Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées

Aller en bas

Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées

Message par Katya le Lun 8 Jan - 22:01

Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées





Deux jeunes femmes ont été violemment tabassées, mercredi soir. La raison : l'une d'elle n'a pas supporté des insultes très dégradantes de la part d'un groupe de jeunes. Et a voulu le leur dire... Un fait divers qui fait réagir sur les réseaux sociaux, notamment du côté des politiques.

Mercredi, vers 20 h 30, près de la place de Monténégro, dans le quartier du Blosne. Deux jeunes femmes de 17 et 21ans s'apprêtent à rentrer chez elles, quand elles croisent un groupe d'une dizaine de jeunes qui squattent le lieu. « Sans aucune raison, elles se sont alors fait copieusement insulter »,résume un enquêteur du commissariat de police de Rennes. Des insultes très dégradantes et à connotation sexuelle. Insupportable.

La plus âgée des jeunes femmes n'admet pas de subir ça et décide de ne pas en rester là. Elle se dirige vers le groupe de jeunes, alors que son amie essaye de la convaincre de continuer à marcher et de les ignorer. « Un des hommes lui a alors dit qu'il était le chef dans ce quartier et qu'il pouvait faire d'elle ce qu'il voulait. » Il s'agit d'un mineur de 17ans, déjà connu des services de police pour de multiples délits, dont des vols, des outrages...

Le ton monte et, soudain, la jeune femme est frappée et jetée au sol. Les coups pleuvent sur elle, dont plusieurs au visage. Son amie tente de lui venir en aide et subit le même sort. Elle aussi se retrouve au sol et doit subir des coups. « L'un des agresseurs en a profité pour lui voler son sac et partir avec. »

Un habitant du quartier, témoin de la scène, intervient. Il va réussir à récupérer le sac volé, le téléphone portable en moins, et à extraire les deux jeunes femmes des griffes de leurs agresseurs. Il va les raccompagner jusque chez elles. La majeure a de nombreuses ecchymoses sur le visage et est en état de choc. « Elle ne voulait pas prévenir les secours et la police de peur de représailles, explique un de ses voisins. Mais elle a finalement accepté. »

Des policiers de la brigade anticriminalité arrivent rapidement sur place et interpellent un des agresseurs, grâce à des éléments d'identification donnés par les victimes. Le lendemain, jeudi midi, celui qui se vantait d'être le caïd du quartier est interpellé à son domicile. « Ils ont été placés en garde à vue et feront l'objet d'une convocation ultérieure devant le tribunal pour mineurs. Ils ont été remis en liberté. Il est important que l'on montre que de tels faits ne restent pas impunis. »

Quant à la victime principale, elle n'a pas voulu réintégrer son domicile, au Blosne. Elle n'a sans doute pas envie de recroiser ses agresseurs ni de faire l'objet de représailles ou de pressions.

« Ça ne m'étonne malheureusement pas, commente une jeune femme, croisée près de la station de métro du Blosne. Régulièrement, j'ai le droit à des insultes par des bandes de jeunes qui se croient tout permis. C'est très désagréable, mais je préfère ne pas répondre. On ne sait pas de quoi ils sont capables. »

Idem pour Julie, 19ans, qui vient d'emménager dans ce quartier. « Ce n'est pas par choix et si je pouvais aller habiter ailleurs... Il y a des endroits que j'évite, en fin de journée et le soir. Pas envie de subir des insultes. Il n'y a pas très longtemps, deux jeunes m'ont suivi jusqu'au métro. Je n'étais vraiment pas rassurée. »
Domiciliée au Blosne depuis plus de trenteans, cette femme regrette aussi « un changement d'ambiance ». « Il n'y a plus de respect. Des jeunes filles sont traitées comme des objets sexuels par certains jeunes, qui se montent la tête entre eux. Quand vous les croisez individuellement, ils ne disent rien. Mais dès qu'ils sont en groupe... Il y a un vrai problème de culture. »

Et même si, elle aussi, dit aimer son quartier, elle déclare vouloir vivre ailleurs. À défaut de pouvoir vivre ensemble.

sources


Ce sont des faits similaires qu'aura vécu un des miens l'an dernier. Les coups n'ont pas été à ce stade , et pourtant. Ainsi que jets de pierres et tout ce qui tombait sous la main des étages supérieurs, forçage d'une serrure, voiture abimée et autres faits. Impossible de riposter. Le déménagement a été un soulagement. Également menaces aux enfants. L'un d"eux âgée de 7 ans, en a fait des cauchemars etc ... Cet exemple n'est pas pour critiquer cette jeunesse, il est pour expliquer ce que certains quartiers doivent subir. Cette jeunesse violente, devrait être prise en main rapidement. De quelle façon? Je ne sais !

_________________
L'homme qui ne craint pas la vérité n'a rien à craindre du mensonge Thomas Jefferson

Katya

Messages : 2131
Date d'inscription : 25/02/2017
Localisation : Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées

Message par ledevois le Mar 9 Jan - 8:25

Katya a écrit:Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées





Deux jeunes femmes ont été violemment tabassées, mercredi soir. La raison : l'une d'elle n'a pas supporté des insultes très dégradantes de la part d'un groupe de jeunes. Et a voulu le leur dire... Un fait divers qui fait réagir sur les réseaux sociaux, notamment du côté des politiques.

Mercredi, vers 20 h 30, près de la place de Monténégro, dans le quartier du Blosne. Deux jeunes femmes de 17 et 21ans s'apprêtent à rentrer chez elles, quand elles croisent un groupe d'une dizaine de jeunes qui squattent le lieu. « Sans aucune raison, elles se sont alors fait copieusement insulter »,résume un enquêteur du commissariat de police de Rennes. Des insultes très dégradantes et à connotation sexuelle. Insupportable.

La plus âgée des jeunes femmes n'admet pas de subir ça et décide de ne pas en rester là. Elle se dirige vers le groupe de jeunes, alors que son amie essaye de la convaincre de continuer à marcher et de les ignorer. « Un des hommes lui a alors dit qu'il était le chef dans ce quartier et qu'il pouvait faire d'elle ce qu'il voulait. » Il s'agit d'un mineur de 17ans, déjà connu des services de police pour de multiples délits, dont des vols, des outrages...

Le ton monte et, soudain, la jeune femme est frappée et jetée au sol. Les coups pleuvent sur elle, dont plusieurs au visage. Son amie tente de lui venir en aide et subit le même sort. Elle aussi se retrouve au sol et doit subir des coups. « L'un des agresseurs en a profité pour lui voler son sac et partir avec. »

Un habitant du quartier, témoin de la scène, intervient. Il va réussir à récupérer le sac volé, le téléphone portable en moins, et à extraire les deux jeunes femmes des griffes de leurs agresseurs. Il va les raccompagner jusque chez elles. La majeure a de nombreuses ecchymoses sur le visage et est en état de choc. « Elle ne voulait pas prévenir les secours et la police de peur de représailles, explique un de ses voisins. Mais elle a finalement accepté. »

Des policiers de la brigade anticriminalité arrivent rapidement sur place et interpellent un des agresseurs, grâce à des éléments d'identification donnés par les victimes. Le lendemain, jeudi midi, celui qui se vantait d'être le caïd du quartier est interpellé à son domicile. « Ils ont été placés en garde à vue et feront l'objet d'une convocation ultérieure devant le tribunal pour mineurs. Ils ont été remis en liberté. Il est important que l'on montre que de tels faits ne restent pas impunis. »

Quant à la victime principale, elle n'a pas voulu réintégrer son domicile, au Blosne. Elle n'a sans doute pas envie de recroiser ses agresseurs ni de faire l'objet de représailles ou de pressions.

« Ça ne m'étonne malheureusement pas, commente une jeune femme, croisée près de la station de métro du Blosne. Régulièrement, j'ai le droit à des insultes par des bandes de jeunes qui se croient tout permis. C'est très désagréable, mais je préfère ne pas répondre. On ne sait pas de quoi ils sont capables. »

Idem pour Julie, 19ans, qui vient d'emménager dans ce quartier. « Ce n'est pas par choix et si je pouvais aller habiter ailleurs... Il y a des endroits que j'évite, en fin de journée et le soir. Pas envie de subir des insultes. Il n'y a pas très longtemps, deux jeunes m'ont suivi jusqu'au métro. Je n'étais vraiment pas rassurée. »
Domiciliée au Blosne depuis plus de trenteans, cette femme regrette aussi « un changement d'ambiance ». « Il n'y a plus de respect. Des jeunes filles sont traitées comme des objets sexuels par certains jeunes, qui se montent la tête entre eux. Quand vous les croisez individuellement, ils ne disent rien. Mais dès qu'ils sont en groupe... Il y a un vrai problème de culture. »

Et même si, elle aussi, dit aimer son quartier, elle déclare vouloir vivre ailleurs. À défaut de pouvoir vivre ensemble.

sources


Ce sont des faits similaires qu'aura vécu un des miens l'an dernier. Les coups n'ont pas été à ce stade , et pourtant. Ainsi que jets de pierres et tout ce qui tombait sous la main des étages supérieurs, forçage d'une serrure, voiture abimée et autres faits. Impossible de riposter. Le déménagement a été un soulagement. Également menaces aux enfants. L'un d"eux âgée de 7 ans, en a fait des cauchemars etc ... Cet exemple n'est pas pour critiquer cette jeunesse, il est pour expliquer ce que certains quartiers doivent subir. Cette jeunesse violente, devrait être prise en main rapidement. De quelle façon? Je ne sais !

 Juste bon à tabasser des femmes --

_________________
avatar
ledevois

Messages : 3753
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 78
Localisation : les Cévennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées

Message par Invité le Mar 9 Jan - 10:07

"Laissés en liberté..." Mais pourquoi n'ont-ils pas été incarcérés immédiatement! Mais il faut ouvrir des camps ! Et vite !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées

Message par vigillante le Mar 9 Jan - 11:28

Je pense que chaque jeune femme devrait avoir une bombe ds sa poche............
avatar
vigillante

Messages : 4579
Date d'inscription : 02/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles refusent les insultes: deux jeunes femmes tabassées

Message par LARA le Mar 9 Jan - 16:05

Oui c est souvent ainsi avec la racaille, en groupe ils se sentent plus fort pour agresser et insulter, nous en avons un exemple pas tres loin.






Ce phenomene existe depuis tres longtemps dans les cites et il faut se rappeler de cette jeune fille brulee vive a Vitry sur Seine.
avatar
LARA
Admin

Messages : 655
Date d'inscription : 12/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum