L’étrange Histoire des Tournesols

Aller en bas

flower L’étrange Histoire des Tournesols

Message par LARA BAÏKAL le Mer 23 Aoû - 14:58

Le tournesol n'a pas besoin d'une boussole....Peut-être que oui car il a beaucoup voyagé dans le monde Smile


Toujours en avoir dans son jardin pour nourrir les oiseaux qui se feront un plaisir de picorer ses graines...
Ces dernières peuvent également agrémenter vos salades ....

L’étrange Histoire des Tournesols
 



Vous pourriez penser qu’il n’y a pas beaucoup à savoir et à apprendre sur le tournesol. Après tout, cette plante banale est pratiquement partout. Pourtant, l’histoire du tournesol  a quelque chose d’étrange et il a voyagé autour du monde plus que vous ne l’imaginez. Son histoire est digne d’une épopée d’Hollywood, des Amériques pré-européennes à la Russie tsariste etc. Voici le récit du tournesol accompagné de quelques photographies étonnantes.










Les tournesols proviennent d’Amérique du Nord, mais ils voyagé vers l’Ancien Monde (partie du monde connue par les Européens depuis l’Antiquité, avant les voyages de Christophe Colomb : l’Europe, l’Asie et l’Afrique) et sont retournés en Amérique et ensuite de nouveau dans l’Ancien Monde – un parcours de plusieurs siècles pour devenir la plante que nous connaissons aujourd’hui.


Les tournesols ont probablement été l’une des premières cultures des Amériques. Avant cela, ils étaient choisis par des chasseurs-cueilleurs comme source naturelle de lipide. Les graines pouvaient être broyées et mélangées avec de la farine pour faire du pain comme la variété pita que nous mangeons aujourd’hui.


Il y a environ cinq mille ans, les gens ont commencé à les cultiver dans les régions du sud-ouest de l’Amérique du Nord dans ce qui est maintenant le Mexique. Tandis qu’elles ont été cultivées au cours des générations, les plantes ont été encouragées à produire des graines toujours plus grandes – et beaucoup d’autres variétés aussi. Ainsi, le tournesol que nous avons maintenant n’a aucune ressemblance avec ce qu’il était au début, car la race humaine a modifié ses caractéristiques pendant tous ces milliers d’années.


 


 






Il a été suggéré que le tournesol ait été domestiqué avant le maïs. C’est pendant cette période que les Cherokee et les Amérindiens ont également commencé à cultiver des tournesols. Ils sont devenus une partie importante de leur régime comme une bonne source de matières grasses – que les sociétés de chasseurs-cueilleurs avaient besoin pour compléter la viande maigre qu’ils mangeaient. Au sud, au Mexique, les Aztèques cultivaient également la plante mais ils l’adoraient aussi. Dans leurs temples dédiés au soleil, les prêtresses portaient des coiffures faites de tournesols pour se donner un air divin. Le passé du tournesol révèle déjà des «secrets».


Pourtant, personne n’aurait imaginé l’avenir du tournesol – et les voyages qu’il allait devoir supporter.




Comme aujourd’hui, la graine de tournesol était brisée pour être grignoter – vous pouvez en manger entre les repas sans ruiner votre appétit et c’est un grignotage beaucoup plus sain que ce que nous mangeons aujourd’hui. On sait qu’à l’époque le tournesol était pressé pour en récupérer l’huile et aussi pour faire du pain. Cependant, le tournesol n’était pas seulement une source de nourriture. Il a été utilisé pour créer un colorant de couleur pourpre qui était utilisé pour les vêtements, peindre des corps et décorer des objets.


D’autres parties de la plante étaient utilisées pour préparer des remèdes médicinaux pour les piqûres et des onguents pour les morsures de serpents. L’huile des graines était utilisée pour lubrifier les cheveux et la peau. Comme les sociétés anciennes ne pouvaient se permettre de gaspiller quoi que ce soit, les tiges étaient séchées puis utilisées comme matériau de construction.


 


 







 


Il ne fallut pas longtemps aux Européens, après la découverte du Nouveau Monde comme ils l’appelaient, pour voir les avantages du transport des graines à travers l’Atlantique et au-delà. On pense que la plante est arrivée dans l’Ancien Monde (vers l’Espagne) vers le début du seizième siècle, mais en raison de sa belle taille et de sa beauté (elle était considérée comme très exotique), le tournesol a d’abord été utilisé principalement comme plante ornementale. Il existe un registre d’un brevet pour presser l’huile du tournesol beaucoup plus tard – en Angleterre en 1716.


 


 






Ce n’est qu’au dix-huitième siècle que le tournesol a gagné sa grande popularité en tant que plante cultivée et la personne que nous devons remercier pour cela n’est peut-être pas la première qui vient à l’esprit. Pierre le Grand de Russie a participé à l’un de ses nombreux voyages et a atterri en Hollande. Là, il est devenu tellement amoureux de la fleur géante qu’il a emporté des graines en Russie.


Pendant le Carême, l’Église orthodoxe russe interdit aux pratiquants de consommer de l’huile. Cependant, l’huile du tournesol n’était pas sur la liste interdite et le peuple russe s’est rué sur la graine de Pierre le Grand. Au cours de la troisième décennie du XIXe siècle, l’huile de tournesol a été fabriquée en Russie sur une échelle commerciale importante et très lucrative.


 


 







 







 







 


La Russie était inondée de fleurs géantes, avec une culture augmentant de plus de deux millions d’acres par an. Ils ont utilisé deux types de graines, un pour la production de l’huile et un pour leur propre consommation. Le gouvernement a même investi de l’argent dans ce que nous appelons maintenant des projets de recherche et un scientifique, VS Pustovoit a été l’initiateur de l’entreprise de reproduction la plus réussie. Même aujourd’hui, les prix scientifiques pour l’étude du tournesol sont attribués en son nom. Donc, en 1830, le temps était venu pour le tournesol pour faire un retour triomphant dans les Amériques.


 


 







 


Une des ironies de l’histoire est que la plante originaire des Amériques est revenue après que ses caractéristiques et ses propriétés ont été modifiées par l’intervention russe. Peut-être que si Staline l’avait su, il aurait exigé leur retour dans la patrie un siècle plus tard, lorsque les deux nations ont menacé de s’annihiler.


On pense que les immigrants russes aux États-Unis et au Canada ont pris des semences avec eux et, dans les années 1880, les entreprises offraient le «Mammouth russe» dans leurs catalogues, une variété vendue jusqu’aux années 70.


 


 







 







 


Il a fallu un certain temps aux Américains pour profiter du tournesol en tant que culture commerciale et il a d’abord été utilisé comme alimentation pour les poulets. Ensuite, en 1926, l’Association des producteurs de tournesols du Missouri a commencé à transformer des graines de tournesol en huile. Le secret était enfin dévoilé et rien ne serait plus pareil pour le tournesol. Les Canadiens ont eu la même idée au même moment et le gouvernement a commencé son programme d’élevage en 1930. Dans les deux pays, le matériel de culture (les graines) provenait de membres de la communauté mennonite russe.


 


 




Une véritable course eu lieu. La quantité d’acres consacrée aux tournesols a augmenté à mesure que la demande d’huile augmentait. En 1946, une usine de concassage a été inaugurée au Canada, puis au Dakota du Nord et dans le Minnesota. Encore une fois, il s’agissait d’une variété russe (Peredovik) qui a été utilisée car elle produisait des rendements élevés avec une teneur en huile comparable à aucune autre variété. Puis sont venus les années 70, scientifiques et psychédéliques: les nouvelles technologies et l’hybridation étaient à l’horizon.
 









Au début des années 80, les États-Unis produisaient plus de cinq millions d’acres. Ensuite – une autre ironie de l’histoire – le tournesol qui a voyagé d’Amérique vers la Russie pour retourné en Amérique est revenu encore une fois en Europe. Le cholestérol est devenu à ce moment un problème de société et la demande européenne d’huile de tournesol a augmenté à un point tel que les exportateurs russes ne pouvaient plus supporter les quantités nécessaires. Les graines ont été importées en Europe à partir des États-Unis, puis broyées et affinées. Aujourd’hui, cependant, les choses se sont équilibrées et les exportations américaines des graines ou d’huile sont relativement faibles.









_________________
Quand l'injustice devient une loi, la résistance devient un devoir.
When Injustice becomes law, resistance becomes duty


Jefferson. 
avatar
LARA BAÏKAL
Admin

Messages : 25934
Date d'inscription : 11/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum