Ils n'étaient qu'une poignée, voire une dizaine, dans chaque département breton il y a seulement quelques années. Au 31 août, les quatre conseils départementaux prenaient en charge 1.316 mineurs isolés étrangers («mineurs non accompagnés»). Les élus tirent la sonnette d'alarme.