Le baptême de Clovis

Aller en bas

Le baptême de Clovis

Message par haroun 6259 le Lun 15 Jan - 20:28

Aujourd'hui, l'Eglise catholique fête Remi, l'évêque de Reims qui fut l'un des artisans du baptême de roi des Francs, Clovis.
Rappelons que si l'on sait que ce baptême eut lieu un jour de Noël, on ignore si ce fut en  496,498, 499 ou 506 !

J'ai dit que Remi fut l'UN des artisans du baptême du roi franc, mais il ne fut pas le seul.

Tout d'abord, la conversion de Clovis fut indéniablement sincère : il risquait de se mettre à dos son armée et son peuple, qui adoraient les dieux germaniques....et à l'époque, les assassinats faisaient partie du jeu politique normal!
Ensuite, la majorité des habitants des territoires qu'il avait conquis ou rêvait de conquérir étaient soit "païens", soit "ariens" ( c-à-d des "hérétiques" qui ne croyaient pas à la divinité du Christ, considérant celui-ci comme une simple créature, au statut un peu supérieur aux autres humains ) . C'était également le cas des Wisigoths et des Burgondes dont était issue la reine Clotilde....ainsi que des Ostrogoths qui occupaient l'Italie ( de plus, le roi ostrogoth Théodoric était le beau-frère de Clovis )

Donc, Clovis n'avait aucun intérêt à embrasser la foi catholique : le baptême selon le rite " arien" aurait été, à court terme, plus avantageux.

Remi, qui était ami avec Clotilde, "catéchisa" avec l'aide de celle-ci ( jamais en public ) Clovis. Jamais en public, car si la garde rapprochée de Clovis avait su qu'une femme l'influencait, ça aurait mal fini .

Mais il y eut d'autres artisans à ce baptême, qui concernan aussi, dans les jours suivants, presque 3000 soldats. Par fidélité ( ou par conviction ? ) ceux-ci firent comme leur chef. Et le reste du peuple franc....eh bien, il fallut des années pour qu'il se convertisse !

On a oublié saint Vaast :

La cathédrale d'Arras ainsi que 78 églises dans le seul Pas-de-Calais, 8 à Tournai, lui sont consacrées. Son culte qui s'étend au delà des Pays-Bas, en passant par l'Angleterre, est trop important pour qu'il soit mythique, hormis deux légendes dues à la ferveur populaire. Laissons les nombreuses légendes sur Clovis, les historiens religieux et séculiers, modernes ou antiques de côté, pour tenter d'extraire la réalité sur le saint homme. Dans son abondante littérature Jonas de Bobbio (600-659) nous en parle. Le Bienheureux Alcuin d'York (730-805) reprend le texte par le détail...
 Né en 453, soit à Limoges, soit à Châlus, soit à Villac en Périgord, de parents aisés...Très jeune, il part pour Toul se faire anachorète dans un bois où il monte un oratoire. Sa piété, son ardeur dans la prière, attirent l'attention de Saint Ours (de Toul) qui le forme à la théologie et en fait un prêtre quelques années plus tard. En 496, Clovis, roi des francs, ayant battu les alamans à Tolbiac, avait promis de se faire baptiser au Dieu de Clotilde. Regagnant la Champagne, Clovis fait étape à Toul. Il demande à St Ours (Urse) un prêtre pour lui apprendre à connaître Dieu en vue de son baptême. L’évêque désigne Vaast. Ainsi le saint part et évangélisera le roi jusqu'à son baptême, 3 ans plus tard. Il lui parle longtemps de la Sainte Trinité remise en cause par les ariens. Au cours du voyage il rend la vue à un aveugle à Rilly-aux-Oies, près de Rethel). Il est là lorsque Clovis descend dans les fonds baptismaux. Il a peut-être aidé à baptiser son armée... De nombreuses questions restent en suspens. En 499 Saint Rémi, Évêque de Reims, le sacre Évêque d'Arras. " Cadeau empoisonnée ". Ce diocèse autrefois converti au christianisme sous l'occupation romaine, avait été ravagé par les Alains et les Vandales (d'après Dom Baudot). Le paganisme y règne de nouveau, les populations à reconvertir, les églises à rebâtir... A son arrivée, à Arras, il tombe en prière dans son église en ruine. Un paysan l'informe d'un monstre terrorise la contrée en dévorant le bétail. Suivant les indications, le Saint traverse champs et prairies, passe un ruisseau appelé Crinchon, quand un ours surgit devant lui. Il ordonne à l'animal de quitter les lieux au nom de Dieu. Le plantigrade disparaîtra à jamais de la région. Aidé par une population encore éberluée, il remet de l'ordre dans son église et part à la reconquête de son diocèse qui comprend les anciennes provinces d'Artois, de Picardie, de Flandre et l'immense Normandie. En 510 Saint Rémi, ravi de son travail, le sacre Évêque de Cambrai et jumelle les deux évêchés. Crosse en main il évangélise le Beauvaisis jusqu'aux limites parisiennes. Après la mort de l’Archevêque Saint Rémi en 530, dont il est exécuteur testamentaire, il tombe malade. A 86 ans, le 6 Février 539 ou 540, Dieu le rappela après une quarantaine d'années d'épiscopat. Ses reliques resteront dans la cathédrale jusqu'en 667, date à laquelle Saint Aubert les transférera dans la nouvelle abbaye de St Vaast sur la colline de la Madeleine. Pour échapper aux normands, les moines transporteront sa dépouille à Beauvais en 880 pour regagner Arras ensuite ....

Nota: Homme d'action, il eut la malchance de croiser un Saint Rémi qui prit tout le prestige d'avoir catéchisé Clovis, le grand responsable de cette méprise étant Grégoire de Tours. Les manuels scolaires du XIXème siècle oublièrent saint Vaast
avatar
haroun 6259

Messages : 2074
Date d'inscription : 21/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baptême de Clovis

Message par LARA le Lun 15 Jan - 22:52

Un beau merci pour ce rappel historique je suis une adepte de la chaine histoire Wink
avatar
LARA
Admin

Messages : 655
Date d'inscription : 12/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le baptême de Clovis

Message par haroun 6259 le Dim 21 Jan - 17:11

Pour finir avec Clovis, je voudrais rappeler que:
- le vase de Soissons, réclamé par l'évêque Remi à Clovis, ne venait pas de Soissons, mais d'une église de Reims que les Francs avaient pillée.
Ce vase ne fut pas cassé, mais cabossé.Lorsque Clovis le rendit à Remi, celui-ci le garda soigneusement comme un cadeau personnel et ordonna, dans son testament, qu'il fut fondu pour en faire un encensoir et un calice gravé de représentations.

- Lors du baptême de Clovis ( en 499 ? ) lorsque celui-ci descendit les marches du baptistère, Rémi, lui disant " Dépose humblement tes colliers, fier Sicambre, adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré", ne faisait que réciter la liturgie du baptême catholique;
avatar
haroun 6259

Messages : 2074
Date d'inscription : 21/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum