Les conditions de vie des CRS devant la villa Macron pointées du doigt

Aller en bas

Les conditions de vie des CRS devant la villa Macron pointées du doigt

Message par LARA le Dim 31 Déc 2017 - 22:49

Cela est sans doute normal de surveiller cette propriete mais visiblement les conditions de travail pour ces CRS n y sont pas -
Peut etre faudrait il revoir l abolition des privileges  Smile


Les conditions de vie des CRS devant la villa Macron pointées du doigt

Pas d’abris contre les intempéries, pas de toilettes, armement lourd… Les CRS chargés de la garde statique de la maison de Brigitte Macron au Touquet n’ont pas la vie facile. Le syndicat UNSA-police dénonce ces conditions, alors que l’hiver s’installe pour de bon dans la station.

Par Olivier Merlin | Publié le 31/12/2017




Les CRS assurent une garde permanente de la villa des Macron. Photo Guy DROLLET - VDN


Ils font désormais partie du paysage touquettois. Avenue Saint-Jean et rue Saint-Louis, des CRS sont en patrouille permanente devant et derrière la villa Monejan. La maison des Macron est gardée « H24 » par des policiers en arme.«  Pas question de remettre en cause cette surveillance, indique Denis Hurth, délégué zonal CRS UNSA-police. La police a toujours gardé les domiciles secondaires des présidents. Mais qu’on s’en donne les moyens au Touquet. »


Pour le syndicat, les conditions de vie des policiers ne sont pas bonnes. Un événement a indigné Denis Hurth la semaine dernière. Alors qu’une copieuse averse de pluie mêlée à des bourrasques de vent s’abattait avenue Saint-Jean, le CRS chargé de la patrouille est rentré dans son véhicule pour se mettre à l’abri.

Quelle solution ?


«  Son commandant l’a appris et lui a demandé un rapport pouvant aboutir à une sanction  », relate Denis Hurth qui est intervenu auprès du directeur zonal des CRS nord.


[ltr]

[/ltr]




Ce dernier a d’ailleurs admis que la mise à l’abri est légitime en cas d’intempéries, à condition que la porte latérale du fourgon soit ouverte.
Mais l’épisode met en exergue les conditions dures supportées par les CRS. Outre l’équipement de 20 kilos qu’ils doivent endurer en garde statique (fusil d’assaut compris), ces policiers n’ont pas accès à des WC durant leur garde. «  Ils doivent faire jouer le système débrouille mais ce n’est pas normal  », regrette Denis Hurth qui demande d’abord et avant tout une guérite pour le garde, avenue Saint-Jean comme rue Saint-Louis.

Le maire ne dit pas non


«  À la Lanterne, au cap Nègre, il y a des guérites, pourquoi pas au Touquet  ». Ces cabines, parfois dotées de vitres blindées, peuvent aussi être dotées de chauffage. Un tel mobilier dans l’avenue Saint-Jean tout récemment rénovée ? La maire Lyliane Lussignol ne dit pas non mais veut d’abord en discuter avec tous les intervenants. «  Je suis sensible aux conditions des policiers mais il faut regarder ce qu’il est possible de faire.  »
La maire ajoute qu’elle a donné récemment son accord pour la mise en place d’une rallonge électrique sur le véhicule des CRS. Objectif : permettre de chauffer l’intérieur du fourgon tout en évitant d’allumer le moteur de jour comme de nuit. Les riverains, que l’on sait très sensibles sur le sujet, ont sans doute apprécié le geste autant que les policiers !






7 mai 2017



 Emmanuel Macron 

est élu président 

de la République 

au deuxième tour de l'élection présidentielle.



Juin 2017






Des CRS sont postés devant et derrière 

la villa Monejan, 

résidence secondaire 

des Macron au Touquet.










Août 2017






Le préfet du Pas-de-Calais demande aux CRS de ne plus porter leurs armes dans la rue pour ne pas troubler les riverains. 








Octobre 2017






Afin de respecter 

la consigne de leur direction centrale, 

les CRS peuvent à nouveau patrouiller armés.








Décembre 2017



Le syndicat UNSA-police dénonce les conditions 

de travail des CRS, 

qui n'ont ni abri 

ni toilettes à disposition. 



Les CRS et la villa Macron du Touquet : 

les cinq épisodes à retenir


Une surveillance pérenne
Depuis la mi-juin, la police surveille les abords de la villa Monejan. Ce dispositif durera tout le temps de la présidence Macron, mais pourra aussi être prolongé après son départ de l’Elysée.
Selon UNSA-police, cette garde statique nécessite en permanence une demi-compagnie CRS, soit 40 hommes. Ce chiffre permet d’assurer les rotations de la garde (trois personnes avenue Saint-Jean et trois personnes rue Saint-Louis), ainsi que les prises de congés des policiers.
Actuellement, c’est la compagnie républicaine de sécurité nº41 (Saint-Cyr-sur-Loire) qui est chargée de la garde statique.


Pourquoi surveiller aussi la rue Saint-Louis?


La rue Saint-Louis est parallèle à l’avenue Saint-Jean où se trouve Monejan. Trois CRS surveillent aussi les abords arrière de la villa devant lesquels est implantée une autre résidence. Mais « faire le mur » est possible !
On se souvient que le samedi précédant le second tour de la présidentielle, Emmanuel Macron avait escaladé le mur de la demeure de son épouse pour atterrir chez un voisin demeurant avenue Saint-Louis.
L’objectif était de se rendre au tennis en toute discrétion et ainsi échapper aux nombreux photographes. Pas question pour les autorités qu’un plaisantin ou une personne malintentionnée fassent de même…


http://www.lavoixdunord.fr/289347/article/2017-12-31/les-conditions-de-vie-des-crs-devant-la-villa-macron-pointees-du-doigt
avatar
LARA
Admin

Messages : 655
Date d'inscription : 12/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum