oubliée pour ces soldats russes envoyés par la France (en Algérie ) et une conséquence de la révolution russe de 1917.

L’incroyable histoire des 10.000 soldats russes envoyés par la France en Algérie
Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 18/02/2018 à 09H59, mis à jour le 18/02/2018 à 11H56



Travailleurs russes. Les soldats russes envoyés en France pendant la guerre de 14, démobilisés après la révolte du camp de Courtine en 1917, sont employés comme travailleurs en France (photo) ou en Algérie. © Emigrationrusse.com


Quelque 10.000 soldats russes furent envoyés par la France en Algérie il y a exactement 100 ans. Ces soldats faisaient partie du corps expéditionnaire envoyé par la Russie alliée de la France dans sa guerre contre l’Allemagne. Mais la Révolution de 1917 bouleversa cet édifice, obligeant Paris à trouver une solution de repli pour ces soldats perdus dans une guerre qui n’était pas la leur.

Début février 1918, il y a donc exactement 100 ans, des bateaux chargés d’environ 10.000 «travailleurs russes» quittent les ports de Toulon ou de Salonique – où les Alliés combattaient les Empires centraux – pour Alger. Qui sont ces mystérieux Russes envoyés dans les terres, alors françaises, d’Algérie?

En fait, ces Russes ne sont en rien des «travailleurs». Ce sont des soldats qui ont été plus ou moins démobilisés sur les théâtres d’opérations français de la guerre de 1914-1918. Ces soldats russes avaient été envoyés en France dans le cadre de l’alliance franco-russe scellée à la fin des années 1870 face à la montée de la puissance allemande. Quand la Première guerre mondiale éclate en août 1914, les Allemands doivent combattre sur deux fronts, contre les Français et les Britanniques à l’Ouest, contre les Russes à l’Est. 



Soldats russes en France (mai 1916) ©️ Le Petit journal / RetroNews-BnF / BnF-Partenariats


40.000 soldats russes livrés à la France
En 1915, la guerre a déjà été terriblement meurtrière pour les Français. Paris décide alors de mendier auprès du Tsar Nicolas II des hommes contre des armes. La France espère récupérer 500.000 soldats, elle n’en obtient «que» 40.000 qui vont se battre à partir de 1916 sur le sol français et sur le front de Salonique.

1917. Arrive la Révolution russe. L’agitation gagne les rangs des soldats russes. Le commandement français, qui doit déjà faire face aux mutineries des poilus français, préfère isoler ces Russes dans un camp, à Courtine. En juillet, ces soldats enfermés dans ce camp se soulèvent. En septembre, la mutinerie est «réduite» par l’armée française (avec un bilan officiel d’une quinzaine de tués, beaucoup plus selon d’autres sources). Alors que les bolchéviques prennent le pouvoir à Petrograd et engagent des négociations de paix avec les Allemands, Paris se demande alors «que faire» de ces soldats russes sur le sol français?

A part quelques centaines de volontaires (comme le futur maréchal de l’URSS Malinovski) qui choisissent de continuer à se battre, et quelques dizaines de leaders de la mutinerie qui se retouvent détenus sur l'île d'AIx, les autres (environ 10.000) sont transformés en «travailleurs»… et Paris décide de les éloigner en Algérie pour fournir des bras dans ce territoire alors français dont beaucoup d’hommes, «Européens» comme «musulmans», ont été envoyés se battre contre les Allemands.

«Ces Russes, on s'en méfie, ce sont ceux qui ont refusé de poursuivre la guerre. Il faut se souvenir qu’en ce début 1918, la situation est encore très tendue et la France craint encore de perdre la guerre», explique l’historien Frédéric Guelton, spécialiste du conflit, ancien chef du département de l'armée de terre au service historique de la Défense.

En Algérie, coincés entre la mer Méditerranée et le Sahara, ces militaires paraissent tout de suite moins dangereux...



Document de 1918 sur la répartition d'une partie des soldats russes envoyés en Algérie ©️ archives Défense nationale


10.000 Russes en Algérie
A la fois libres (en principe) et militaires, travailleurs et déplacés (Frédéric Guelton refuse d’employer le terme «déporté», «en raison de la connotation du mot après la Seconde guerre mondiale»), ces Russes envoyés en Algérie ont un statut des plus flous. «Leur statut n’a jamais été définitivement réglé, ce sont les soldats démobilisés d’un pays qui n’est pas reconnu par la France. Ils sont sans vrai statut légal en droit», explique Frédéric Guelton. Ils ne sont plus militaires mais ne sont pas autorisés à faire ce qu'ils veulent. Et restent placés sous l’autorité militaire. 

Ce nombre important s’explique. En effet, ces hommes, en général issus de la classe paysanne, n’ont qu’un souhait, revenir au pays. Résultats: les volontaires pour continuer à se battre sont très peu nombreux. «Il faut comprendre», explique Frédéric Guelton que «quand vous proposez à ces hommes d’un pays qui a signé la paix et distribue la terre», ils n’aient qu’un souhait: «rentrer».

Mais l'heure n'est pas au voyage de retour... C'est le temps de l'installation. Une installation qui inquiète... même en Algérie. «L’arrivée de ces Russes a fait peur», confirme Frédéric Guelton.  Les Français voient en effet en ces soldats des agitateurs révolutionnaires, des bolcheviques venus soulever les populations «indigènes». 
 
A tel point que lorsque ces «travailleurs» débarquent à Alger, ils le font «sous escorte militaire, mitrailleuses en batterie», raconte l'historien. Que deviennent alors en Algérie ces «travailleurs» un peu forcés?



«Travailleurs» russes en France ©️ emigrationrusse.com


«Fainéants bolchéviques»?
Ils se retrouvent en général dans des camps militaires, répartis dans les trois grandes régions algériennes, l’Oranais, l’Algérois et le Constantinois. Une fois installés, ils dépendent beaucoup du commandement militaire français local, qui s’implique plus ou moins dans leur vie quotidienne. Les Russes sont, semble-t-il, biens traités dans le Constantinois où ils bénéficient d’une grande liberté mais sont considérés comme des «fainéants bolchéviques» dans l’Algérois.  
 
«On ne sait pas grand-chose de leur vie quotidienne», reconnaît l’historien. Les seules sources sont quelques rapports militaires retrouvés dans les archives, et surtout le contrôle de leur correspondance (la censure) par l'armée française. On apprend ainsi que quand la peur s’est dissipée, leurs employeurs estiment qu'«ils travaillent bien et sont peu payés», au point qu’ils apportent «une telle satisfaction que les employeurs ne veulent pas les rendre».



Le journal «Echo d'Alger» rappelle le 23 novembre 1918 (après l'armistice, donc) les règles concernant les travailleurs russes «déplacés» en Algérie. ©️ Gallica/BNF


Officiellement ils sont payés un franc par jour, plus un franc destiné à assurer les dépenses quotidiennes (logement, nourriture, vêtements), mais cette consigne ne semble pas respectée partout. Certains estiment qu’il «faut maintenir les Russes pour remplacer les indigènes dont la perte se fait sentir». En effet, la guerre continue de tuer et les troupes venues d’Algérie ne sont pas encore rentrées. 
 
Que font-ils en Algérie? «Ils sont majoritairement paysans tandis que 8 à 10% sont employés par les chemins de fer. Mais il est difficile de définir une situation type. Chaque cas est un peu unique. Rien de commun entre un homme qui travaille dans une ferme et celui qui se trouve sur un chantier du chemin de fer; ceux détenus à la compagnie disciplinaire de Mers el-Kébir ou les employés par les chemins de fer à Alber, ou Bône; les travailleurs agricoles à Mostaganem ou à Maison Blanche ou encore mineurs dans les mines de plomb de Chabet-Kohol.»
 
Les archives permettent de savoir qu’en théorie, ils avaient des contrats de travail de trois mois renouvelables, qu’ils avaient un salaire d’un franc par jour plus des primes, que la religion était respectée (le dimanche était férié) et que le jour de la fin de ramadan de 1918 fut aussi férié…


Lettres de «travailleurs russes» en Algérie, visées par la censure militaire française. ©️ archives défense nationale


Le retour vers la Russie
La guerre se termine officiellement même si la France n'hésite pas à guerroyer ici et là après l'armistice, contre les forces bolchéviques notamment. La France ne reconnaissant pas le nouveau pouvoir des soviets, pas facile de trouver une solution pour les soldats russes toujours perdus en Algérie. Des pourparlers discrets ont cependant lieu à Copenhague entre Français et Soviétiques qui aboutissent en avril 1920 à un accord qui permet aux Russes volontaires de gagner l’URSS (reconnue par la France seulement en 1924). 
Reste la question de savoir si certains Russes sont restés en Algérie? Pour Frédéric Guelton, le mystère reste entier. Surtout que les archives ne sont guère loquaces (si quelqu'un a des informations sur des Russes qui seraient restés, nous sommes à l'écoute)…
La présence russe en Afrique du Nord ne s'est curieusement pas arrêtée à cet épisode. En effet, alors que nos soldats russes regagnaient ce qui allait devenir l'URSS, de nombreux autres Russes sont arrivés dans la région. Nous sommes en 1920. La guerre civile russe se termine avec la défaite des contre-révolutionnaires. Quelques milliers de Russes blancs arrivent pour longtemps à Bizerte en Tunisie avec les restes de la flotte contre-révolutionnaire. Mais ceci est une autre histoire.



http://geopolis.francetvinfo.fr/l-incroyable-histoire-des-10000-soldats-russes-envoyes-par-la-france-en-algerie-179041

_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 26664
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’incroyable histoire des 10.000 soldats russes envoyés par la France en Algérie

Message par Invité le Mar 20 Mar - 10:01

Certains pour ne pas se soumettre au régime bolchévique se sont engagés dans la Légion étrangère...
Quand à ceux qui sont rentrés en Russie, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus... Sibérie ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L’incroyable histoire des 10.000 soldats russes envoyés par la France en Algérie

Message par Katya le Mar 20 Mar - 20:20

Je retiens cette partie de texte

Quelque 10.000 soldats russes furent envoyés par la France en Algérie il y a exactement 100 ans. Ces soldats faisaient partie du corps expéditionnaire envoyé par la Russie alliée de la France dans sa guerre contre l’Allemagne.

Et dire que depuis toutes ces années, la Russie est quasi discréditée par la France.

_________________
L'homme qui ne craint pas la vérité n'a rien à craindre du mensonge Thomas Jefferson

Katya

Messages : 2131
Date d'inscription : 25/02/2017
Localisation : Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum